A la veille des élections, le gouvernement déstocke la pomme de terre pour faire baisser les prix

A la veille des élections, le gouvernement déstocke la pomme de terre pour faire baisser les prix

A la veille des élections législatives, le gouvernement a décidé de mettre sur le marché la pomme de terre en quantité, soutient le ministre de l'Agriculture.

Le prix de la pomme de terre atteint des sommets. Que fait le gouvernement en attendant la production de fin mai, incapable de s’attaquer aux spéculateurs, il déstocke massivement. "Nous avons commencé, depuis deux jours, à mettre sur le marché des quantités importantes de pomme de terre pour agir sur cette spéculation et faire en sorte que les prix reviennent à la normale. Les prix sont excessifs, ce n'est pas normal", a avoué le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdessalem Chelghoum.

Les pouvoirs publics ont décidé également d’ouvrir des points de vente de proximité dans les grandes villes. Le ministre assure que dans ces points de vente, le prix de la pomme de terre est de 50dinars/kg. Mais quid des petites villes et la campagne ? Pas seulement, à deux mois du ramadhan, le gouvernement ne propose rien pour endiguer l’inflation des prix des autres fruits et légumes.

Le ministre préfère botter en touche arguant que, pour certains produits, la récolte est hors saison comme la tomate, le poivron et les courgettes, lesquels proviennent des serres dans certaines régions très reculées du sud comme El Oued et Biskra. Et de justifier : "Donc, il y a un coût supplémentaire par rapport à la production en plein champ et en pleine saison".

Contre toute attente, il pronostique cette hausse devrait s'estomper dès l'entrée de la production de saison à partir du mois de mai, qui va coïncider avec le mois de Ramadhan.

Abdessalem Chelghoum ressort pour l’occasion une vieille promesse déjà usé par tous les ministres. En effet, combien de ministres ont promis la maîtrise des prix pendant le ramadhan pour les résultats qu’on connaît.

"Les choses vont se stabiliser", a-t-il soutenu. Il a ajouté que son département et celui du Commerce sont en concertation sur les mesures à prendre "pour réguler cette question des prix des légumes".

Yacine K./APS

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
rachid massinissa

appâter tout un peuple avec des patates, c'est grave quand même ça me fais rappeler la campagne de belkhadem pour boutef en 2009 a mostaghanem en s'adressant aux électeurs, n'ayez pas peur, on a importé 2 bateaux de blé et d'orge comme si il s'adressé au bétail je crois que nos gouvernants savent a qui ils ont affaire.