Instituts et médias américains unanimes sur la fin du règne de Bouteflika (I)

Les analystes américains ne voient pas le président aller plus loin.
Les analystes américains ne voient pas le président aller plus loin.

En une semaine ; un rapport présenté à l’administration Trump par The Washington Institute for Near East Policy et deux dossiers de la presse Américaine augurent d’une probable instabilité de l’Algérie entourant la succession de Bouteflika

1- The Washington Institute for Near East Policy : Bouteflika est "confiné en fauteuil roulant et incapable de parler"

À la demande de la nouvelle Administration américaine, l’institut Winep prédit à l’Algérie dans un compte-rendu de dix pages, une "difficile transition" et "une succession contestée ou houleuse". Le rapport présenté par Robert Satloff et Sarah Fauer, explique d’abord que le pays avait échappé au printemps arabe à cause principalement de la décennie noir". "En Algérie, l'un des principaux producteurs de pétrole et de gaz, où les souvenirs d'une guerre civile tout au long des années 1990 ont probablement supprimé l'appétit pour un changement radical cette fois-ci, le régime des personnes âgées et le président en difficulté a rapidement répondu aux rumeurs de dissidence en plongeant dans les revenus de l'Etat pour élargir les avantages sociaux et ainsi éviter les troubles plus larges", peut-on lire dans ce rapport.

Puis de pointer le doigt sur la santé fragile du président algérien aujourd'hui âgé de 79 ans : "Le président algérien qui a duré le plus", observent les analystes américains est "confiné en fauteuil roulant et incapable de parler".

"Les militaires et les services de sécurité choisiront, ou auraient déjà choisi, le successeur de Bouteflika"

Concernant le fonctionnement interne de l’appareil de l’Etat, l’Institut américain estime que éles appareils politiques et de sécurité en Algérie restent opaques, mais le pouvoir est généralement présumé résider parmi les groupes de chefs militaires, d'agents de renseignement, d'hommes d'affaires et de politiciens collectivement appelés le pouvoir". Les problèmes de santé d'Abdelaziz Bouteflika semblent préoccuper les auteurs de la note, censée donner des orientations claires et l’attitude à prendre vis-à-vis de l’Algérie, d’autant plus que la succession n’est toujours pas tranchée, semble-t-il. "Les problèmes de santé de Bouteflika, conjugués à une série de restructurations au sein des services de sécurité de l'État et entre ceux-ci, ont soulevé des inquiétudes quant à la stabilité du pays en cas d'un plan de succession peu clair. Très probablement, les militaires et les services de sécurité choisiront, ou auront déjà choisi, le successeur de Bouteflika, bien qu'une succession contestée ou houleuse reste une possibilité", supputent les analystes.

Cependant, une succession douce ne serait pas, estiment les auteurs, un gage de stabilité à cause de la situation économique délicate qu'affronterait le nouveau président. Expliquant toutefois que "… même avec une succession harmonieuse, la probabilité d'une baisse persistante des prix du pétrole signifie que le prochain président algérien héritera d'une perspective économique de plus en plus critique." Une analyse au demeurant partagée depuis plusieurs mois par de nombreux économistes qui ne cessent de tirer la sonnette d'alarme. En vain.

Les milliers de petites protestations des Algériens des dernières années, pourraient ébranler les fondements du régime!

Les cinq dernières années ont déjà vu des milliers de petites protestations des Algériens demandant l'accès au logement, aux soins de santé et aux emplois. "L'une des raisons pour lesquelles ces protestations ne se sont pas transformées en une force nationale, plus perturbatrice, est que l'État a généralement réussi à récompenser suffisamment les manifestants dans un laps de temps relativement court". Toutefois, prévient l'institut Winep : "Si les recettes en baisse de l'État limitent sa capacité à répondre au mécontentement du public, les protestations croissantes pourraient ébranler les fondements du régime". Ce qui pourrait selon le rapport, détourner les services de sécurités de leur rôle antiterroriste. "Dans ce processus, l'instabilité croissante éloignerait les services de sécurité de l'État de leurs opérations antiterroristes dans les régions frontalières et augmenterait le risque d'un événement majeur de déstabilisation", préviennent les limiers de l'institut Winep.

