La restauration du monument Imedghacen a débuté

Le fameux mausolée d'Imadghacen
Le fameux mausolée d'Imadghacen

La restauration du monument funéraire amazigh Imedghacen,situé dans la wilaya de Batna et de la fortification de la Casbah d’Alger, se fera dans le cadre d’un programme européen en partenariat avec le ministère de la culture.

Concernant le monument funéraire d’Imedghacen, les travaux ont déjà commencé. Ferroukhi Mahfoudh, docteur en archéologie et expert en la matière, a indiqué au Matin-dz, que les études visant à restaurer ces symboles du patrimoine national ont été attribuées à une holding d’engineering et de conseil dans le secteur de la construction. Le monument funéraire royal d’Imedghacen datant du IIIe siècle avant J.-C. et les bastion 8 et 11 de la Casbah d’Alger sont des perles de l’architecture, témoins de notre histoire et de sa richesse. Ils sont d’ailleurs classés au patrimoine mondial de l’humanité depuis l’année 1992, a-t-on appris de la même source. Cette décision de rénovation a fait suite à un appel d’offre international lancé par le programme d’appui à la protection et la valorisation du patrimoine culturel en Algérie élaboré en partenariat entre l’Union européenne et le ministre de la Culture. Alger étant située dans une zone sismique, il est urgent selon les experts de renforcer le patrimoine urbanistique qui s'y trouve.

Visite du mausolée.

Afin de préserver et de mettre hors de danger ces monuments face aux risques d’effondrements, le directeur du programme, Mahfoudh Bougandoura, a déclaré que l’objectif principal de cette opération est de "sécuriser les monuments notamment celui de Imedghacen et de l’intégrer dans la dynamique économique et social de la région de Batna, sachant que le mausolée est isolé de la ville. Pour ce qui est de la Casbah d’Alger les deux bastions croulent sous les gravats et détritus". En outre, ce programme sera cofinancé par l’UE et l’Algérie à hauteur de 21.5 millions d’euros et 2.5 millions d’euros respectivement. Ce genre de projets est primordial pour sauver le patrimoine culturel du pays et sensibiliser la société civile à l’importance de l’héritage patrimonial, apprend-on.

Abdelmadjid Benyahia

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Rabah Mansour

Bonne nouvelle car il était temps et il est dans un piteux état. Même l'autoroute construite du temps où l'islamiste (sans barbe) Amar Ghoul était ministre des TP ne lui a même pas prévu une voie d'accès. C'est vous dire le mépris qu'on ces gens-là pour les monuments historiques qui témoignent de notre passé.

avatar
Bachir Ariouat

Que faut-il faire pour que nous Ministres s'intéressent enfin à notre histoire et à la récupération des pièces archéologique de notre patrimoine nationale reviennent sur le territoire nationale, au lieu de se cantonner dans leur idéologie d'arrière de la guerre d'indépendance.

D'ailleurs, même cela, cette guerre d'indépendance personne ne peut accéder aux archives hormis ceux publiés par l'historien combattant de l'A. L. N., Mohamed Harbi, documents qu'il aurait reçu de Krim Belkacem.

Entreprendre la remise en état c'est bien, mais il faut aussi chercher qui est-ce qu'ils ont trouvé dedans les Français et le récupérer, s'il le faut par des moyens judiciaires. ces biens appartiennent au patrimoine Algérien, ils doivent le restituer à l'Algérie, peu-être en faire un musée nationale.