Le complot au secours du complot

Toute manifestation est synonyme de complot de l'étranger pour le pouvoir.
Toute manifestation est synonyme de complot de l'étranger pour le pouvoir.

"Les membres d’une même industrie se rencontrent rarement par plaisir ou pour se divertir, mais leur conversation aboutit invariablement sur une conspiration contre l’intérêt général ou sur un accord pour augmenter leur prix." (Adam Smith)

Le complot dans le dictionnaire : "Résolution concertée secrètement et pour un but le plus souvent coupable. Former, tramer… pour un attentat politique. Mettre quelqu’un dans le complot, l’informer de ce qui se trame et l’y faire participer." Donc n’est pas comploteur qui veut : résolution, concertation, secret, formation, trame, attentat politique et plus d’argent selon Smith. Le complot, un mot magique permettait au tyran via son réseau d’espionnage d’éliminer proprement tous les gêneurs. L’histoire ne peut se passer des complots qui alimentent ses fosses communes. Dans la civilisation grecque, les dieux eux-mêmes ont comploté pour déclencher la guerre de Troie.

Au procès de Nuremberg, le chef d’accusation numéro 1 : le "plan concerté ou complot", le "crime contre l’humanité" ne venait qu’en 4e position. De nos jours, les 7 lettres se banalisent se mondialisent ne dédaignent aucun régime de la plus débiles dictature à la plus cosmétique des démocraties. Des 4 coins cardinaux, du sommet à la base, la hantise du complot. En Algérie, on a pris de l’avance : 99,99 % de la pensée politique est occupée par la main étrangère. Quant aux 0,01%, les formules de politesse et de piété s’y bousculent à l’aise. En France, qui capte les «allergies» avant les autres, l’Education nationale s’est penchée sur la parade contre les théories du complot : "L’avènement du multi-écrans, la facilité d’accès sur Internet à une multitude de contenus, de sources, créent une confusion dans laquelle il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux...

Dans ce contexte, le Service d’information du gouvernement (Sig ) s’est donné pour objectif de sensibiliser et encourager les internautes…à décrypter les discours complotistes..." (1) Des centaines d’experts d’enseignants d’inspecteurs de politiciens de lycéens…, sollicités pour réfléchir sur le danger. Sans parler des articles colloques vidéos destinés à désinfecter le fragile cerveau des petites têtes. D’après l’Ipso un jeune sur 5 adhère à la théorie. On ne sait pas le nombre de victimes du complot en France, mais le chômage tue en moyenne 10000 personnes par an. Les plus sulfureux diffuseurs du virus peuvent agir et posséder des sites accessibles tels qu’un Dieudonné, Soral et Meyssan. Au top 1 des complots : les attentats terroristes fabriqués par les gouvernements. Un attentat, contrairement à l’émeute, c’est tout sauf spontané. On le planifie, on assure les moyens de sa réalisation. Rarement le planificateur est le réalisateur. Il suffit de se rappeler comment l’Algérie a fait connaissance avec les attentats de l’Egypte de Nasser à l’Arabie des Ibn Saoud. Un attentat suit automatiquement l’autre et personne ne sait si de la fin ou du commencement fait partie du passé… Thierry Meysan dans son livre "L’effroyable imposture" traduit en 28 langues, un énorme succès au point où 40 % d’Américains, 49 % des Newyorkais, plus de 50 % des sondés en Amérique latine en Russie et dans le monde arabe sont convaincus que la Maison Blanche a joué un rôle dans le drame du 11/09/01. Un sondage de 2008 révèle que 80 % des Américains ne font plus confiance dans leurs politiciens alors qu’ils n’étaient que de 29 % dans les années 60. (2) C’est inquiétant et on comprend le succès d’un Le Pen et d’un Trump qui eux non plus n’ont pas trouvé la vérité et pour cause, aussi toxique et volatile que le mercure qui manque le moins. Ce n’est pas pour rien que les chercheurs trouvent toujours du crédit pour faire des expériences sur les cobayes humains non pas pour les soigner du cancer du sida ou du diabète, mais pour étudier leurs comportements. Trouver comment les rendre dociles. «La création du consentement n’est pas une discipline nouvelle. Elle est très ancienne et avait prétendument disparu avec l’apparition de la démocratie.