Hebib Khalil

1- STRENGTHENING STABILITY IN NORTHWEST AFRICA : Ideas for U.S. Policy toward Morocco, Algeria, and Tunisia

Lire la 2e partie : Instituts et médias américains unanimes sur la fin du règne de Bouteflika (II)

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Ce n'est pas la mort de bouteflika ou pas, ceci est une chose qui la décision d'Allah Le Tout Puissant. Mais le malheur est que ce système mafieux à était mis en place à la création du fln. A la fin de la guerre le 19 mars 1962, le FLN aurais dû êtres dissous, et garder cette appellation en mémoire de la Révolution ?. Et non un parti politique corrompu et mafieux. Tout le monde sait que les Vrais Révolutionnaires ils n'en reste que très peux. Mais ils ont fabriqués par centaines de milliers de faux moudjahidines ?.

avatar
Kichi Duoduma

Je parier sur le contraire de tout ce que prédisent les instituts et médias américains ou d'autres pays. C’était quand la dernière fois qu’ils ont prédit un événement important ? Il y a moins de trois mois, ils n’avaient absolument aucun doute que Hillary Clinton allait gagner les élections, leur seule question étant par combien Trump allait se faire écraser. Ce type auquel ils ne donnaient pas plus de chances qu’à une boule de neige dans un volcan en éruption est maintenant le président des USA.

Nous savons tous évidemment que Bouteflika va crever d’un jour à l’autre et personne ne pourra empêcher cet événement, mais aucun américain ne sait ce qui se passera à ce moment-là. Des milliers d’algériens sont mieux placés pour le savoir que le plus futé des américains.

avatar
Massinissa Umerri

Tout a fait. J'en fais partie. Je viens de quitter Washington (DC) apres 30 ans de prison - prison comme PRISME, c. a. d. une perspective unique, quand on est pris a l'interieur du Beltway (la ceinture auto-route).

Il y a quelque temps, lors de la derniere compagne en 2008, la Hilary disait "je n'ai pas de temps, pour reagir au mouches. " pour vous dire, que l'AMP (swamp) etait deja la. Mais cet AMP, est plus visible du sommet de la Cathedrale, d'ou l'on peut percevoir la forme ronde de la topographie de la ville de Washington, entoure'e par des auteurs, avec la seule ouverture venant de la baie (Chesapeak bay), que prolonge le Potomac (riviere). Compare'e a Alger, Al Mouradia respire mieux, tout compte fait, meme si plus bas, ca sens la sardine pourrie...

Bref, entre Alger et Washington, c'est plutot Washington qui va subir avant Alger - et la cause "sociale" prevue pour Alger, est valable plutot a Washington !!! Ca bruite un peu partout aux USA, avec sa plus grande Economie, la Californie, trouvant la cause "Musulmane" comme pretexte d'invoquer une Nieme fois, la SORTIE, de l'union.

L'Islamisme est un phenomene de religion a l'extreme. L'argent facile aussi. Tandis que les Algeriens, sont facilement calme's avec un biberon de lait, une sucette a SUCRE'e, et une video de brunos Europeens tapant sur un ballon, les Americains demandent les meilleurs soins de sante' au monde, et un tas d'autres biens, reserve's aux privilegie's d'a travers le monde. Bref, ils se prennent pour des Allemands, alors qu'ils ne sont qu'Irelandais (la masse casseuse) - oubliant que les Allemands voyaient l'Amerique comme terrain sauvage a conquerir avec leur potes Japonais, alors qu'eux, les gueux de la republique, ont atterir ici pour des patates pour les uns ou enchaine's pour les autres ou carremment pour echapper au four d'autres encore...

C'est ce monde, qui gueule dans la rue pour reclamer les biens "sociaux" pour lesquels Obama les a endette's, tout en votant pour un Godfather de casinos.

