Pôle des forces du changement : les institutions élues algériennes ne sont pas légitimes

Ali Benflis, le coordinateur du Pôle des forces du changement.
Ali Benflis, le coordinateur du Pôle des forces du changement.

Le Pôle des Forces du Changement s’est réuni mardi 02 décembre courant sous la conduite de son coordonnateur, M. Ali Benflis et a procédé à l’évaluation de la situation politique, sécuritaire et économique du pays qui se résume comme suit :

1– En premier lieu le Pôle des Forces du Changement a pris acte avec une grande tristesse et beaucoup de douleur les conséquences des derniers événements survenus à Touggourt et qui se sont soldés par des décès de citoyens – qu’Allah tout puissant leur accorde sa sainte miséricorde -, aux parents desquels les membres du Pôle présentent leurs sincères condoléances, comme ils souhaitent un prompt rétablissement aux nombreux blessés.

A ce titre le Pôle considère que ce type d’événements s’explique par la mise à l’écart de la citoyenneté et l’absence de représentativité authentique des citoyens sans laquelle aucun canal de dialogue ne peut être établi. Aussi l’absence de prise en charge et de résolution par les autorités publiques des préoccupations sociales et des problèmes de la vie quotidienne des citoyens, constitue la principale cause des multiples et récurrentes protestations des populations à travers plusieurs régions du pays.

2– Le Pôle rappelle sa position de rejet envers la volonté du système politique en place d’aller vers une révision de la Constitution qui ne fera inéluctablement qu’amplifier et compliquer la crise multidimensionnelle aigue que connait le pays, caractérisée notamment par la vacance de pouvoir et l’absence de légitimité des institutions élues. Le Pôle réaffirme que le règlement de la crise politique actuelle exige prioritairement, la prise en considération rapide et urgente de ses différents aspects par la réalisation d’un consensus national rassembleur et inclusif ayant pour objectif la mise en place d’une légitimité véritable dont la révision constitutionnelle, opérée par des institutions légitimes, en constituera le couronnement.

3– Le Pôle des Forces du Changement maintient que la crise politique que traverse le pays nécessite des solutions consensuelles découlant d’un dialogue sérieux et constructif mené sereinement et fondées sur des mécanismes clairement définis garantissant au pays une transition démocratique organisée, graduelle et pacifique.

Dans ce cadre, le Pôle a réaffirmé son adhésion aux conclusions adoptées lors de la réunion de l’Instance de Concertation et de Suivi réunie le 18 novembre 2014, marquées par une unification des visions et des positions ainsi que par l’adoption des grandes lignes de son plan de sortie du pays de sa crise politique actuelle.

4– Enfin le Pôle des Forces du Changement a exprimé sa profonde préoccupation envers la chute continue des prix des hydrocarbures face à laquelle les pouvoirs publics n’ont pris aucune mesure et dont ils continuent à minimiser les effets alors que le spectre d’une grave crise financière pointe à l’horizon. L’amère réalité est que les politiques économiques menées ont prouvé leur échec dès lors qu’elles n’ont pas réussi à extirpé le pays de sa dépendance croissante vis-à-vis de l’étranger, pour une grande partie, de ses besoins en produits de consommation alors que des sommes colossales ont été injectées durant quinze années dans des actions autres que celles pouvant suppléer les ressources des hydrocarbures.

Tout ceci est, en vérité, le résultat de l’absence d’une bonne et sérieuse gouvernance économique doublée qui n’est soumise à aucune forme de contrôle, de transparence et de reddition des comptes.

Alger le, 02 décembre 2014

Le coordonateur du Pôle des forces du changement

Ali Benflis

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?