La 7e édition du festival national du théâtre amazigh se déroule à Batna

 Souhali Salim, commissaire du festival, au milieu
Souhali Salim, commissaire du festival, au milieu

Le Théâtre régional de Batna (TNB) organise du 23 au 31 décembre 2015, la 7e édition du festival national du théâtre amazigh.

Les troupes qui prennent part à la compétition sont au nombre de 09 et viennent de six wilayas différentes (Tamanrasset, Constantine, Djanet, Oum-El Bouaghi, Batna, Tizi-Ouzou et Bejaia). Sans oublier celles du Théâtre national algérien et quatre autres associations de différentes régions. Salim Souhali, commissaire du festival, a tenu un point de presse dans la journée de mercredi où il a passé brièvement en revue les grands axes autour desquels s’est articulé cet événement national. Il a commencé par préciser que ce festival n’est pas uniquement celui de la ville de Batna, mais de toutes les régions du pays. Rappelant que le festival est organisé par le Théâtre régional de Batna(TNB), sous la tutelle du ministère de la Culture et l’aide précieuse portée par la wilaya, apprend-on. Souhali Salim, commissaire du festival, a indiqué au Matin-dz, qu’en marge de ce festival, se tiendra également un colloque scientifique sur l’expression et les écritures des pièces théâtrales. Amazighs.

«Cette même sélection favorisera, sans aucun doute, les échanges d'expériences et encouragera la créativité en matière d'écriture, de mise en scène et d'adaptation à la réalité, en développant un dialogue entre les artistes et le public», a ajouté le commissaire du festival. Aussi, il a rappelé que chaque année ce festival tient à présenter au public un programme riche et diversifié, comme il entend créer un espace d'échange culturel, intellectuel et artistique entre le public et les comédiens. A cette occasion, des hommages ont été rendus à trois personnalités culturelles amazighes, au cours de ce festival, il donnera également lieu à l’organisation d'un colloque sur le texte théâtral Amazigh avec la participation de plusieurs chercheurs et académiciens. Souhali a conclu en soulignant que les passionnés des planches seront, lors de cette édition, les observateurs privilégiés d'une création en mouvement qui s'accapare l'homme et sa société pour livrer des œuvres puissantes et audacieuses.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (0) | Réagir ?