Bref, le Dollar est le Dinard, sont devalue's, orphelins des vaches qui les alletaient - qui toutes les 2, pompaient dans le sous-sol -qui ne leurs appartenaient point et surfacturaient un tiers-monde, qui n'existe plus. En fait, Trump appelait durant sa compagne et meme apres, les Etat-Unis " TIERS-MONDE", dans lequel le monde jette/dump "SA CAMELOTTE. "

Il n'y a pas que l'Algerie qui fasse face a une crise Institutionnelle, les USA y sont pleins les pieds. La 1ere jambe est deja dans l'eau DU SWAMP (amp), avec une confrontation entre l'EXECUTIF et le JUDICIARE, ou ce que BenChicou appele "La Justice de Nuit" - L'autorite' Presidentielle (Trump) est courremment debattue et examine'e, a longueur de nuit... La difference est que ca ne prendra pas 20 ans !!! Les Americains sont plus rapides - a se noyer ou a en sortir saints et saufs.

Le chalenge est LA VIDANGE DU SWAMP (amp, fr). Parlant du swamp et des mouches, Trump fait reference aux Lobbys, tous organise's en "THINK TANKS", c. a. d. salons de the de Washington, ou se reunissent les Avocats pour bourdonner a coups de $400 de l'heure... alors que le pere de famille moyen aux USA, a du mal a faire la concurrence au dernier arrive' Migrant, Mexicain ou autre !

A la place d'une "proposition de valeur" (value proposition) superieure a celle du Migrant, les rednecks locaux, se refugient dans "where were you born?", ou es-tu ne', c. a. d. "ta mere l'a-t-elle ouvert, ici ou ailleurs ?"

C'est d'ailleur, le plus grand challenge de Trump - l'Institutionalisation ou pas de l'ouverture sanglante, en laquelle se resume tout l'ObamaCare.

Si le Dollar tient encore debout, c'est grace a la devalorisation des autres monnaies (de singe), tel le Dinard - qui fait qu'une heure de travail d'un Algerien (a faire la meme chose [comme reguarder un match]) vaut beaucoup plus. . . Mais cela, les temps des vaches maigres vont y mettre fin. Quelque chose comme, un retrait massif de monnaie.

Voyons, pourquoi les Anglais (maitres de la Comptabilite') ont-ils tenu a leur Libre ? Sans valeur materielle absolue, sinon celle sur papier... D'ailleurs, l'alarme generale, ici aux USA, est le Brexit - prevoyant une limite du champs de manoeuvre, de la dilution des autres monnaies dans le Dollar. Il va bientot falloir ne le faire que dans la Livre... et la, ils savent qu'ils ont a faire aux Maitres !

Trump le protectioniste ? Mais pas du tout ! Ses Gurus viennent de lui conseiller la deregulation des Banques. . . pour le retour massif des fortunes Americaine au bercail... Vraiment ?

Que se passe-t-il quand une unite' d'argent X se transforme en Dollar?

Ce n'est pas le dollar qui gagnera en valeur du tout, mais l'imposition d'un cout de la transaction - ce qui limitera leur nombre (des transactions), car si Trump compte imposer des frais, les autres banks aussi ! Mais, ce n'est pas ce qu'il dit du tout, au contraire "nous faciliteront le retour.... ", c. a. d. supprimer la tax. Perte seche de revenus a son Mega Program de reconstruction... c. a. d. multiplication du program OBAMA, avec la lourde Ardoise de la sante'... Seul gain des masses populaires Americaines.

Voila une source de troubles sociaux, predits aux Algeriens par ces SWAMPistes, qui aura lieu cette anne'e, pas en 2019.

Bref, j'ai eu l'opportunite' de frequenter, pas mal de ces Thinkers, du Swamp - et je peux vous guarantir, qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent. D'ailleurs, ils veulent mettre fin au terrorisme Islamiste, en armant les Saouds et Qataris !!!

On (Americains/moi inclus) est LOIN DE SORTIR DE l'AUBERGE.

Et pourtant, j'ai VOTE' pour Trump. Le jeux hasardeux que son Terme (et non Mandat) promet est que les De's seront SECOUE'S, comme il se le faut, ET QU'ILS TOMBENT LA OU IL PUISSENT... lE SEUL AVANTAGE QU'ONT LES AMERICAINS SUR LES ALGERIENS. EnAmerique, il est possible sommer le pouvoir, sans consequence... En Algerie, il s'agit de REGIME, c. a. d. que la maladie n'est pas contracte'e, mais dans les Genes...

Les USA s'en sortiront handicape's, et l'Algerie mourra a petit feu... Car, apres tout, faut bien sauver la mere patrie des khorottos, c. a. d. Fwansa !