17 grévistes agents de sécurité sont convoqués devant la justice

17 grévistes agents de sécurité sont convoqués devant la justice

Dix sept grévistes ''agents de sécurité '' sont convoqués, devant la justice au niveau le tribunal de Boukadir, Chlef, annonce la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme, section Chlef.

Ils sont assignés en Justice par la Direction NAFTAL qui leur reproche le blocage, la mise en danger de la zone industrielle en danger ...etc. Mais ce directeur a oublié que ces agents sont recrutés et armés par l’État en 1996 pour assurer la sécurité et la protection de toutes les infrastructures et autres entreprises publiques et privées activant à l’intérieur de la zone industrielle d’Oued-Sly. Les grévistes assignés en justice devront se présenter une deuxième fois au tribunal demain le 05 mai 2014. La LADDH Chlef s'engage pour défendre les 17 grévistes, elle a déjà désigné Maitre Helmi Boubekeur, militant du droit de l'homme.

La direction de NAFTAL a déposée 2 plaintes contre ces 17 grévistes après que les agents de sécurité eurent fait un rassemblement ouvert avec la participation de leurs familles dans la zone industrielle Oued Sly, Chlef.

Pour rappel un rassemblement ouvert des agents de sécurité depuis 06/04/2014 avec la participation des membres des familles notamment les enfants plus de 10 enfants, ils passent leurs nuits à la belle étoile et à même le sol. Ils bravent le froid et l’obscurité. Lors de notre présence le 23 mai 2014 ''la délégation de la LADDH Chlef conduite par Mr Houari Kaddour "en a remarquer plus 10 enfants et que certains enfants, les narines remplies de morves, se promènent sans chaussures et, parfois, à moitié nus. Ces enfants manquent de nourriture.

Les agents de sécurité, au nombre d'une vingtaine, exerçaient en qualité de patriote avant d'être convertis l’année 1996 en agents de sécurité du site industriel, situé à 5km à l'ouest de Chlef. Les protestataires réclament :

• Paiement des salaires impayés.

• Couverture sociale.

• Reintegration 20 travailleurs dans leurs droits

Selon nos différentes sources, ces agents recrutés et armés par l’État en 1996 pour assurer la sécurité et la protection de toutes les infrastructures et autres entreprises publiques et privées activant à l’intérieur de la zone industrielle d’Oued-Sly, , ils font leur travail convenablement nuit et jour, sans jamais se lasser et cela malgré les nombreux risques auxquels ils sont exposés, ils sont pour ainsi dire indispensables pour la sécurité des nombreuses usines implantées au niveau de la zone, indispensables c’est certain, mais aux yeux des responsables ce ne sont que des citoyens placés au niveau de cette zone pour réduire le taux de chômage, une arnaque pour jeter la poudre aux yeux des hauts responsables, car ces agents de sécurité figurez-vous ne sont même pas assurés au niveau de la Caisse Nationale d’Assurances Sociales (CNAS) et cela depuis 1996 c’est aberrant! Non seulement ils ne sont pas assurés, mais encore ils ne perçoivent pas leur paie régulièrement chaque mois, ils sont sans paie depuis 18 longs mois, ces agents sont mariés et ont des bouches à nourrir et des enfants scolarisés. 

D'apres un responsable qui veut garder l'anonymat dit ''normalement il y a une comité composé de 18 opérateurs, à savoirs les directeurs et gestionnaires d’entreprises publiques et privées activant dans de nombreux domaines à l’intérieur de cette zone industrielle. C’est ce comité justement, aujourd’hui totalement absent de la scène, qui doit, avec l’aide de l’État, trouver les solutions à cette situation en assurant une prise en charge socioprofessionnelle à l’ensemble de ces agents, tout comme il l’avait fait au lendemain de leur recrutement."

En conséquence, ces agents sollicitent le ministre de l'industrie, de la PME et de la promotion de l'investissement, pour un règlement rapide et définitif du problème . rappelle que les responsables de la wilaya de Chlef notament le wali de la wilaya de Chlef avait donné sa promesse pour régler la situation et recruter au niveau à NAFTAL GPL lors de la réunion du 03 juillet 2013 avec les opérateurs et les directeurs. La LADDH Chlef interpelle les pouvoirs publics (la tutelle, le wali) à tenir les promesses faites aux travailleurs.

Les 17 grévistes lors notre discussions avec eux le 03 mai 2014 ont souligné ''qu’ils continueront leur lutte jusqu’à satisfaction de leurs revendications et leur rassemblement ouvert du 06/04/2014 uniquement pour alerter l’opinion publique sur le laisser-aller des responsables auxquels ils sont confrontés ; des responsables dont aucun d’entre eux n’est s’enquiete de notre situation, nous sommes les 20 agents de sécurité totalement marginalisés, et le directeur du NAFTAL veut nous ramène vers labyrinthe judiciaire, ce directeur sait bien que les grevistes faute de moyens financiers qui leur permettent d’assumer les frais de la justice, nous avons plus 18 mois sans paie, ni avoir d'autres ressources, veut ce directeur que nous abandonnent carrément la bataille et partent à la recherche d’un autre emploi".

La LADDH Chlef dénonce le mutisme complet de l’administration à tous les niveaux. 

Le Bureau de la LADDH de Chlef exprime son soutien et sa solidarité indéfectible aux agents de sécurité et reste mobiliser pour la préservation de leur droit à faire valoir leurs droits les plus légitimes.

La LADDH Chlef

Président, Houari Kaddour

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?