La grotte préhistorique de Gueldaman, à Seddouk, intéresse les autorités

Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi
Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi

Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi a estimé, lundi à Bejaia, que les résultats préliminaires des fouilles opérées depuis six ans à l’intérieur de la grotte préhistorique de Gueldaman, dans la région de Seddouk, à 75 km au sud-ouest de Bejaia placent le site parmi les plus importants, sinon dans le monde du moins en Afrique.

"C’est une grotte rare. Un repère historique et culturel singulier", a-t-il soutenu se félicitant des nombreuses découvertes, mises en évidence par les chercheurs du centre national d’Anthropologie et de Recherches préhistorique et historique (CNRPH), promettant l’aide de son département pour aider à la publication de leur travaux et les mettre ainsi autant à la portée des chercheurs que du grand public.

M. Mihoubi, en visite sur le site, a suggéré la création à Bouhamza, la circonscription administrative mère, d’un musée, pour y exposer les divers vestiges mis en évidence et en faire par ricochet un lieu culturel et touristique qui compte.

La grotte, localisée au cœur d’une montagne, appelée Adrar n Gueldaman, découverte en 1920 puis soumise à des fouilles et des recherches poussées en 2011 recèle un matériel archéologique rare dont de la céramique, de l’industrie osseuse et des restes fauniques, enrichis depuis 2011 par d’autres trouvailles parmi lesquels figurent des éléments d’industrie lithique abondant et varié, de l’ocre , des bijoux et parures en coquilles marines, etc.

La grotte s’étend sur une superficie de 1800 m2 et dispose d’une galerie de plus de 80 mètres, constellée de piliers stalagmitiques dont l’abondance offre un cadre de contemplation magnifique, enjolivé de surcroît par leurs formes variées et curieusement découpées (stalactites, stalagmites, piliers, planchers, etc.).

Le ministre a encouragé l'équipe de chercheurs en place, conduite par le docteur, Farid Kherbouche, à poursuivre leur effort, les assurant du soutien de son département. Les collectivités locales ont été par ailleurs sensibilisées pour participer à la mise en valeur de tout le site, lequel, en fait, recèle plusieurs autres grottes mais de moindre importance, notamment en aménageant la route qui y conduit et son éclairage.

APS

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
haroun hamel

Le gouvernement du clan Bouteflika, ne pourrait en aucun cas valoriser les œuvres et le patrimoine millénaire de nos contrées s'il ne va pas dans le sens de sa glorification et celle des valeurs que ce clan défend. Il va de soi que les chercheurs et les habitants de cette région doivent traiter avec la plus grande circonspection la tentative de récupération spoliation de tout objet de valeur anthropologique de nature à nous éclairer sur nos ancêtres lointains. A voir comment les œuvres du Musé d'Alger et Jardin d'Essai du Hamma ont été volées, par ces parvenus, pour être vendues à l'encan.

avatar
Aghioul Aghyoul

C'est une très bonne initiative.

Notre pays recèle plein de richesses historiques qu'il faut étudier afin de renforcer notre identité et savoir qui nous sommes