Le chanteur kabyle Moh Ouali Hakem, inhumé à Iflissen (Tizi-Ouzou)

Moh Ouali Hakem
Moh Ouali Hakem

Le chanteur Moh Ouali Hakem, décédé vendredi, à l’âge de 81 ans, des suites d’une longue maladie, a été inhumé, dimanche, au cimetière de son village natal Tizi Temlelt, dans la commune d’Iflissen, à une quarantaine de kilomètres de Tizi-Ouzou.

Une foule nombreuse, dont des élus locaux et des cadres de la direction locale de la Culture, était présent à l'enterrement du défunt, auteur-compositeur, qui avait accompagné de grands maîtres de la chanson Cchaâbi, à l’instar de Dahmane El Harachi et Cheikh El Hasnaoui.

Modeste et discret, Moh Ouali Hakem, qui est entré dans le monde de la chanson en 1956, n’avait cherché ni la gloire, ni à gagner de l’argent avec la chanson en enregistrant et en mettant sur le marché ses œuvres, selon ses amis. Il s’était plutôt contenté de les enregistrer à la Radio nationale et de les interpréter lors de fêtes familiales, faisant découvrir aux connaisseurs, des textes profonds habillés de douces mélodies qui traduisent sa sensibilité à fleur de peau.

Ceux qui l’ont connu le présentent comme "un homme de cœur, humble, modeste et affectueux". Reconnu pour son talent, les enfants de son village lui avaient rendu un vibrant hommage en 2008 en présence de grandes figures de la chanson kabyle.

Moh Ouali Hakem est né en 1934. Il immigra en France à l’âge de 18 ans pour y travailler. C’est dans l’hexagone qu’il exprimera son talent d’auteur compositeur en fréquentant de grands du Chaâbi notamment Dahmane El Harrachi, et Cheikh El Hasnaoui.

Il laisse derrière lui un répertoire riche de plusieurs chansons traitant de thèmes variés notamment l’exil et l’amour de la patrie, et dont une grande partie n’a pas été enregistrée et que les enfants de sa région ont eu le privilège de découvrir et de redécouvrir lors de fêtes familiales auxquelles il participait.

APS

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?