RSF inquiète des mesures annoncées par Abdelmalek Sellal pour l’audiovisuel

RSF inquiète des mesures annoncées par Abdelmalek Sellal pour l’audiovisuel

Reporters sans frontières a rendu public le communiqué suivant sur la situation des médias en Algérie.

Abdelmalek Sellal, Premier ministre algérien a annoncé ce 23 mai avoir demandé au ministre de la Communication, M. Hamid Grine d’“assainir” le secteur de l’audiovisuel, où évoluent une cinquantaine de chaînes de télévision privées, non agrées. Reporters sans frontières (RSF) s’inquiète de ce blanc-seing donné à l’exécutif pour l'octroi des licences et appelle à la mise en place rapide l’autorité de régulation de l'audiovisuel, indépendante, selon le Code de l’information algérien de 2012.

Le Premier ministre algérien a annoncé lundi des mesures draconiennes pour interdire les chaînes de télévision non-agrées. Objectif revendiqué par Abdelmalek Sellal : “ remédier aux dépassements de lignes rouges” par certains médias, qui ont selon lui porté atteinte aux “valeurs et aux principes de la société algérienne ” et aux “fondements de la Nation”.

Le nouveau dispositif comprend notamment la mise en place d’un agrément sur la base d’un cahier des charges fixant les droits et obligations de ces chaînes. Cette réforme devrait être menée selon le chef du gouvernement, par le Ministre de la communication “en attendant la mise en place de l'autorité de régulation de l’audiovisuel”.
“Cette démarche du gouvernement algérien est préoccupante puisqu’elle donne à l’exécutif tout pouvoir pour octroyer ou non les licences aux chaînes , déclare Yasmine Kacha, responsable du bureau Afrique du nord de Reporters sans frontières, il serait plus judicieux dans un premier temps de donner sa pleine dimension à l’autorité indépendante chargée selon l’article 55 de la Loi de 2014 sur l'audiovisuel, d’instruire les demandes de création de services de communication audiovisuels.

Bien que cette instance ne soit pas chargée d’attribuer les licences, elle constituerait jusqu’à un certain degré une garantie pour une presse libre et indépendante du pouvoir politique “.

Pour rappel, seules quatre chaînes sur cinquante-huit sont autorisées à exercer en Algérie. Il s’agit de Dzair TV, Ennahar TV, El Djazair et Echourouk TV dont les lignes éditoriales sont connues pour être peu critiques du gouvernement algérien.

En 2014 et 2015, deux chaînes de télévision, Al Atlas TV et El Watan TV avaient été fermées par les autorités. RSF avait dénoncé ces fermetures forcées pour des raisons politiques, qui punissaient les chaînes pour leur choix éditoriaux.

L’Algérie figure à la 129ème place (sur 180) du Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2016 par RSF.

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
logique logique

merci au Matin d'Algérie seul journal Algérien qui permet à ses lecteurs de s'exprimer sur la décadence Algérienne qui résulte de l'incompétence ou la complicité de ses politiques ou même les deux! ces "responsables" ont commencé par la réforme de l'enseignement allant jusqu’à clochardiser le système éducatif et 2ément introduire la corruption à toutes les échelles! ces deux éléments font la une des chaines de télévision (50) sauf dans les 4 chaines qui servent le pouvoir!le monopole de l'information est tenu par l'état. la loi de MARCHE ou CRÈVE!! tous les organes de l'état sont gangrénés par la corruption et l'incompétence y compris l'éducation (écoles, collèges, lycées, instituts, universités) le seul pays au monde ou certaines administrations délivrent leurs documents en Français et d'autres en Arabe l'enseignement avant le bac se fait dans la langue Arabe et à l'université en langue Française !cela me rappelle l'histoire du corbeau qui a voulu imiter la marche du pigeon pour finalement oublier même sa marche sans arriver à imiter le pigeon!!!!!!!!!!!!

avatar
deradji nair

Mais le Matin n'a jamais était un journal algérien mais plus français qu'algérien et puis il n'est pas édité en Algérie. C'est un journal d'opposants qui invente plus qu'il en dit de vérité et en donne surtout à tous ceux qui critique l'Algérie ou veulent en faire des douilete comme le pensent certains kabyle. C'est simple tous les journaux qui adhère à la position du Matin n'ont qu'à faire comme lui s'implanter ailleurs et dirent ce qu'ils pensent de l'Algérie et de ses Gouvernant et pourquoi aussi du peuple.

avatar
Mohamed Benacif

Avec l'évolution dr Robert Médard, il y a longtemps que l'on devrait plus considérer cette association comme crédible et fiable. Tout les chemins mènent à l'extrémisme au mon de la liberté de la presse et de la démocratie. Alors gardons la garde.