A défaut de dialogue, Abdelmalek Sellal tweete avec les pharmaciens !

Abdelmalek Sellal
Abdelmalek Sellal

C'est invraisemblable ! Qui peut imaginer que nos vieux dirigeants qui ont déjà fait carrière dans la politique avant l'ère de l'informatique pourraient-ils communiquer avec leurs sujets en utilisant les réseaux sociaux ?

Eh bien, ce n'est nullement une blague. Abdelmalek Sellal notre Premier ministre qui nous a habitués aux farces et aux maladresses qui adresse cette fois un communiqué via son compte twitter depuis Addis-Abeba aux étudiants en pharmacie qui sont en arrêt de cours depuis des semaines.

Les cris de ces étudiants en grève depuis bientôt trois mois à travers plusieurs Willayas du pays n'ont pas trouvé d'échos ni auprès d'Abdelkader Hadjar, ministre de l'Enseignement supérieur ni auprès d'Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, même que leurs revendications sont de la compétence des départements de ces deux hommes.

Ces futurs pharmaciens réclament la suppression de certaines disciplines dans leur formation, car disent-ils : ces disciplines doivent faire partie du programme des étudiants en médecine et nullement dans le leur. L'autre revendication concerne le nombre de postes d'emplois qui leur sont réservés à la fin de leur cycle.

Après cette sourde oreille qui a trop duré, ces futurs pharmaciens ont lancé des SOS à travers les réseaux sociaux au Premier ministre. Parmi leurs messages, nous trouvons : "Y'en a marre de jouer au chat et à la souris avec Boudiaf et Hadjar, nous demandons l'intervention de Sellal", "On bouge, on bouge pharmacie dans le rouge" ou encore "Un jour la pharmacie a sauvé l’Algérie, maintenant l’Algérie va-t-elle sauver la pharmacie ?" en faisant référence à Benyoucef Benkhedda président du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) qui était pharmacien de formation.

C'est suite à ces SOS que le Premier ministre Abdelmalek Sellal a surpris tout le monde en répondant à ces grévistes par un message en quatorze signes via son compte twitter comme pour désamorcer la crise.

Nous espérons que ça ne sera pas une blague de plus de notre Premier ministre.

Rachid Mouaci

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Caton L'ancien

Le ministre de l'enseignement supérieur etc... est TAHAR Hadjar et Abdelkader; Abdelkader, lui, c'est l'ambassadeur universel !

C'est vrai que c'est toujours la famille mais, tout ce qui est vert n'est pas toujours de l'herbe !