L'anthropologue Fanny Colonna tire sa révérence

Fanny Colonna
Fanny Colonna

L'anthropologue, sociologue et grande spécialiste des Aurès Fanny Colonna est décédée, mercredi, en France à l’âge de 80 ans.

Native d’Algérie, Fanny Colonna était une anthropologue et sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS. Elle s’est spécialisée dans l’étude de la transmission et de la création intellectuelle dans le Maghreb et a toujours vécu en Algérie jusqu’à 1992. Son grand-père maternel était forestier à la maison forestière de Chélia, au cœur des Aurès. La région pour laquelle elle s’est passionné et a consacrée la plupart de ses travaux.

"Aurès/Algérie, 1935-1936", paru en 1995, dans lequel Fanny Colonna a dépoussiéré et présenté au public, la collection des photographies réalisées par Thérèse Rivière dans les Aurès pendant sa mission ethnographique entre 1934 et 1936.

En 2010, et après plusieurs années de recherches en France et dans les Aurès, Fanny Colonna publie : "Le Meunier, les moines et le bandit : des vies quotidiennes dans l'Aurès (Algérie) du XXe siècle". Un récit passionnant où s’entremêle des destins d’hommes venus d’horizon divers ; le célèbre bandit d’honneur Messaoudh Ug Zalmadh (Ben Zelmat), le meunier sicilien Jean-Baptiste Capéletti, et le diocèse des pères blancs installé près d’Ichamoul (Médina).

Elle a travaillé également sur l’évolution de la pratique religieuse en Algérie : "Les versets de l'invincibilité : Permanence et changements religieux dans l'Algérie contemporaine" (1995), et s’est intéressée à l’histoire de la colonisation : "Traces, désir de savoir et volonté d'être : L'après-colonie au Maghreb", paru en 2010.

Malgré son départ de l’Algérie en 1992, Fanny Colonna est restée très impliquée dans la vie intellectuelle algérienne, où elle revenait régulièrement pour animer des colloques et des conférences.

Jugurtha Hanachi

Fanny Colonna : Le Meunier, les moines et le bandit

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?