Le chanteur compositeur Meziane Rachid tire sa révérence

Meziane Rachid immense compositeur et chanteur
Meziane Rachid immense compositeur et chanteur

Le chanteur, auteur compositeur et animateur de la radio chaîne II, Meziane Rachid, est décédé vendredi matin des suites d'une longue maladie, a-t-on appris auprès de sa famille.

L'immense Meziane Rachid qu'on surnommait l'archiviste de la radio, pour sa riche collection de disques de chansons kabyles et de photos d'artistes, est mort à l'hôpital (Parnet) d'Alger, des suites d'une longue maladie. Il a été victime en 2008 d'un accident vasculaire-cérébral qui l'a cloué sur la chaise roulante. En dépit de son talent reconnu par ses pairs et le public, Meziane Rachid était un artiste d'une grande simplicité

Né le 27 février 1944 à la Casbah d'Alger de parents originaires du village Ait Yahia dans la commune d'Azeffoune, Meziane Rachid de son vrais nom M’hamed Yala, fut élevé dans un milieu purement chaabi. Il avait toutefois une curiosité pour tous les genres musicaux. "Meziane Rachid était un artiste lumineux, il faisait l'art pour l'art", raconte Rachid Oulebsir à son sujet. Pour Medjahed Hamid, Meziane Rachid (avait) "une vision noble de la notion artistique que j'admire"

Meziane Rachid a à son actif un répertoire riche d'un millier de chansons aux teintes sentimentales et nostalgiques à travers lesquelles se reflète son tempérament calme, d'un homme paisible qui écoutait plus qu'il ne parlait. Il a également écrit des textes pour de grandes célébrités de la chanson tel que "Essendu" qu'il a composé pour Idir, "Akwessigh ami azizen" pour Nouara, "El mahnaw" pour Kaci Abjaoui, "Ay-ahddad N'ath yenni" pour Samy El-Djazairi.

Il s'était également mis à la réalisation d'émissions radiophoniques, animant plusieurs émissions à la Radio chaîne II, entre autres "Ighennayen Uzekka" avec Cherif Kheddam, "Errahva n'ssouk", "Agherval Imchercher", "Sbah Lxir" avec Ben Mohamed et "Lkar N Tizi N Tlata". C'est à 9 ans qu'il a croisé le chemin de Cheikh Nouredine qui l'introduira dans le milieu du théâtre à Alger.

Plusieurs hommages lui avaient été rendus de son vivant, notamment par le Haut commissariat à l'Amazighité (HCA), la Radio et la Télévision nationales.

Il sera enterré samedi au cimetière d'El Alia. Il avait 71 ans. L'homme est certes parti, mais son oeuvre est désormais éternelle.

Avec APS

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?