La situation au Venezuela et en Libye fait monter le cours du pétrole en Asie

La situation au Venezuela et en Libye fait monter le cours du pétrole en Asie

Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, à la faveur de la situation confuse en Libye et des déclarations optimistes du Venezuela sur la possibilité d'un accord international pour geler l'offre.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) se réuniront la semaine prochaine de façon informelle à Alger avec des producteurs non membres du cartel pour discuter de la surabondance actuelle de l'offre qui plombe les prix depuis deux ans, et des moyens de soutenir les cours.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a assuré dimanche, en clôture du 17e sommet du mouvement des pays Non-Alignés, dont il assumait la présidence, que les producteurs de pétrole étaient proches d'un accord pour stabiliser les prix du brut.

Vers 03H45 GMT, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en octobre, référence américaine du brut, gagnait 79 cents, à 43,82 dollars, dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en novembre, progressait de 78 cents, à 46,55 dollars. Vendredi, les cours du pétrole avaient terminé en baisse, les inquiétudes sur la surabondance de l'offre, à court comme à plus long terme dominant à nouveau le marché.

Le cours de WTI a perdu 88 cents au New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, a lui aussi reculé, de 82 cents sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Une offensive lancée par une milice alliée au gouvernement d'union nationale libyen (GNA) pour reprendre le contrôle de terminaux du Croissant pétrolier a par ailleurs été repoussée dimanche par les forces d'une autorité rivale basée dans l'Est de la Libye.

Un réservoir de brut a pris feu lors des combats dans le port d'al-Sedra, a précisé la Compagnie nationale du pétrole (NOC) dans un communiqué.

Un tanker battant pavillon maltais, le Seadelta, censé recevoir une cargaison de brut de Ras Lanouf destinée à l'Italie, a dû se retirer vers un lieu sûr au large après les nouveaux combats qui ont éclaté près du port, a-t-elle ajouté.

Les bruits de l'Opep quant à un possible accord sur la production, les affrontements autour d'un terminal qui devait effectuer ses premières livraisons depuis 2014 ont contribué au rebond du Brent et du WTI, a estimé Jeffrey Halley, analyste chez OANDA.

AFP

Plus d'articles de : Economie-Finance

Commentaires (0) | Réagir ?