De la violence des citoyens

Bejaia a été secoué par des manifestations violentes ces trois derniers jours.
Bejaia a été secoué par des manifestations violentes ces trois derniers jours.

Quelques très brèves réflexions banales mais nécessaires à rappeler, pour alimenter le débat et clarifier les idées.

En Algérie, comme dans toute société humaine, la violence citoyenne peut avoir une cause ou plusieurs combinées. Cette violence peut être produite par des manipulateurs qui poursuivent leur propre but.

Ceux-ci peuvent être des agents internes ou étrangers au pays ; ils visent à modifier des aspects du régime social ou à le renverser totalement, pour s’installer au pouvoir, puis établir un autre régime, servant leurs intérêts spécifiques.

Mais la violence peut être le produit de problèmes (économiques, sociaux, culturels, psychiques) que les citoyens, en tant que tels, ne parviennent plus à supporter, ni à exprimer de manière pacifique, par manque d’institutions à cet effet ou par surdité des autorités. La révolte est, alors, autonome, spontanée ou organisée par des leaders, faisant partie de ces mêmes citoyens.

Par conséquent, pour tout soulèvement, il faut parvenir à déterminer le réel motif de son apparition.

Celui qui pointe une cause spécifique doit en fournir les preuves concrètes vérifiables et convaincantes. Sinon, comment ne pas douter de sa bonne foi ? Comment ne pas croire que, lui aussi, est un manipulateur ? De tout ce qui vient d’être dit découle une constatation logique.

Si les citoyens ne souffrent pas de problèmes parvenus à un degré insupportable, peuvent-ils se révolter, que ce soit de leur propre initiative, ou manipulés par d’autres ?

Conclusion logique.

Éviter de créer des problèmes aux citoyens, trouver le plus tôt possible des solutions satisfaisantes (aux yeux des citoyens) aux problèmes existants qui les tourmentent.

Les citoyens n’auront plus de cause pour se révolter, et les éléments étrangers n’auront plus de levier pour les manipuler. Alors, la violence disparaîtra.

Kaddour Naïmi

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

les kabyles sont ils devenus de casdébiles?

normalement depuis juin 2001 ils auraient compris tout,

eux qui proposer une liste de choses à faire pour que le pays soit un pays normales et que les algériens soient des citoyens normaux,

en refusant les propositions de ce juin 2001 on est arrivé là,

alors pourquoi les kabyles vont ils continuer a payer pour les autres,

les propositions de juin 2001 auraient permis d'éviter :

1- les mandats à répétitions, donc le pouvoir personnel,

2- la prise de pouvoir par une caste politique dégénérée,,

3- la généralisation de la corruption source de tous les maux,

4- le gaspillage de 1000 milliards de dollars (recettes des hydrocarbures)

quand les algériens ont laissé partir zeroual et accueillit boutef ils ont tout perdu,

quand les algériens ont voulus que boutef leur donnent des logements et de l'argent ils ont tout perdu,

c'est vrai qu'en 2001

les kabyles demandaient déjà, à boutef un pays de justice, de démocratie, de liberté ou chacun aura la chance de réussir et de s’épanouir, un système éducatif qui forme pas seulement des savants mais surtout des citoyens, un système économique qui permet l’investissement humain et financier rationnel,

boutef avait reconnu que les kabyles lui réclamait une algérie forte faite sur des bases solides au moment où les autres ne voulaient que les logements, le gaz, l'eau courante et les aides de l'état,

et boutef ne pouvait offrir que les logements, l'argent de l'état, mais l'algérie de juin 2001,

on ne récolte que ce qu"on sème,

les revendications de juin 2001 fallait les faire à zeroual et pas à boutef,

mais hélas zeroual à était diabolisé par une classe politique corrompue qui ne voyait en zeroual qu'un général d'armée,

la constitution de zeroual était la bonne,

zeroual était la bonne personne pour faire de l'algérie un pays normal,

maintenant les kabyles devraient se tenir à l’écart et faire le spectateur ou le passif comme le faisait les autres, au moment clés de l'histoire de l'algérie,

les kabyles devraient cessé de payer pour les autres,

2001 c'était trop cher payer tout comme 1954,

les algériens sont comme ça et ce n'est pas aux kabyles de les changer ni de payer pour eux,

maintenant les algériens ont des logements, des voitures, de l’électricité, des iphones, des smartphones, l'internet, la télé avec toutes les chaines du monde, l'eau courante dans les robinets, des autoroutes, des piscines, des plages, ils ont coca cola, pepsi cola,

c'est qu'ils ont voulu, ils l'ont eu tant mieux pour eux,

les kabyles ont voulu la justice, la démocratie, une bonne gestion des ressources du pays, ils ne l'ont pas eu et tant pis pour les algériens,

à chacun ses neurones c'est comme ça,

c'est facile de gérer un pays c'est comme une entreprise

et c'est facile de gérer une entreprise c'est comme une famille,

tout dépend du chef de famille,

avatar
moh arwal

En gros le clan au pouvoir pense etouffer la carise et l'explosive en vue par trois actions :

1. les eloges et slogans gratuits de Sellal en directions des jeunesqui sont la frange la plus touchée ADIEU PRETS ANSEJ, EMPLOI TEMPORAIRE, LOGEMENT ET VOITURE POUR SE MARIER

2. vu et attendu que les jeunes reprendront la lutte très bientot, faute de n' avoir encore rien obtenu de concret de Sellal , Bedoui est là, pour les menacer de bastonnades en cas de recidive .

Vous m'avez comporis la venir est sombre, lhorizon est fermé.

visualisation: 2 / 8