Mais elle ne s’est pas éteinte. Elle a en réalité énormément gagné en technique.» (Lippmann) A force de chercher on a trouvé. Pour détruire une rumeur, il ne sert à rien de lancer la vraie contre la fausse ou l’inverse. Le moyen le plus nocif, c’est de les mélanger. Par exemple quelqu’un vient vous dire que votre conjoint vous trompe. Vous le croyez parce que vous vous en doutiez déjà, vous vouliez simplement plus de certitude. Puis, le bonhomme ajoute qu’il vient de voir un OVNI avec plein de petits hommes verts dedans. Résultat assuré si vous êtes antiparanormal notamment concernant les soucoupes qui volent… On imagine mal le président yankee éliminer des milliers de ses compatriotes afin d’accaparer un pétrole arabe acquis. L’ampleur même des attentats de 2001 nécessite des centaines de complices dans l’armée, la police, le FBI, la CIA, la NSA, la NASA, la presse, les familles des victimes y compris le fameux Mossad qui sait tout. Impossible tellement la Constitution américaine oppose contre-pouvoir au pouvoir. Tous les scandales américains ont été révélés par des Américains sabotant ainsi leur propre politique extérieure : le Vietnamgate, l’Irangate, l’Irakgate et le Cablegate. Dans ce domaine-là, ils sont sans concurrent pour la médaille d’or du "harkisme". Réputés pour ne pas tenir leur langue et leur insouciance pour l’intérêt national, Snowden ne pouvait qu’être des leurs. Un type apparemment sans problème avec un bon pedigree : un père, ancien officier, qui n’a pas peur de soutenir publiquement son rejeton, une mère qui travaille dans la cour fédérale et une sœur avocate.

Ce n’est qu’aux USA qu’on peut trouver des sites hébergeant Wikileaks, des journaux comme The Gardian (version américaine) et le Washington Post récompensés par le prix Pulitzer pour avoir publié les révélations de Snowden sur l’espionnage de la CIA et la NSA. On voit mal aussi Hollande programmer les attentats de Paris, bien qu’il en ait le plus profité. Les coupables se suivent et se ressemblent : jeunes basanés incultes et fichés S, mais assez libres fortunés et débrouillards pour commettre des attentats spectaculaires dans la capitale du deuxième gendarme du monde. Grosso modo, les politiciens trouvent leurs comptes : ils laissent faire. Quand la foule est occupée à supplier qu’on la protège, elle ne voit rien d’autre, prête à n’importe quel sacrifice. Machiavel a dit que ce qui fait le plus peur à la masse c’est d’être opprimée, en état d’insécurité. Un romancier américain a écrit une nouvelle qui relate le combat à mort entre un médecin et un rat. Seuls survivants d’un naufrage, ils échouent sur un étroit rocher perdu au milieu des eaux. Avec pour seul objet, un couteau, le premier décide de se nourrir en coupant un morceau de son corps pour éviter de se retrouver dans l’estomac du second. Se manger au lieu d’être mangé. En vrai toubib, il réussit à tenir un certain temps avant de s’apercevoir, trop tard, de son erreur. Une malchance d’avoir un rat comme adversaire, seul animal qui a survécu aux dinosaures et à la bombe atomique… Il y a ceux qui croient au complot et ceux qui se disent puisque la TV n’en parle pas, ça n’existe pas. Pourtant, en France, ce n’est pas la TV qui a alerté au sujet de l’amiante, du sang contaminé, de l’hormone de croissance, du Médiator, de la malbouffe, etc. Il a fallu l’obstination des «complotistes» devenus parfois des lanceurs d’alerte pour alerter l’opinion publique.

