La députée britannique Jo Cox a payé les frais de son combat contre l’islamophobie

La députée Jo Cox a été assassinée jeudi dernier en pleine campagne qu'elle mène contre le Brexit
La députée Jo Cox a été assassinée jeudi dernier en pleine campagne qu'elle mène contre le Brexit

Jo Cox, la députée britannique lâchement assassinée jeudi dans le Nord de l’Angleterre, dans un geste de violence politique extrême, s’apprêtait à lancer une mise en garde sur la recrudescence des attaques anti-musulmans au Royaume-Uni, ciblant plus particulièrement les femmes.

Elle devait justement présenter au Parlement ce mois-ci un rapport, fruit d’un travail de plusieurs mois, qu’elle avait préparé en collaboration avec l’organisation Islamophobie watchdog anti-Muslem Tell Mama", dont les conclusions sont alarmantes, sur l’ampleur du phénomène. L'étude enregistre environ 80 % d'attaques sur les musulmans en Grande-Bretagne en 2015, un chiffre qui donne le vertige, dans un pays qui prétend être un modèle dans la coexistence entre l’ensemble des communautés.

Selon le directeur et fondateur de Tell Mama, Fiyaz Mughal: "Jo Cox avait lors d’une série de rencontre avec les membres de l’organisation de lutte contre l’islamophobie souligné l’importance d’une sensibilisation du public pour briser l’omerta et dénoncer les actes islamophobes, en particulier les attaques ciblant les femmes dans sa circonscription, qui se sont banalisées, à en croire les conclusions du rapport en question". Ce même rapport, est le dernier d'une série d’études annuelles sur la banalisation des attaques islamophobes. "Nous espérions qu'elle mette en évidence l'impact de ce phénomène sur les femmes musulmanes et le caractère sauvage de ces attaques qui se déroulent très souvent dans l’espace public. Malheureusement les forces du mal ont réussi à faire avorter ce projet prometteur, en exécutant leur stratégie macabre, à travers l’élimination physique d’une voix qui a décidé de dénoncer le racisme, la xénophobie et l’islamophobie, a déclaré le directeur d’Islamophobie Watchdog, soulignant encore que l'étude était essentiellement basée sur des données provenant de son organisation et de trois départements de la Métropolitaine police.

Selon le quotidien britannique The Times, Jo Cox a enregistré une vidéo qu’elle envisageait d’exploiter lors de son exposé au sein de l’hémicycle, et dans laquelle elle faisait référence à une discussion passionnante qu’elle a eu avec le personnel de Tell Mama. Elle évoque justement la stratégie à adopter pour venir en aide aux victimes des attaques, et le plan à mettre en œuvre pour lutter contre l'islamophobie, soulignant que le problème a pris des proportions inquiétantes dans sa circonscription, à telle enseigne que "bon nombre de jeunes femmes ne se sentent pas en sécurité lorsqu'elles sont dans la rue".

Il est donc clair que le parcours de cette femme dérangeait à plus d’un titre. Elle constituait une réelle menace pour l’extrême droite, à travers notamment son offensive contre le Brexit. Cela dit, son assassinat a réveillé les consciences sur le danger des thèses abominables de la mouvance populiste, qui joue sur la carte raciale pour diviser toute une nation.

Dans le sillage de l’assassinat de Jo Cox, la situation est décidément en train de basculer en faveur du maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne, les sondages d’opinion donnent en ce moment une nette progression, des votes pour le maintien, un geste de reconnaissance des Britanniques pour une femme qui a perdu la vie pour un idéal, le vivre-ensemble, sans distinction de race, de couleur ni de religion.

De Londres, Boudjemaa Selimia

Plus d'articles de : International

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Guennoun Djamel

Comme si l'islamophobie appartient exclusivement aux partis de droite. N'oublions pas les quêtes pour le terrorisme en algérie qui étaient faites en pleines places publiques londoniennes. C'est sincérement regrettable qu'une députée en pleine campagne soit assassinée de la sorte. Ce qui m'étonne le plus, c'est que #LeMatinDZ relaie et soit si influencé par les mêmes médias qui maintiennent l'ordre établit en occident et qui évidemment défendent l'interet de cet ordre établi dans les pays émergents. Politique soit disant de gauche qui a soutenu pendant longtemps sous couvert d'anti islamophobie les terroristes et les égorgeurs de musulmans qui placent leurs argents dans les clubs parisiens et londoniens.

avatar
Meziane Ait Ali

Islamophobie par-ci, islamophobie par-là, les musulmans pensent avoir trouvé la bonne parade contre la critique radicale de l'Islam en tant que religion et en tant qu'idéologie.... Oui, L'Islam, comme l'a été le catholicisme en Europe, n'échappera pas aux critiques de la raison et au dévoilement de ses contradictions et de ses rejets de la modernité !