Nigeria: des milliers d'opposants dénoncent des fraudes électorales

La présidentielle au Nigeria est émaille de fraude.
La présidentielle au Nigeria est émaille de fraude.

Des milliers de partisans du principal parti d'opposition au Nigeria ont manifesté dimanche à Port-Harcourt (sud) pour dénoncer des fraudes et demander l'annulation des élections présidentielle et parlementaires tenues la veille, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les manifestants soutenant le Congrès progressiste (APC) ont convergé vers les bureaux de la Commission nationale électorale indépendante (Inec), qu'ils accusent d'avoir falsifié le scrutin dans l'Etat de Rivers, demandant la tenue d'un nouveau vote.

L'Etat de Rivers, qui concentre l'essentiel de la production de pétrole du Nigeria, est un Etat clé pour l'élection présidentielle qui oppose le président sortant Goodluck Jonathan à son principal adversaire, l'ancien général Muhammadu Buhari, candidat de l'APC.

Nous sommes ici pour faire enregistrer notre réclamation pour l'annulation des élections dans l'Etat de Rivers hier (samedi), a déclaré le chef local de l'APC, Dakuku Peterside, candidat au poste de gouverneur de l'Etat.

M. Peterside a accusé l'Inec d'agir en connivence avec le PDP, le parti au pouvoir du président Jonathan, pour truquer les résultats. Selon lui, les procès-verbaux des résultats des bureaux de vote ont été détournés par l'Inec en collaboration avec le Parti démocratique populaire pour être rédigés en faveur du PDP. Il a réclamé qu'un nouveau scrutin soit organisé.

Le porte-parole local de l'Inec, Tonia Nwobi, a démenti à l'AFP toute manipulation des résultats de vote. Le chef local du PDP, Felix Obuah, a lui aussi réfuté ces accusations, assurant dans un communiqué que le scrutin était crédible.

L'Etat de Rivers est traditionnellement en faveur du PDP et même si on faisait l'élection un million de fois, le PDP gagnerait, a-t-il déclaré, reprochant à ses adversaires d'être de mauvais perdants.

A Abuja, le chef de l'Inec, Attahiru Jega, a confirmé avoir reçu les réclamations de l'APC pour l'Etat de Rivers et promis une enquête approfondie. Il y a de nombreuses allégations de fraudes et nous allons examiner cela attentivement. Si des membres de notre personnel sont impliqués, nous prendrons les sanctions appropriées, a-t-il déclaré.

Aux dernières élections, en 2011, c'est le PDP qui avait remporté l'Etat de Rivers mais le gouverneur Rotimi Amaechi est passé deux ans plus tard à l'APC. Depuis, les relations sont plus que tendues entre les deux partis.

AFP

Plus d'articles de : L'actu en Algérie et ailleurs

Commentaires (0) | Réagir ?