Pour Donald Trump : le maréchal Sissi est un "type fantastique" !

Le maréchal président Al Sissi a été reçu par le président Trump.
Le maréchal président Al Sissi a été reçu par le président Trump.

Le président américain, Donald Trump, accueille lundi 3 avril son homologue égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi

Le maréchal Sissi est finalement le premier dirigeant africain à être reçu par le fantasque Donald Trump. Ce dernier a souligné qu'il a la volonté de renforcer les liens entre les deux pays et de mettre en sourdine les critiques sur les droits de l’homme de l’administration Obama. Pour l’homme fort de l’Egypte, qui fut l’un des premiers à féliciter chaleureusement le républicain lors de sa victoire surprise, le tête-à-tête dans le Bureau ovale aura une saveur particulière : il n’avait jamais été invité à la Maison Blanche par son prédécesseur démocrate.

Le magnat de l’immobilier et l’ancien général, néanmoins putschiste n’ont pas prévu de conférence de presse commune. ils s’étaient déjà rencontrés à New York, en septembre 2016, lorsque la campagne présidentielle américaine battait son plein. Donald Trump n’avait alors pas tari d’éloges sur son interlocuteur : "C’est un type fantastique. Il a pris le contrôle de l’Egypte, vraiment pris le contrôle." Evidemment, pour le locataire du Bureau ovale, faire un coup d'Etat ne semble pas le gêner. Ni d'ailleurs remplir les prisons de détenus d'opinion.

L’administration Trump loue aujourd’hui avec force celui qui dirige l’Egypte d’une main de fer, saluant ses "mesures courageuses"» dans les domaines économique et sécuritaire. La lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), mais aussi la façon dont la Maison Blanche entend esquisser des propositions sur le conflit israélo-palestinien, devraient d’ailleurs être au cœur des discussions.

L’administration Obama avait gelé son aide militaire à l’Egypte, en 2013, après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi et la répression sanglante de ses partisans. Mais le rôle incontournable de l’Egypte, le plus peuplé et le mieux armé des pays arabes, avait poussé la Maison Blanche à infléchir sa position et à reprendre les livraisons d’armes lourdes en 2015. Les Etats-Unis allouent chaque année environ 1,5 milliard de dollars d’aide à l’Egypte, dont 1,3 milliard de dollars dans le domaine militaire.

Cette rencontre et les louanges envers le maréchal Sissi est un mauvais signal pour les démocraties et un encouragement aux régimes autoritaires qui peuvent ainsi trouver une oreille à Washington.

La rédaction/AFP

Plus d'articles de : International

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Zoubida Sayah

Un président US n'est jamais entièrement bon ni entièrement mauvais. C'est un président républicain qui a mis fin à l'esclavage des Noirs aux USA (Lincoln), et c'est un autre président républicain qui a rétabli les relations diplomatiques avec la Chine communiste (Nixon). Par contre, le démocrate Obama et son administration ont tout fait pour que ce soient les islamistes qui tirent les marrons du feu des "printemps arabes". Et il n'est pas besoin de faire un dessin pour comprendre pourquoi.

avatar
Atala Atlale

Bof, surtout de vous attendez pas à la réciprocité ! Le "maître" du monde peut tout se permettre à l'endroit des de ceux qui dépendent de sa protection. C'est pitoyable d'être à ce point faible.

visualisation: 2 / 3