En Algérie, l’Unique et ses clones auraient pu dire aux Algériens qui sont des êtres humains semblables aux Cubains : "Priez pour votre Rais bien-aimé, il est malade.»Puis d’ajouter, après la crise de nerfs d’un Jean-Marie Le Pen qui a révélé le secret : "Oui, il se soigne en France comme n’importe quel Algérien qui a une prise en charge. Il le mérite bien après tous les sacrifices et bienfaits qu’il a faits pour vous. L’Algérie ne peut pas tout faire. Elle a fait le bon choix de construire la plus grande mosquée du monde au lieu d’un hôpital aussi grand que celui du Val de Grace. En bons croyants, le mektoub c’est notre affaire. " Une politique idiote faite de secrets, de non-dits, de scandales qui se suivent et se ressemblent révélés toujours par la justice étrangère, le web, les réseaux sociaux… Et quand ils retrouvent la parole, les médias officiels hurlent au complot. Ce n’est pas pour rien que l’Etat se venge sur le débit de l’Internet, traque les blogueurs comploteurs sans parler d’une certaine presse qui ose reprendre l’info interdite. À quoi sert de cacher le vide ?… Il y a complot et complot. Par exemple, le complot sur l’assassinat d’un Kennedy d’un Boudiaf n’a rien à voir avec celui de la toxicité vaccinale de la pilule des épandages du projet HAARP soupçonné de perturber le climat et causer des catastrophes pas naturelles. Entre l’Opération Apollo qui a permis ou pas à un homme de marcher sur la Lune et les effets cancérigènes de l’aspartame de l’aluminium du plastique… Il y a d’un côté une vérité légitime sur la mort de deux grands hommes et le prestige de la NASA ; de l’autre, la santé de millions, de milliards de personnes. C’est important pour les nombreux parents ignares de savoir s’ils sont en train d’empoisonner leurs enfants ou pas. Ils seront les premiers à «lyncher» les faux accusateurs. Mais on préfère qu’ils crèvent étouffés par le doute avec le sempiternel débat branché sur la forme en ignorant le fond. La voix mondiale voulue unique : 90% des masses médias contrôlées par 10 noms transnationaux, quant aux 10 % des médias publics, ils s’alignent avec joie et soulagement.

En France, il est plus dangereux d’être raciste antisémite que d’être complotiste même si la théorie du complot est infiniment plus «dévastatrice» puisqu’il s’agit de la survie de l’espèce. De nos jours, la ridiculiser ce n’est pas facile quand elle est alimentée par de grands noms scientifiques tels que le célèbre professeur Joyeux et tant d’autres à découvrir d’un simple clic. Ces trouble-fête font peur et ont peur tellement est grand le risque qu’ils encourent : la ruine via le fisc, la radiation, le chômage, la mort sociale… "…Personnellement, je ne me ferai pas vacciner pour deux raisons principales…La première, c’est que mon médecin m’a dit qu’elle ne se fera pas vacciner. Je lui ai demandé si elle croyait que ses collègues médecins et infirmières avaient l’intention de se soumettre à une vaccination contre le virus H1N1, et la réponse est NON." (3) Avant d’alerter sur le danger du complot, il faut d’abord prouver qu’il est faux. Celui du vaccin nécessite à lui seul un débat planétaire et un procès exemplaire pour les vrais comploteurs. Se contenter de jouer les vierges pestes et effarouchées, même Daech se dit victime du complot. On se souvient de la réaction du gouvernement algérien quand la bourgade d’In Salah s’est soulevée contre le gaz de schiste. Puis l’évolution du langage officiel jusqu’à l’arrêt du forage qui a concordé avec la chute du prix des énergies fossiles.

Maintenant, le Sud est passé de la ruée du gaz de schiste à la ruée de l’or. (4) On ne sait pas qui du gaz ou du métal jaune est le plus nocif sachant que pour extraire l’or pour une simple alliance, on génère 20 tonnes de déchets. (TV Sciences et Vie) Qu’importent les heureux bénéficières, c’est l’omerta voulue et assumée comme d’habitude. On regrette le Sahara baigné d’or naturel de lumière de sérénité et de scorpions. Nous voilà avec un désert sans vie naturelle "desalgérianisé" et pourri qui retourne aux origines : le libre passage de l’Afrique subsaharienne. Une Afrique déstabilisée par Aqmi et les frérots pour que l’Algérie puisse se débarrasser de sa terrifiante jeunesse. Ce n’est même plus l’histoire de 1830 qui se répète. À défaut d’un roi, la France a une ministre de l’Ecologie, sous pression des complotistes, promet d’interdire même les épandages, les fameux chemtrails qui officiellement n’existent pas. Après tout le meilleur des mondes existe, il s’appelle l’Algérie sans les Algériens… Les brebis galeuses ne sont prises au sérieux que quand c’est trop tard, pourtant elles prennent toujours de l’avance. En 1949, Orwel écrit son livre 1984. Huxley, le Meilleur des mondes, 1932. Neil Postman, Se divertir à en mourir, 1985. John Saul, les Bâtards de Voltaire en 1992. Une année plus tard Jimmy Goldsmith écrit le Piège ; plus fort, Lysander Spooner avec son Outrage à chefs d’Etat en 1869. Camus, l’Homme révolté en 1951 et une décennie plus tard Boudiaf s’interroge : Où va l’Algerie ? Une année avant, Feraoun avait tout compris dans son Journal. En 2003 Eva Joly s’interroge : Est-ce dans ce monde que nous voulons vivre ? 3 années plus tard, Stiglitz voit lui, Un autre monde… Et la liste est longue de ces prophètes du malheur traités de fous, d’anarchistes, de fabulateurs, de théoriciens du complot.

