L’orientalisme d’Edward Saïd

Edward Saïd
Edward Saïd

Depuis la parution du livre-phare du professeur de littérature comparée, Edward Said, L’Orientalisme, réagissant aux discours trop marqués par les jeux de l’exclusion de Bernard Lewis, Huntington et Fukuyama, le monde de la pensée a entamé de sérieuses et nouvelles réflexions sur la question de l’altérité perçue autrement, c’est-à-dire passée au crible fin de la critique et de l’interrogation

Par Ahmed Cheniki

Ce livre est tout d’abord une critique d’un certain orientalisme qui crée l’Orient pour en faire un espace marqué par la barbarie et la sauvagerie. C’est d’ailleurs cette manière de faire et de voir qui a toujours caractérisé la littérature coloniale, mais également le discours de certains auteurs autochtones ou d’autres écrivains extrêmement controversés comme Albert Camus par exemple. Said s’insurge contre ce discours réducteur et propose une redéfinition de l’appareillage conceptuel ciblant les anciennes colonies. C’est dans ce sens que son livre fait date, déconstruisant le regard de l’ «Occident» sur un «Orient» schématisé, stéréotypé , une création de l’imaginaire «occidental», produit d’une vision du «dehors», faisant de l’Autre, un bloc singulièrement pauvre, qui ne pourrait retrouver une certaine humanité que s’il acceptait de se fondre dans l’instance européenne. Mohamed Arkoun va également dans ce sens en évoquant le cas de l’Algérie : "Les Français modernes, représentants des Lumières laïques, ont créé en Algérie le droit de l’indigénat conçu et géré par l’État républicain. L’Autre est ainsi vraiment l’étranger radical, qui ne peut entrer dans mon espace citoyen ou dans mon espace de valeurs religieuses et/ou démocratiques que s’il se convertit ou s’assimile, comme on dit encore à propos des immigrés".

Nourri des textes fondateurs de Fanon (Les damnés de la terre ; Peau noire, masques blancs), de Césaire (Cahier d’un retour au pays natal ; Discours sur le colonialisme) et d’Albert Memmi (Portrait du colonisateur) et d’une certaine littérature anglo-saxonne rejetant l’Autre, Edward Said propose une relecture du monde, démontant les mécanismes du fonctionnement du discours colonial traversant les contrées des pratiques sociales, politiques, littéraires et artistiques. Le postcolonialisme qui va par la suite s’enrichir des travaux de Bhabha et de Spivak, apportant une autre manière de lire les réalités coloniales, notamment, à partir des expériences asiatiques et indiennes, propose certes une nouvelle exploration du discours colonial, mais peut tomber dans les pièges du rejet de l’"Occident" considéré comme un bloc, une totalité dépouillée de ses contradictions et de ses luttes, d’ailleurs non défini, ni délimité et du particularisme qui engendrerait une lecture essentialiste du monde, loin des jeux libérateurs et opératoires de l’Histoire. Une lecture fondée sur les jeux de polarités pourrait neutraliser toute lecture sérieuse et altérer la réalité. Avec l’émergence d’idées nouvelles et de débats nouveaux caractérisés par la présence d’interrogations puisées dans les propositions de Deleuze, Foucault, Derrida et Ibn Khaldoun, Ibn Rochd ou Abed el Jabiri, de sérieux positionnements sont possibles, nourris de la positionalité chère à Foucault, de la dissémination (Derrida) ou de la notion de rhizome, mais surtout de Glissant, Said, Mroua et d’Arkoun et de l’idée de transculturalité de Fernado Ortiz rendant désormais obsolète cette histoire d’interculturalité, trop peu engageante.Une autre critique, plus ou moins libérée des canons dominants est-elle possible ? N’y a-t-il pas risque d’une nostalgie et de la célébration d’un passé mythique ?

Ce livre d’Edward Said est essentiel, fondamental.

Et si nous tous, nous nous mettions à discuter de ces questions importantes mettant en jeu les territoires méthodologiques et épistémologiques…

A. C.

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Le monde orientale arabomusulman nous est imposé.

Tamazgha en général et l'algérie en particulier ne seront elles mêmes et ne s'épanouiront que le jour où cette imposture du monde dit arabe, imposée par l'ignorance cultuelle et la force des maîtres du moment ne métastasera plus le social, l humain et l'environnemental avec ce qu'elle charie de morbides et archaiques us et coutumes arabomoyenrientaux antropophages et destructeurs de civilisations

L'univers de feraoun, camus, dib, saint augustin, apulée, saint genase, sansal, benchico, mameri, isikhem, baya, matoub...... est notre univers. Celui de edward said est étranger à nos us et coutumes d'africains du nord en méditerranée occidentale et n'est pas et ne sera jamais le nôtre !

avatar
klouzazna klouzazna

L'apport de l'orient et de ses savants musulmans au savoir universel et à la science est incontestable !!! de grandes universités européenes et americaines ont font l'éloge de cet apport appréciable !!! après celui des grecs !!!

Ce qui est bizard, c'est que de temps à autre, il y'a un éluminé (pseudo-élite ou pseudo-conseiller d'une quelconque institution) qui sort de sa réserve pour balancer des inepties (bétises), une raison pour justifer son salaire non mérité... et encore plus bizard, ce sont ceux qui perdent leur temps à commenter ces inepties !!!