Fatwa contre Kamel Daoud : six mois de prison contre Hamadache

Zraoui Hamadache a lancé une fetwa contre Kamel Daoud
Zraoui Hamadache a lancé une fetwa contre Kamel Daoud

Le tribunal d'Oran a requis six mois de prison ferme et 50 000 DA d'amende contre l'islamiste Hamaddache dans son procès face à l'écrivain chroniqueur Kamel Daoud.

Le tribunal d'Oran a décidé de la date du 8 mars prochain pour rendre son verdict dans l'affaire de "menace de mort" contre l'écrivain et journaliste Kamel Daoud. Le procès s'est déroulé en l'absence de la victime, représentée par son avocat Abderrazak Fodil, et en présence de l'accusé Zraoui Hamadache qui a nié l'accusation portée contre lui, à savoir la menace de mort, tout en soutenant qu'il a agi en tant que citoyen et membre de la ligue internationale des oulémas musulmans, "sollicitant les pouvoirs publics à exercer l'application de la peine (El Hadd) sur l'écrivain Kamel Daoud, en application de la chariâa pour ce qui concerne l'atteinte aux valeurs de l'Islam".

Son appel, adressé aux pouvoirs publics, a été fait "suite aux propos contenus dans un roman de l'écrivain Kamel Daoud et ses déclarations précédentes à une chaîne de télévision française", a-t-il ajouté. Il a estimé que les propos du romancier "affectent les sentiments des musulmans et les valeurs fondamentales de la nation algérienne, telle que l'identité et la langue arabe", tout en signalant qu'il a, à son tour, déposé plainte contre l'auteur au niveau d'un tribunal à Alger suite aux déclarations de Kamel Daoud à la chaîne française.

De son côté, l'avocat de la victime a estimé que l'appel lancé par Hamadache sur son compte personnel de Facebook et ses déclarations lors d'une émission diffusée par une chaîne privée algérienne est "une incitation claire pour tuer l'écrivain", qualifiant ceci de "menace de mort" selon les lois du code pénal.

L'avocat de Kamel Daoud a requis l'application de la loi afin de "réhabiliter la victime" et un dinar symbolique. Le procureur a demandé, à l'issue de son réquisitoire, six mois de prison ferme et 50.000 DA d'amende à l'encontre de l'accusé.

Avec APS

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (9) | Réagir ?

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Nighak a kichi....

Je me disais, ya Kichi : si on compilait toutes ces histoires on pourrait en faire une bible.

Sauf qu’avec tous ces bigots qui attendent le Mahdi, ils pourront en faire une religion pour de vrai.

Et puisque tu viens d’emprunter une histoire à nos compatriotes arabophones, je me dis que pour équilibre le chwari, qu’on devrait leur en rendre une de chez nous autres les kabichous.

C’est l’histoire du Mesvah.

Il était une fois un chikh ldjama3 qui officiait dans un petit village kabichou.

Le chikh fantasmait sur une femme, dont le fils était son élève.

Il s’approchait de l’élève et lui disait : "ya miss tzougarth" (ya wlid el3eb3ouba, pour vous autres arabophones exclusifs).

Le gamin finit par rapporter la chose à sa maman. La mère rapporta la chose à son mari. Ils décidèrent de monter un coup.

La prochaine fois, dit la mère à son fils, que le chikh te dit" ah ya miss t’zougarth", dis-lui, que maman t’invite à la maison, samedi, mon père s’absentera. Ba3d el3icha, c’est O K.

Samedi, ba3d l3icha, notre chikh se faufila entre les murs et se rendit à la maison de son fantasme.

Il trouva la table bien garnie, Thazougarth l’invita à s’assoir. A peine posa-t-il une fesse que: brusquement on tapa à la porte.

- C’est mon mari, il va nous tuer, vite, vite dans la jarre. Le Chikh plongea dans la jarre, luc en l’air.

La dame za3ma déçue marmonna à son mari : pourquoi tu es rentré, je ne t’attendais pas, tu aurais dû avertir, c’est pas des manières.

Le mari, dit à sa femme, il fait noir, passe-moi une bougie. Il prit la bougie, se dirigea vers la jarre et l’enfonça dans le luc au chikh, en guise de chandelier.

Toute la nuit il enfonça des bougies dans le luc au chikh.

Le lendemain, le chikh entra chez lui le luc comme un chiflor.

Quinze jours plus tard, le mioche excusa sa mère pour le contretemps et proposa à con chikh de revenir à la maison.

Alors le chikh dit au mioche ! Rohou techriw el mesbah, le luc ta3 chikh matchi mesbah !

avatar
inconnu inconnu

t en pis pour lui j’espère que la condamnation soit au moins maintenue ou pour mon grand bonheur revue a la hausse

visualisation: 2 / 8