La prose zen de Hubert Haddad

Hubert Haddad.
Hubert Haddad.

Hubert Haddad vient de publier coup sur coup deux romans, - "Mâ" et "Corps désirable", - à la très sympathique maison d’éditions Zulma, en France.

Ecrivain de talent, ciseleur de mots sans pareil, Hubert Haddad signe deux romans éblouissants. Si vous aimez la poésie, le chant des mots, les phrases ciselées avec un art consommé de la maîtrise, procurez-vous "Mâ", de Hubert Haddad. L’auteur invite au voyage, à la rêverie. "La marche à pied, écrit-il, mène au paradis il n’y a pas d’autre moyen d’y parvenir, mais il faut marcher longtemps". Dans ce romain japonais, l’auteur noue les destins de deux êtres improbables. Shoichi, un jeune désœuvré qui confie "vingt ans valent à peine le bâillement d’un chat. Il travaille comme barman au Café Crépuscule. Un de ces soirs de service, son regard croise celui hardent d’une femme. " …quelques égarés et des provinciaux poussaient encore la porte. C’est alors qu’elle apparut, seule ; son immense visage rayonnait comme une lune passante. Elle m’effleura du regard après un bref salut au patron". Toute la vie de ce jeune étudiant prend la lumière ce soir-là. Naît alors une passion brûlante entre la femme et le jeune Shoichi. Mais Saori a une autre passion, celle de Saori Santoka, un homme qui a renoncé à tout pour devenir moine vagabond et néanmoins haïkiste de talent. Universitaire, elle s'est employé à rédiger une biographie du moine-poète qu’elle a remis à Shoichi. Puis disparait mystérieusement. Ici commence une autre histoire. Troublante de ressemblance.

Rongé par les douleurs du passé, celle de son enfance et la perte de sa mère, le jeune étudiant se lance dans la publication de la biographie. Mais au-delà de la trame romanesque, l’auteur nous offre à lire une prose zen, pleine de sagesse. Des petites pépites à noter et à garder. Exemple ? "La solitude est bien la seule conquête de l’homme libre". Le roman est traversé aussi de très belles descriptions de la nature.

"Mâ" est une histoire de marche à pied avec ses vaticinations et ses errances réelle et imaginaire. Celle d’un jeune écorché en lutte avec ses vieux souvenirs. Hubert Haddad nous livre ici le roman de deux vies, celles d’un poète maudit et d’un jeune amant abandonné. Au fil des pages remplie d’une écriture très inspirée, l’histoire s’effeuille, le passé ressurgit pour se confondre au présent avec des jaillissements poétiques tout en inspiration : "Le passé n’est passé de rien, le futur nous effleure à peine et il se résorbe dans l’éternel présent".

Kassia G.-A.

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
sarah sadim

Ali Haddad ca va aussi lui donner des idées s'il lit la prose de son homonyme Huber Haddad, alors vivement la fin des chinoiseries inutiles.

avatar
hichem meradji

mmm ça donne envie..