Plus de 70 000 sans papiers algériens risquent l'expulsion d'Allemagne, de Belgique...

L'Europe fait pression sur l'Algérie pour accueillir ses ressortissants qui ne sont pas en règle sur le continent
L'Europe fait pression sur l'Algérie pour accueillir ses ressortissants qui ne sont pas en règle sur le continent

Dans un communiqué rendu public samedi, la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (Laddh) révèle que l'Allemagne a fait pression sur Abdelmalek Sellal pour qu'il accepte l'expulsion des sans papiers algériens.

Lors de sa visite en Allemagne, en janvier 2016, Abdelmalek Sellal "a subi des pressions" d'Angela Merkel, la chancelière allemande, pour accepter l'expulsion de plus de 2 300 Algériens sans papiers, arrêtés en Allemagne, souligne la Laddh. Pas seulement, les autorités belges entendent aussi se "débarrasser" de 35 000 Algériens sans papiers, selon le communiqué de cette ONG.

Le premier ministre belge a fait une visite à Alger le 7 décembre dernier. Contrairement aux discours officiels, il ne serait pas venu pour parler économie, puisque les échanges entre les deux pays sont insignifiants, mais bien pour organiser l'expulsion de sans papiers algériens. La Radio télévision belge (RTBF) a révélé, à l'occasion de cette visite, que les discussions avec les autorités algériennes avaient pour sujet "la réadmission des ressortissants algériens qui ne sont pas en règle de séjour sur le territoire belge".

Quant à la France, la Laddh révèle que des sources proches des milieux de défense des droits de l'homme, lui ont confié que plus de 30 000 ressortissants algériens sans papiers pourraient être renvoyés vers l'Algérie. Le ministère des Affaires étrangères français a ouvert "un canal de négociations" avec l'Algérie pour traiter la question des résidents sans papiers en vue de leur expulsion la plus rapide vers leur pays d'origine, ajoute la Laddh. L'Italie et l'Espagne essayent, elles aussi, de procéder à l'expulsion des milliers de sans papiers algériens qui résident dans ces deux pays.

Globalement, ce sont plus de 5000 ressortissants algériens sans papiers qui sont expulsés chaque année vers l'Algérie, affirme la Laddh.

Ces dizaines de milliers d'expulsions pourraient constituer une véritablee pierre dans la chaussure du gouvernement qui peine déjà à maintenir les équilibres un peu partout.

Les réfugiés légaux en Algérie

Selon les chiffres communiqués par la Laddh, il y aurait 165 000 réfugiés sahraouis en Algérie. Environ 4040 Palestiniens vivraient dans le pays. Quant aux Libyens, ils seraient plus de 40 000, selon la Laddh, depuis la guerre qui ravage leur pays. Ce sont là les chiffres officiels communiqués à la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme. Les Syriens, eux, ils ne seraient plus que 12000 en 2016.

Les sans papiers

Il y aurait quelque 250 000 Marocains sans papiers qui travaillent en Algérie, révèle la Laddh. Et 23 000 autres seraient issus d'autres pays d'Afrique.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
azrael cambyse

fort logiquement l’Europe se doit de permettre aux réfugies de guerre une place prioritaire sur son territoire ce qui n'est pas le cas des algériens.

avatar
azrael cambyse

la France accepterait volontiers le retour de ces ressortissants d'un pays étranger, pourquoi n en serait t'il pas de même pour l’Algérie, ce si beau pays.

visualisation: 2 / 5