Abdelmadjid Tebboune: d'un inculpé dans l’affaire Khalifa, au poste de Premier ministre algérien!

Abdelmadjid Tebboune en compagnie de Moumen Khalifa
Abdelmadjid Tebboune en compagnie de Moumen Khalifa

Le nouveau Premier ministre Abdelmadjid Tebboune revient de loin. Accusé avec plusieurs ministres dont le sulfureux Bouchouareb de malversations dans l’affaire Khalifa, l’homme de 73 ans est intronisé par le clan Bouteflika, dix ans après, presque jour pour jour, 17e Premier ministre de l’Algérie indépendante.

En 2007 déjà, il avait été cité dans ce qu’on qualifiait du " plus grand scandale financier de l’Algérie " (Il y en a eu d’autres depuis), lors du procès qui s’était déroulé au tribunal criminel près la cour de Blida. Ainsi, plusieurs directeurs des OPGI de wilayas de l’époque, avaient révélé que des " correspondances ministérielles encourageaient les dépôts dans les banques Khalifa ".

L’OPGI de Constantine avait, à titre d’exemple, déposé près de 162 milliards de centimes estimait le procureur général. Quant à l’OPGI de Bejaîa, ce sont quelques 130 milliards de centimes qui ont été déposés, tandis qu'à Oran, pas moins de 1 milliard de dinars a rejoint la banque Khalifa avec un taux d’intérêt de 12%, selon son directeur financier de l’époque Nouredine Boucenna, qui avait évoqué " une note ministérielle encourageant les OPGI à faire fructifier les excédents dans les banques privées ", alors que la seule banque privée était celle d'El Khalifa . Même chose pour le directeur de l’OPGI de Ain Témouchent, Kheireddine El Walid, impliqué jusqu’aux yeux, et celui de Ghelizane, qui ont également souligné l’existence de ladite note ministérielle.

Les accusés des offices de l’habitat (OPGI) auront placé 103 millions d’euros (10,5 milliards de dinars) auprès de Khalifa Bank et désigné le ministre Abdelmadjid Tebboune comme unique responsable de la situation.

C’est à la faveur de ces éléments, que la justice se tourna, en 2007, vers l’ex- Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, qui avait occupé le poste de mai 2001 à juin 2002, et le convoque comme témoin dans l’affaire. Il sera entendu sans qu’il ne soit inculpé.

En 2012, il sort de sa retraite de 10 ans juste après son inculpation officielle !

Le plus curieux avec Abdelmadjid Tebboune, est qu’il redevient étrangement ministre de l’habitat, après 10 ans de retraite et surtout son inculpation officielle dans le scandale El Khalifa. Avec Abdesslam Bouchouareb, Abdelmadjid Tebboune sera, selon El Watan du 28 juin 2012, inculpé pour " leur supposée implication dans le scandale et placé en liberté en attendant la fin de cette instruction qui, faut-il le préciser, obéit à la procédure de privilège de juridiction, dont bénéficient les deux anciens responsables, conformément à l’article 574 à 577 du code de procédure pénale. Selon des sources judiciaires, l’affaire vient d’être renvoyée devant la chambre d’accusation de cette haute juridiction et devra être examinée le 25 juillet prochain. ". Selon le même article d’El Watan , " les deux anciens responsables sont poursuivis pour plusieurs délits, dont " complicité dans la dilapidation de deniers publics ", "détournement de deniers publics" et "délit d’initié".

Le 3 septembre 2012, Abdelmadjid Tebboune sera nommé ministre de l‘Habitat et de l’Urbanisme dans le gouvernement Sellal!

L’immunité du ministre refait de lui un simple témoin dans l’affaire ?

En avril 2013, s’ouvre officiellement en appel l’affaire Khalifa Bis, au même tribunal criminel de Blida, où seront convoqués comme témoins le ministre Tebboune, l’ex ministre des Affaires étrangère Mourad Medelci, le ministre des Finances Karim Djoudi et 300 autres personnes. Devant Le Juge Antar Menouar, Abdelmadjid Tebboune, redevenu simple témoin, explique alors que les OPGI avaient le statut de personnalité morale et disposaient d’une indépendance financière. " Ce sont les Conseils de d’administrations et les Directeurs des offices qui émettent des demandes de dépôts, et ce, sous le regard des commissaires aux comptes. Les dépôts des comptes de l’OPGI à la banque Khalifa ont commencé en 1998, avant ma désignation à la tête du ministère et ce sont poursuivi après mon départ. ", expliquait le ministre avant de nier sa responsabilité quant à " l'émission d’ordre ou de recommandation pour le versement de fonds des OPGI à Khalifa Bank ", avait insisté le ministre lors de son audition.

Une mystérieuse carte MasterCard octroyée gracieusement par Abdelmoumen Khalifa!

Comme une casserole ne traîne jamais seule, Abdelmadjid Tebboune a dû également s’expliquer devant le juge Menouar, au sujet d’une mystérieuse carte de crédit, MasterCard, qu’il avait utilisé à l’étranger et qui aurait été octroyée et alimentée par Khalifa Bank, alors que le septuagénaire n’avait même pas de compte avec la Banque privée! C’est Abdelmadjid Tebboune lui-même qui le confirme lors de son audition et explique qu’il n’avait " pas un compte courant, ni en dinars ni en devises à Khalifa Bank ". Par contre, il expliquait avoir utilisé la carte en 2002, pour " des soins dans un hôpital américain en France et les frais de l’hôtel où il résidait ".

Dans un article posté, puis retiré par El Khabar, pour officiellement " préserver les intérêts du journal ", on apprend que le liquidateur Moncef Badsi au niveau de la Cour Suprême sur le dossier de l'affaire Khalifa avait mis à disposition du journal un document " listant 20 grands bénéficiaires de fortes sommes en dollars via Master Card, "cadeau de Abdelmoumen Khalifa pour leurs dépenses lors de voyages à l'étranger".

Selon l’article, Abdelmadjid Tebboune, actuel Premier ministre algérien avait bénéficié de 34 000 dollars US de crédit qu’il n’a jamais restitué. Bouchouareb quant à lui, en a bénéficié de 40 000 dollars US.

Hebib Khalil

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
Anonyme Anonyme

Que pouvons-nous attendre d’un haut responsable qui a régné sur le secteur de l’Habitat comme l’aurait fait un « grand parrain » de la mafia calabraise? Détournement de fonds publics par le biais de la création de sociétés mixtes qui ont fermé leurs portes sitôt leurs forfaits accomplis. Programme Ecobât destinés promouvoir de nouveaux matériaux à haute performance énergétique, mais détournés au profit personnel de promoteurs immobiliers publics véreux et d’architectes complices. Utilisation illégale de services centraux du ministère pour lancer des appels d’offres pour la construction d’usines de préfabrication, Désignation illégale d’un promoteur immobilier au détriment des services de wilayas rattachés à ce ministère, Retard considérable dans les programmes AADL, que l’on ne peut expliquer que par un détournement massif de l’argent des contribuables ayant souscrit à ces programmes etc, etc...... et tout cela dans l’impunité la plus totale..... comme l’affaire « Khalifa » !!!!!........

avatar
khelaf hellal

Pauvre peuple, on complote et on se rit de lui comme un dindon de la farce. Même après lui avoir fait entendre sa voix : Semme3 Saoutek ! On continue de le provoquer et de le railler de haut en lui rejouant la même comédie qu'il a déjà connue : le bal des vampires.

visualisation: 2 / 8