Les costards "offerts" à François Fillon seront au coeur d'une nouvelle enquête

François Fillon ne se refuse aucun privilège. Crédit photo : François Navarro
François Fillon ne se refuse aucun privilège. Crédit photo : François Navarro

L'enquête visant le candidat de la droite française à la présidentielle François Fillon sur de possibles emplois fictifs accordés à ses proches a été étendue aux conditions dans lesquelles des costumes de luxe lui ont été offerts, a affirmé jeudi à l'AFP une source judiciaire.

Le parquet national financier a élargi l'enquête des juges d'instruction à des soupçons de trafic d'influence, selon cette source. Un média français avait révélé dimanche qu'un "mécène" avait réglé en février l'achat de deux costumes chez un tailleur parisien des quartiers chics pour 13.000 euros. François Fillon avait dénoncé lundi une nouvelle tentative de le discréditer avant le premier tour du scrutin le 23 avril. Il a affirmé que ces cadeaux n'avaient "rien à voir" avec la politique.

Aux deux costumes offerts en février s'ajouteraient, selon le Journal du dimanche, près de 35.500 euros réglés en liquide chez ce même tailleur, soit près de 48.500 euros au total depuis 2012. Ce point est contesté par l'entourage de François Fillon, qui affirme que le tailleur n'aurait "jamais" accepté une telle somme en liquide.

Les enquêteurs vont tenter de déterminer qui est le mystérieux mécène et examiner ses liens avec François Fillon, ancien Premier ministre et député de Paris. Le chargé de la déontologie à l'Assemblée nationale s'est aussi saisi lundi de cette question. Les députés doivent déclarer "tout don ou avantage d'une valeur supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié", si ce don est "en lien avec leur mandat", à l'exception des cadeaux de proches, avait expliqué ce responsable.

François Fillon a été inculpé mardi pour détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), dans le cadre du dossier sur de présumés emplois fictifs.

Au coeur de cette retentissante affaire, l'emploi de son épouse comme assistante parlementaire à l'Assemblée nationale, entre 1986 et 2013 avec des interruptions, pour une rémunération totale de 680.000 euros net, alors qu'elle était présumée jusque-là n'avoir aucun rôle politique à ses côtés.

Les juges soupçonnent qu'il s'agit d'un emploi fictif, comme ceux de ses deux enfants comme assistants parlementaires, de 2005 à 2007, lorsqu'il était sénateur. Son épouse Penelope, 62 ans, est pour sa part convoquée chez les juges le 28 mars. Ce feuilleton a relégué au second plan les débats politiques dans la campagne électorale. En dépit de son inculpation, M. Fillon, 63 ans, reste déterminé à mener bataille et poursuit ses meetings sur le terrain.

Un autre sondage défavorable à Fillon

Trois quarts des Français (75%) jugent que François Fillon, fragilisé par une enquête sur des emplois potentiellement fictifs de sa famille, a tort de maintenir sa candidature à la présidentielle, selon un sondage Odoxa publié vendredi.

D'après cette enquête réalisée pour franceinfo, 25% des sondés ont un avis contraire sur le vainqueur de la primaire de la droite qui n'a cessé, depuis les premières révélations parues fin janvier, de réitérer son intention d'aller au bout. En revanche, une majorité des seuls sympathisants de droite (58%) approuve la décision de François Fillon.

Cette étude a été effectuée par internet auprès d'un échantillon de 1.006 personnes, mercredi et jeudi, soit après sa mise en examen par les juges, notamment pour détournement de fonds publics et complicité et recel d'abus de biens sociaux. Selon ce même sondage, 22% des personnes interrogées déclarent avoir une bonne opinion de François Fillon, 46% le jugent courageux, 23% convaincant, et 10% honnête.

AFP/Reuters

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Jamais l’expression consacrée « tailler un (joli) costard » n’a été plus appropriée, ya boureb !

Heureusement qu'il ne fume pas, Fillon ! Il nous aurait juré comme Magritte ou comme Clinton, que fumer ce n'est pas tromper.

Awah, jva jami rien comprendre aux sondages. Ce n’est pas parce que moi je ne dis jamais la vérité aux sondeurs. Normalement le terme "sondage" devrait évoquer mon urologue qui a souvent soulagé ma pauvre vessie, mais allez savoir pourquoi c’est plutôt, étrangement, mon proctologue qu’il me rappelle. Est parce que j'emploie "terme", hachakoum, au lieu de "mot" ?

Loukane ya3ni on m’accordait quelques prétentions aux ânes-à Lyse, aw n d. inigh .

Amek ya3ni » 22% des personnes interrogées déclarent avoir une bonne opinion de François Fillon, 46% le jugent courageux, 23% convaincant, et 10% honnête.

Prenons d’abord les 10%, seulement, qui le trouvent honnête. Cela signifie que 90% le trouvent malhonnête, yek ? Alors, pourquoi seulement 46% le trouvent courageux ? Ils devraient y avoir au moins 90%. A ce niveau-là (de chargement de casseroles) Sauf si les manquants le trouvent carrément téméraire.

Puis : 22% ont une bonne opinion mais seulement 10% le trouvent honnête.

Je pense qu’on pourrait plus s’approcher de la vérité si au lieu de demander aux « sondés » pour qui ils voteront, mais pour qui ils ne voteront pas.

Personnellement, je suis largué en ce moment. Je ne suis pas encore décidé. Je devrais voter logiquement pour Mélenchon, ne serait-ce que par principe. Je l’aurais fait malgré tout si ce vote à la présidentielle était à la proportionnelle, ou à la Salomon, a la bouhwassou, nagh à la OK Corrall ga3.

Donc à l’heure où je vous cause, je sais seulement avec certitude pour qui je ne voterai pas. L’idée qu’un Mec dont la devise est tout ce qui n’est pas interdit est hallal et la morale c’est pour ceux qui ne peuvent pas s’en affranchir, qui ne paie même pas ses costards, qui fait rembourser leur maryage et l’argent de poche à ses rejetons, puisse arriver au pouvwar m’horripile.

Laissons tomber Marine.

Voilà pourquoi je milite pour la prise en compte des votes blancs. Si un candidat n’atteint pas les 50% plus une voix, en comptant les votes blancs, l’élection est annulée.

En attendant, je crois que je vais faire comme le camarade Robert Hue. Je ferme les yeux, as arragh tavlat i Wul, et je vote Macron.

Finalement le meilleur des systèmes électoraux c’est le nôtre d’algérien de système.

Ih, comme disait Fellag : les élections au grattage.