Batna : Amnukel, le grand Roi Massinissa, ravit le public

Les comédiens sur scène.
Les comédiens sur scène.

En marge de la 7e édition du festival culturel national du théâtre d’expression amazigh, la troupe théâtrale de Constantine a offert dans la soirée du jeudi 24 décembre, un spectacle hors norme au public batnéen.

La pièce théâtrale "Tamezgunt : Amnuka, Le grand Roi", est présentée pour la 1 re fois par une troupe du théâtre régional de Constantine. La pièce Amnukal, tirée d’une œuvre écrite de l’époque des Numides, - 300 ans avant J.C – est mise en scène par Karim Boudechich ainsi que Aissa Redaf, cinégraphie. Celle-ci a été interprétée sur scène par la très divine Feriak Yasmine . La pièce raconte l’histoire du grand Massinissa, roi Numide, le tout sur la trame d’une étude de démolition d’un patrimoine (tombeau de Massinissa), celui-ci allait être démoli et remplacé sans doute par une nouvelle construction. L’architecte s’est mis à raconter à une journaliste se trouvant sur le lieu, l’histoire du dernier grand Roi de l’époque des Numide Massinissa. Émerveillée, (yeux fermés), la jeune femme a été entrainée dans le passé , ceci-dit, elle revient en arrière de plusieurs siècles, juste après la mort de Massinissa et revit tous les moments difficiles (guerres, misère, souffrance, maltraitance des soldats et autres des siècles précédents) ainsi que tous les événements à partir de cette pièce ou tamezgunt, comme on l’appelle en tamazight, jusqu’au dernier Romain qui l’avait emprisonné puis pour la tuer, la jeune femme torturée, fait appel au Roi des Imazighen qui l’a sauva. Elle a compris et appris alors ses origines.

A son réveil, la journaliste s'est rendue compte de ses origines, depuis elle ne s’est plus empêchée de préserver et de défendre de la destruction le patrimoine des Numides et Romains. Cette pièce de théâtre est fascinante, la scénographie astucieuse et efficace (Redaf Aissa) soutient la vivacité de la représentation. C’est une interprétation remarquable qui a fait la richesse du spectacle, des plus petits rôles aux plus importants. Chacun est à la fois précis, engagé et porte avec intelligence le personnage. Dans la pièce, Boudechich Karim, signe une mise en scène enjouée, fine, profonde, fluide de la pièce de Amnukal et a dirigé à la perfection des comédiens remarquables en tête desquels l’éblouissante Yasmine Feriak. Il est question de deux personnes dont l’une d’elle raconte l’histoire des origines à partir des Numides et l’autre qui a enduré des tortures afin de lutter contre les difficultés de garder et préserver des patrimoines et sites existants.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
massinissa yacoub

très belle initiative de cette régions cela doit continuer et inciter d'autres mise sous les projecteurs de cette belle culture , et je trouve dommage que l'histoire de ce grand roi et de ses autres illustre contemporain ne soit plus connus et reconnus dans notre pays et jusqu'au confins de l'Afrique du nord la culture Amazigh devrait être un lien d'union entre tous ce qui aime leur patrie.

avatar
Bachir Ariouat

Ces genres de pièces de théâtre ne devrait pas rester cloitré dans une région, elle doit être jouer sur l'ensemble du pays et même dans l'ensemble de l'Afrique du nord. c'est ce qu'il nous faut pour faire connaître notre histoire et identité.