Washington condamne le Rwanda d'avoir permis à Kagame de briguer un 3e mandat

Le président Kagame
Le président Kagame

Les Etats-Unis ont condamné mardi une décision du parlement rwandais réformant la Constitution pour permettre au président Paul Kagame de se présenter pour un troisième mandat.

Un porte-parole du département d'Etat n'a pas précisé si l'aide américaine au Rwanda, un ancien allié avec qui les relations se sont tendues, serait réduite, mais il a prévenu que les liens entre les deux pays pourraient être revus. Les sénateurs rwandais ont adopté mardi, après les députés fin octobre, une modification de la Constitution permettant au président de se représenter en 2017 et de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

Cette réforme doit encore être soumise à un référendum mais elle devrait être validée, compte tenu de la faiblesse de l'opposition. Les Etats-Unis notent avec une grande inquiétude le vote du Sénat rwandais aujourd'hui, a déclaré le porte-parole adjoint de la diplomatie américaine, Mark Toner, lors du point de presse quotidien.

Nous espérons que le président Kagame mènera à terme ses engagements précédents de promouvoir une nouvelle génération de dirigeants au Rwanda, et quittera ses fonctions à l'issue de son mandat actuel en 2017, a-t-il prévenu.

S'il décide de rester au pouvoir, cela pourrait avoir des conséquences sur les relations à venir entre les deux pays, a ajouté le représentant du département d'Etat, en réponse à un journaliste qui lui demandait si l'aide américaine au Rwanda allait diminuer.

Paul Kagame dirige le Rwanda depuis que les rebelles Tutsi, dont il fait partie, ont mis fin au génocide en 1994 et chassé les extrémistes Hutu. Il a gagné les élections de 2003 et 2010. La réforme fait passer de sept à cinq ans le mandat présidentiel et en limite le nombre à deux, mais elle n'entrera en vigueur qu'à l'issue d'un nouveau septennat transitoire entre 2017 et 2024, pour lequel le président en exercice reste éligible, de même qu'ensuite pour les deux quinquennats prévus.

Washington a maintenu de bonnes relations avec Kagame qui a, selon les Etats-Unis, ramené la stabilité et la prospérité dans un pays éreinté par le génocide. Mais les Etats-Unis s'opposent à la prolongation des mandats présidentiels des dirigeants africains, estimant que cela nuit à la mise en place d'institutions démocratiques.

Si Kagame semble bénéficier d'un large soutien de la population, ses opposants l'accusent devenir de plus en plus autoritaire.

AFP

Plus d'articles de : International

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
mhand said

suite: fafa et les USA, cont inuent a nous imposer leurs dictat : un handicape comme président, des voleurs et des voyous comme ministres, des bourourous comme chefs de partis, au sénat et a l APN. , des députés qui votent des loi contre le bien du peuple et du pays. et tout ça !, c est pour pouvoir piller les richesses de notre pauvre Algérie, en toute impunité. ils poussent leur culot, jusqu a donner la nationalité, la carte de séjour pour ces gens qu ils nous imposent (khallil, saadani...). car sinon, comment peut on croire qu un sans cervelle comme saadani puisse arriver a l apn et a la tête du FLN, s acheter des appartement huppes a paris et avoir 300 millions en banque en France?

avatar
Bachir Ariouat

ça me fait rigoler ces genres de commentaires, une telle puissance condamne la réélection d'un dictateur Africain qui n'a même des chèvres pour nourrir son peuple.

Il y a des moyens d'empêcher ces dictateurs d'accéder à la gouvernance sans pour autant verser du sang des innocents.

Sauf que voilà, ils ne veulent arriver le faire, ils miaule mais derrière ils sont là pour exploiter s'il y a des richesses naturelles, vient on commerce avec toi, pour te vendre nos biens et prendre tes matières premières.

Arrêtons l'hypocrisie, ils sont tous d'accord, pourvu que le dictateur crache dans le bassinet.