Le rêve d'un enfant algérien est réalisé, applaudissez ! (Vidéo)

Le rêve d'un enfant algérien est réalisé, applaudissez ! (Vidéo)

La scène politique algérienne ressemble largement à l'art théâtral, mais d'un niveau minable, navrant et nul. Son genre est inclassable, car il englobe la tragédie, la comédie, la farce et j'en passe.

Le spectateur ne sait même pas s'il doit rire jusqu'à en mourir ou pleurer, gémir et s'arracher les cheveux. Ces sentiments d'amertume, d'hilarité et de révolte ne sont nullement le résultat et le fruit que peut susciter tout art de valeur, mais c'est la conséquence de la nullité, de la vacuité et de la futilité des dramaturges et des metteurs en scène qui ne sont rien d'autre que nos gouverneurs.

La technique de ces bonimenteurs est simple. Pour faire l'effet du genre dramatique et tragique, ils choisissent leurs acteurs parmi les petites gens et c'est sur les planches qu'ils les écorchent et qui les immolent. Et pour faire engendrer les sentiments de la comédie et de la farce, c'est toujours parmi le peuple qu'ils prennent les figurants pour les duper, les mystifier et se moquer d'eux. Ces dupeurs trouvent toujours des opportunistes et des arrivistes qui les applaudissent jusqu'à ensanglanter leurs mains. Et tout ce brouhaha est tout le temps suivi par la parade de certains torchons qui font l'éloge de la fausse gloire et de la non-maîtrise de l'art de ces nullards.

Parmi ces feuilles de chou, on trouve Ennahar, ce quotidien arabophone qui a titré en caractères gras l'un de ces articles par la phrase suivante: "le rêve d'un enfant orphelin s'est réalisé en s'intronisant sur le siège du ministère de la Culture". L'enfant, Boudjemaa Abdelghafour, est un orphelin qui a perdu son père à l'âge de quatre ans. D'après ce canard, ce gamin de Tipaza ne rêvait que d'être ministre de la Culture (un drôle de rêve !). Et c'est là que les services de ce ministère sont intervenus pour monter un scénario bien orchestré et bien filmé par la télévision de cet organe de presse qui a amplifié l'acte. Leur vidéo nous montre cet innocent de sept ans, accompagné de deux adultes comme des gardes du corps qui lui ouvrent la porte du véhicule qui le déplaça à la destination de son rêve, là où il sera reçu par Azzedine Mihoubi le ministre de la Culture. Ennahar ajoute que le chérubin a présidé la réunion des cadres de ce département et qu'il a eu même des entretiens avec l'ambassadrice de la Namibie…

Messieurs, si, c'est de la comédie et de la farce, vous n'avez nullement besoin de vous fatiguer à écrire, à jouer et à réaliser cette médiocre pièce, car nous sommes déjà la risée des autres peuples.

Si c'est de la tragédie, vous n'auriez pas dû suer, car il vous suffit de nous regarder du haut de vos tours et vous allez voir et entendre notre douleur, nos malheurs, nos peurs et la perte de nos couleurs. Vous allez assister gratuitement à une vraie tragédie dans laquelle nous sommes les acteurs.

Au nom du Seigneur que vous utilisez pour berner ce peuple miteux, dites-nous, depuis quand avez-vous écouté les enfants de cette patrie ? Quand est-ce qu'avez-vous pensé à leur avenir ?

Jamais, rien que du dédain et du mépris. Alors, parler de la réalisation de leurs songes, c'est du pur mensonge, du délire et de l'hallucination.

Messieurs, éternisez-vous en haut, mais de grâce, épargnez-nous de ces comédies et de ces tragédies, car vous êtes des paumés dans cet art et sachez que nous sommes loin d'être des imbéciles.

Rachid Mouaci

Plus d'articles de : Chroniques

Commentaires (0) | Réagir ?