La Turquie d'Erdogan devient-elle un État djihadiste ?

Outre la purge dans l'armée, l'interdiction de journaux critiques, une terrible répression s'abat sur la société.
Outre la purge dans l'armée, l'interdiction de journaux critiques, une terrible répression s'abat sur la société.

La dégradation du respect des droits de l’Homme en Turquie et les récentes révélations qu’il s’y fait la production de document de propagande djihadiste laissent douter des prétentions démocratiques du gouvernement de ce pays.

Amnesty International (AI) a dénoncé dans un rapport le 22 mai le licenciement par le gouvernement turc de plus de 100 000 employés de son secteur public depuis la tentative de coup d'État militaire de juillet 2016. L’ONG considère ces mises à pied comme abusives et discriminatoires. AI pointe les importantes conséquences de cette action faite sur de simples dénonciations sans aucune procédure de défense. Des médecins, enseignants, policiers, militaires et autres fonctionnaires publiques ont perdu leurs emplois et été empêcher d’en avoir d’autres dans leur champ d’expertise. Selon l’organisme, cette vaste purge visant les opposants politiques réels ou présumés serait comparable à un anéantissement professionnel à grande échelle.

Les violations des droits de la personne ne sont pas récentes et semblent s’empirer avec le temps en Turquie. Un rapport de Human Rights Watch en 2014 avait déjà averti d’une augmentation de la répression de la dissidence et de la liberté d'opinion dans les médias. L’organisme dénonçait aussi l'affaiblissement de la primauté du droit. Le nombre de prisonniers en Turquie est passé de 50 000 en 2010 à plus de 160 000 en 2014. Plus de 47 000 autres opposants politiques y ont été incarcérés depuis juillet 2016. Le Haut-Conseil turc de l'enseignement a d’ailleurs interdit à tous les universitaires de quitter le pays. La Turquie entière est devenue une prison pour les opposants au régime. Après une visite en début 2017, la délégation de la "Commission civique Union européenne-Turquie" a rapporté une escalade de la violence et de la répression depuis un an et demi.

Au classement 2017 de la liberté de presse de Reporters sans frontières, la Turquie occupe la 155e place sur 180. Des journalistes turcs sont emprisonnés pour avoir dénoncé de simples cas de corruption au sein du gouvernement. Le 18 mai, RSF avec deux autres organisations de défense de la liberté de presse et 19 médias écrits demandait la libération immédiate d’un journaliste de 37 ans, Mathias Depardon, arrêtée le 8 mai alors qu’il faisait un reportage pour le magazine National Geographic.

Les liens autrefois secrets entre le gouvernement Turque et les organismes djihadistes semblent se renforcer. Le rédacteur en chef du journal Cumhuriyet, Can Dündar, a montré ces liens et été condamné pour trahison après avoir révélé et prouvé avec des photographies en 2015 que la Turquie fournissait des armes aux djihadistes en Syrie. Jusqu’à ces révélations-chocs qui ont valu la prison au journaliste, les autorités turques avaient nié aider les islamistes. Craignant pour sa vie, Dündar est déménagé en Allemagne près sa libération. La Turquie s’éloigne donc actuellement des valeurs fondamentales d’une démocratie. Elle réduit la liberté de sa presse et l’indépendance de sa justice.

Le président Erdogan semble aussi s’éloigner des valeurs humanitaires les plus fondamentales. Il affirme actuellement penser à la possibilité de rétablir la peine de mort dans son pays. Ce dernier réagit d’ailleurs très violemment face à ceux qui dénoncent ses positions. Il a publiquement menacé les Européens de ne plus pouvoir marcher en sureté dans les rues de n’importe quelle partie du monde s’ils continuaient à dénoncer ses violations des droits de l’Homme. La Turquie a même interdit en mai à une délégation parlementaire allemande de rendre visite à des soldats déployés sur la base d'Incirlik. C’était selon le magazine Der Spiegel, une réaction à la décision de l’Allemagne de donner asile à des officiers turcs et à leur famille qui ne voulaient pas retourner en Turquie.

Chose encore plus préoccupante, pendant qu’elle emprisonne les journalistes qui ne font que leur travail, la Turquie permet l’édition de livres d’endoctrinement de Daech. De tels livres qui montrent des massacres et les décrivent comme des actes héroïques y seraient produits pour distribution à l’extérieur du pays. La coalition internationale aurait trouvé il y a quelques jours en Syrie de ces livres de propagande édités par une compagnie basée à Istanbul en Turquie. Il est donc pertinent face à toutes ces révélations de se demander si la Turquie se transforme en pays faisant la promotion active du djihadisme dans le monde.

Michel Gourd

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
urfane

Erdogan, que d'aucuns nous présentaient comme le modèle démocratique et progressiste de la pensée musulmane. Une vraie douche Ecossaise au pays des hamams....

avatar
Rabah Mansour

Le sinistre Erdogan ne recule devant rien pour imposer un totalitarisme d'un autre âge. Il a téléguidé le coup d'Etat pour se débarrasser de tous ceux qui le gênaient pour imposer sa dictature au pays d'Ataturk en instrumentalisant le conservatisme religieux. Le peuple Turc est-il descendu si bas en plébiscitant cet individu machiavélique?