Les accords UE-Maroc "ne sont pas applicables au Sahara occidental" selon Mogherini

Ramtane Lamamra et Federica Mogherini
Ramtane Lamamra et Federica Mogherini

La Haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, a déclaré dimanche à Alger, que la position de l'UE vis-à-vis de la question du Sahara occidental ne change pas et reste une position "de fort soutien" aux efforts des Nations unies en vue de parvenir à une solution politique juste et durable et mutuellement acceptable qui permet autodétermination au peuple sahraoui.

"Notre position de même notre politique concernant la question du Sahara occidental reste une position de fort soutien aux efforts du secrétaire générale des Nations unies en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permet autodétermination au peuple sahraoui dans le cadre des résolutions de l'ONU", a affirmé Mme Mogherini lors d'une conférence de presse qu'elle a conjointement animée avec le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

A une question si Bruxelles va appliquer la décision de la Cour de justice européenne (CJUE) du 21 décembre 2016, qui a conclu que les accords d'association et de libéralisation UE-Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, Mme Mogherini a répondu que l'"UE était sur la phase de l'exploration technique dudit accord et que sur le fond sa position ne change pas concernant la question du Sahara occidental", a-t-elle insisté.

La cheffe de la diplomatie européenne a, en outre, fait part de l'intention de l'UE de travailler avec le futur Envoyé du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental.

La Haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, a entamé samedi une visite officielle de deux jours en Algérie à l'invitation du ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

Les deux parties ont au cours de cette visite, abordé des questions régionales d'intérêt commun, notamment les situations en Libye, en Syrie, au Mali, au Sahel, des questions sur lesquelles il existe "une large convergence de vues".

Avec APS

Plus d'articles de : International

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Toufik KLOUL

Quand je vois comment il négocient la paix sociale chez nous, je m"arrache les cheveux en imaginant comment ils se font croquer par ceux d'en face. De toute façon, avec ce que trainent certains comme casseroles et le gaz qu'on fournit, ceux d'en face n'ont qu'à mettre l’étincelle :" AAAAAAA TAAAAABLE !!!

avatar
uchan lakhla

Foutez nous la paix avec ce piège a cons de la république Arabe Saharaoui, au fin fond du disert africain, le régime Arabe algérien à fini par trouver une république Arabe, comme si le monde pilule de république Arabe, s'il y avait un peuple là bas, ça saurai depuis belle lurette, mais la mafiocratie algérienne au lieu de solutionnée les problèmes du pays qu'elle dirige, au lieu d'améliorer le quotidien des tubes digestifs qu'elle domine, au lieu de leur trouver du travail, de mettre a leur disposition un hôpital de qualité, une école de qualité, on dit a ces peuplades, suivez mon doigt et regarder ailleurs, vous ne manquez de rien, jusqu'à quand cette grosse ficelle continue à être utilisée par notre mafiocratie.