Pour le philosophe Noam Chomsky, le plus médiatisé des complotistes contemporains, l’auteur des stratégies de la manipulation : "La théorie du complot est quelque chose que les gens disent quand ils ne veulent pas que vous réfléchissiez à ce qui se passe vraiment." Pour nous empêcher de réfléchir, il n’y a pas meilleure drogue que la TV. "…La télévision a atteint le statut de "mythologie"… la télé est en train de transformer notre culture en une vaste arène pour le show- biz. Il est possible qu’on définitive nous en soyons ravis et que nous ne souhaitions pas autre chose. C’est bien la crainte d’Aldous Huxley… «Penser» ne passe pas à la télé, c’est une chose que ses dirigeants ont découverte depuis longtemps." (5) Pour le sociologue Taguieff, les croyances conspiratrices ont 4 principes : "1- Rien n’arrive par accident. 2- Tout ce qui arrive est le résultat d’intentions ou de volontés cachées ; 3- Rien n’est tel qu’il parait être ; 4- Tout est lié, mais de façon occulte." N’est-ce pas les étapes du procès à la Kafka avant le peloton d’exécution. Machiavel dit que tout n’est pas politique, mais que la politique s’intéresse à tout ? Elle échappe à tout et rien ne lui échappe.

Quand l’Elysée, cette République des clans comme la surnomme Kahn, alerte les jeunes avec son site OnTeManipule.fr, sa compère la Régence n’a pas de soucis à se faire, convaincue que ses sujets sont aussi vivants que leur Dey du 4e mandat. Les Algériens sont illico dans le DéjàManipulés. com. C’est le public fantôme, le spectateur sourd d’un Walter Lippmann avec sa fabrique du consentement qui a fermé en 1962 ses portes en Algérie faute de matière première. "Il ne peut y avoir de liberté pour une communauté qui n’a pas les moyens de détecter les mensonges." Plus il y a mensonge plus le complot fleurit à tout va. Ce système ne peut se maintenir que par la force. Le budget de la première puissance est égal à la somme de tous les budgets militaires de la planète qui sont loin d’être négligeables surtout celui des dictateurs. Pour alimenter un ogre aussi vorace, on n’a pas trouvé mieux que les usines d’armes quitte à réveiller un monde arabe névrosé et immortaliser ses psychopathes de califes. En 1935, le brillant général du corps des Marines Smedley Butler, médaillé à largeur de poitrine, écrivait son malaise : "J’ai passé 33 ans et 4 mois dans le corps des Marines… Pendant cette période, j’ai passé la plus grande partie de mon temps à être un homme musclé de première classe pour les grandes entreprises, pour Wall Street et pour les banquiers. Bref, j’ai été un racketteur pour le capitalisme." C’était avant, avant que la mafia ne prenne les commandes du Globe et que les généraux ne perdent leur honneur.

Avant les années 60 où la CIA reprenait avec bonheur la "théorie du complot" pour clouer le bec et ridiculiser ceux qui osaient exprimer leur doute. Bernanos, une grosse pointure du groupe "conspirateur" se demandait "La liberté, pour quoi faire ?" Tout en suspectant l’optimisme d’être une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles. Juste après l’euphorie de la victoire sur l’Allemagne nazie, il déclarait : "Vous ne vous intéressez peut-être pas beaucoup au monde de demain. Mais le monde de demain s’intéresse beaucoup à vous. Vous vous dites sans doute : quoi qu’il arrive, je trouverai bien le moyen d’y entrer, d’une manière ou d’une autre. Oui, sans doute. Espérons que ce ne soit pas comme l’agneau dans la gueule du loup."

Mimi Massiva

Renvois

(1) Le Figaro.fr 09/02/2016

(2) Enquête du Program on International Policy Attitudes, 2008

(3) Tribune Libre 03/ 10/09 (Sylvain Racine)

(4) Le Soir d’Algérie (13/06/16)

(5) Se distraire à en mourir (Neil Postman)

Plus d'articles de : Débats

Commentaires (0) | Réagir ?