Révélations de Nouredine Aït Hamouda sur Saïd Sadi

Said Sadi au coeur de révélations faite par son ancien compagnon.
Said Sadi au coeur de révélations faite par son ancien compagnon.

L'ancien député et membre fondateur du Rassemblement pour la culture et la démocratie tire à l'arme lourdes sur Said Sadi.

Le feu de la discorde a gagné les anciens ténors du RCD. Malgré les années passées ensemble au MCB et au RCD, Nouredine Aït Hamouda a la dent dure contre Saïd Sadi. C'est un homme blessé et plein de colère qui multiplie les sorties médiatiques ces derniers jours pour dénoncer Sadi. Vendredi soir, invité de BRTV, l'ancien député du RCD fait des révélations gravissimes sur son ancien compagnon de lutte. Il revient sur la proximité de Said Sadi avec les généraux, notamment l'ancien patron du DRS, Toufik Mediene, l'homme qui faisait et défaisait les carrières depuis 1990.

Ait Hamouda n'y va pas de main morte. Il alligne les déclarations aussi compromettantes et graves les unes derrière les autres. "Sadi a-t-il réuni les 75000 signatures pour ses deux participations aux présidentielles ?" s'interroge, un brin moqueur, Nouredine Aït Hamouda. Puis il répond : "Ce sont les militaires qui ont réuni les 500 signataires pour la candidature de Sadi à la présidentielle"l. Dans l'attente d'une réponse du premier concerné, cette révélation porte sérieusement atteinte à l'homme politique qui se voulait populaire et démocrate. Si l'on suit Nouredine Aït Hamouda, Sadi a servi de faire valoir aux généraux.

"En tout et pour tout, j'ai vu Toufik 10 fois, Saïd Sadi a dû le voir 500 fois... Moi je n'ai pas vu Toufik pour avoir un terrain à El Biar pour y construire une villa et la louer 12000 euros... Moi je n'ai jamais emmené quelqu'un voir Toufik", se dédouane Aït Hamouda... Et de préciser sur ses aquisitions des armes pour les patriotes qu'il a dirigés pendant la décennie noire en Kabylie : "Les armes me sont remises par les militaires, et les premières acquises je les aies remises aux patriotes d'Aghrib pour protéger Said Sadi". Ait Hamouda plaide un rapprochement de nécessité avec les généraux. Rien d'autre, semble-t-il dire.

Comme pour avancer que l'ancien président du RCD se prépare à revenir à la politique, le fils du colonel Amirouche confie à Kamel Tarwiht : "Maintenant que Hocine Aït Ahmed est mort, le chemin est libre m'a confié Said Said".

La charge est lourde, elle touche directement le parcours politique de l'ancien patron du RCD. Une question demeure : pourquoi Aït Hamouda fait toutes ces révélations maintenant lui qui connaissait toutes ces pratiques depuis toujours ?

Faut-il s'attendre à une réaction de Said Sadi attaqué ici de font et sans concession par Nouredine Aït Hamouda ? Attendons de voir.

Hamid Arab

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (22) | Réagir ?

avatar
inconnu inconnu

je te reproche une chose toute simple c'est d'avoir ouvert ta gueule trop vite accuser un ami de 40 ans de tous les maux dont l’espionnage au profit des américains c'est aller trop vite en besogne sincèrement je n'arrive plus a te suivre il n’y a que toi qui est honnete

avatar
mhand said

je rejoins sara-sadim, sur ce qui concerne les divisions kabylo-kabyles, et je plains surtout ces pseudo-defenseurs des deux parties, qui au lieu d appeler au calme, a la retenue, ne font qu envenimer les choses. je rejoins aussi moh aroual qui appelle a créer un parti, pour l union des amazighs, ou qu ils sont, comment ils sont : arabophones, francophones ou berbérophones ; pourvu qu ils se reconnaissent en leur amazighite. je rajoutes aussi que tous les partis algériens crées en 89, sont tous des bombes a retardement, semés par-ci et par la par ce système, dans le seul but de se maintenir au pouvoir en créant la zizanie entre eux. donc, tous ces pseudos leaders, sont plus ou moins, des grands TEMMAAS (SE REMPLIR LES POCHES ET PLACER leurs proches.) : voila le politicien en Algérie !

visualisation: 2 / 18