MDS : Marquer l’histoire, préparer l’avenir

Les marcheurs de Paris pour dénoncer le terrorisme.
Les marcheurs de Paris pour dénoncer le terrorisme.

Le Mouvement démocratique et social nous a fait parvenir le communiqué suivant.

Depuis Paris où se déroulait une grandiose marche de solidarité, les familles des victimes de l’attentat de Charlie Hebdo et du supermarché casher de Vincennes, des personnalités politiques françaises de toutes sensibilités, 48 chefs d’Etats et de gouvernements étrangers ainsi qu’une foule de millions de personnes ont dit, au monde, leur rejet de la terreur islamiste et leur attachement à la liberté d’expression. Les tentatives éhontées de récupération par le criminel de guerre sioniste Netanyahou n’auront pas réussi à briser l’élan qui l’obligera même à ravaler ses propos provocateurs.

Rares ont été les responsables du monde arabe et musulman présents, certains Etats ayant même avoué être embarrassés par la présence, dans les défilés, des caricatures au nom desquelles les terroristes islamistes ont justifié leurs crimes. Le ministre algérien des Affaires Etrangères a participé à ce cortège international qui était un appel à faire vivre la démocratie. Mais le message transmis par Ramtane Lamamra aurait été plus audible si la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, l’interdiction de manifester à Alger et le silence sur des appels à mettre à mort des algériens pour leurs idées n’étaient pas venus écorner la crédibilité du pouvoir algérien sur ces questions.

En Algérie, l’islamisme ne s’est pas encombré de ces contradictions. Par leurs déclarations qui justifient le crime contre le blasphème et mettent la foi au dessus de la loi, les différents chefs intégristes ont encouragé la célébration du carnage et réaffirmé leur engagement en faveur du projet d’Etat théocratique, négateur des libertés et de la vie. Ils se retrouvent sur la même ligne que les chefs terroristes islamistes qui de Libye au Yémen, en passant par l’Irak et la Syrie, se réjouissent après les attentats qui ont ensanglanté la capitale française.

Malgré l’horreur qui a été largement réprouvée, les tenants de l’Etat théocratique espèrent échapper à leurs responsabilités. A cette fin, ils voudraient paradoxalement manipuler aussi bien la rancœur qui s’exprime contre l’isolement dont a été l’objet le peuple algérien quand il affrontait le terrorisme islamiste que le refus de la tolérance, à des fins impérialistes, dont bénéficient des organisations terroristes islamistes qui déstabilisent le monde arabe et auxquelles ils n’ont pas manqué d’apporte leurs encouragements. Mais la vigilance des citoyens leur fera manquer leur but comme elle a fait échoué les tentatives de semer le doute avec leur odieux qui-tue-qui. Rien n’y fera, ni les repositionnements de certains de leurs nouveaux alliés démocrates grâce auxquels ils espèrent être blanchis, ni les outrances de ceux qui dévoient le combat pour tamazight et relativisent ainsi la dérive sanguinaire islamiste.

Le MDS salue les marcheurs de Paris. Mais cet hommage émouvant ne doit pas masquer les exigences qui demeurent. Il faut en finir avec les contradictions aussi bien en Algérie qu’en France où un tribunal, au nom de la compétence universelle, a été saisi pour poursuivre des Patriotes algériens qui ont affronté le terrorisme islamiste les armes à la main. Leur procès s’entamait au moment même où tombaient les victimes de Charlie Hebdo, il doit être mis fin à cette situation intolérable. C’est un autre procès qui devrait s’ouvrir, celui de l’islamo-fascisme. Le rassemblement de Paris nous indique une volonté d’affronter, en commun, le terrorisme islamiste. Cette résolution doit se traduire par la mise en place d’un tribunal international contre le terrorisme islamiste, à la manière de ce qui a été fait à Nuremberg pour les crimes nazis.

Alger, le 11 janvier 2015

Le bureau national

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

Il faut à mon avis pointer du doigt et accuser les chefs d'État qui font de l'islamisme politique leur pain béni, l'islamisme politique qui pollue les joutes électorales et les fait rempiler mandat sur mandat. Il faut condamner les dictatures théocratiques qui étouffent et répriment dans leur pays respectifs la liberté de culte, la liberté de conscience, la liberté d'expression qui sont le fondement de toute démocratie. Des dictatures qui se disent démocratiques mais qui font tout pour détourner et et biaiser le processus jusqu'au suffrage universel qui les a portées pour justifier leur soit-disante légitimité. Une sorte d'intelligence sociale, une sorte d'escroquerie électorale qui ne dit pas son nom pour briguer haut la main une élection qu'elles ont truquée et falsifiée du début jusqu'à a fin.

avatar
sarah sadim

Ca serait un "coup d'épée dans l'eau" cette mobilisation mondiale contre le terrorisme islamiste, si le combat n'est pas porté au niveau des surperstructures gouvernementales et idéologiques des états, l'Algérie sous Bouteflika a comis la plus grave Infamie par sa loi dite de "r"econciliation nationale", une imposture politicienne BOUTEFLIKIENNE, mettant le criminel à l'abri et la victime dans l'oubli abject.

Pire pour des raisons politiciennes d'un clan voulant se perpétuer au pouvoir indéfiniment, Abdelaziz Bouteflika joue au double chantage:

1) Faire peur à certains militaires qui faisaient leurs boulots anti terroriste comme les américains ou les francais aujourd'hui, de les envoyer à cette drole de CPI par des opérations d'intox d'officines et personnes médiatiques (FIDH) largement arrosées par les dollars bouteflikistes.

2) Faire peur à la sociéte politique et civile algérienne avec son fameux: Moi et mon pouvoir ou.... je donnerai le pouvoir aux islamistes durs et intégristes type Madani Merzag pour en faire un "Algéristan", et, bien sur donner du répit à son clan voleur pour échapper et se fondre ailleurs.

Madame la France meurtrie dans sa chair aura t elle un nouveau regard sur un voisinnage trop louche?

Là est toute la question, l'occident acceptera t il de revisiter ces alliances mercantiles conjoncturelles avec des régimes hybrides comme celui d'ALGER, là sera la deuxiéme question.

Autrement sans les laches et interressées complicités occidentales, le pouvoir de Bouteflika n'aura pas dépassé un seul mandat, et on n'aura pas sur les Bras la forte dissimination terroriste invasive du sahel à partir de l'algérie.

Alors tribunal internationnel des terroristes islamistes ok, mais le terrorisme ne devra t il pas avoir une extension aux trop graves détournements (type algérie) massifs pouvant réduire un pays à la faillite et engendrant de graves et nouvelles dérives sécuritaires régionales.

Autrement ces immenses sommes se chiffrant en dizaines et dizaines de milliards de dollars dont un pays comme l'algérie est victime, ces sommes colossales iront nécessairement rejoindre l'informel circuit financier criminel internationnal, et serviront à quoiq, ?

Peut que les grands services secrets des occidentaux ont ils déjà des réponses, leurs politiques les écouteront ils?

Enfin la reconceptualisation du terrorisme armé ne peut se faire sans son corrollaire Financier voyou d'états ou de pouvoirs délinquants, vous avez un Juste à ALGER;

visualisation: 2 / 4