L’imam et le citoyen en Algérie !

Les islamistes sont déjà dans les arcanes législatifs du pouvoir.
Les islamistes sont déjà dans les arcanes législatifs du pouvoir.

Le décret n°13-377 publié dans le journal officiel (n°58) du 18/11/2013, portant sur le statut de la mosquée, vient de passer comme une lettre à la poste sans susciter de débats, à part quelques titres dans la presse francophone.

Ainsi, la mosquée n’est plus uniquement un lieu de culte religieux, mais "elle est (en plus) une institution religieuse et sociale qui assure une mission de service public. Elle a pour objectif de promouvoir les valeurs de la religion musulmane." (Art.2). De plus, ses fonctions se sont élargies "dans la vie spirituelle, éducative, scientifique, culturelle et sociale de la vie de la Oumma. » (Art.4). Pis, l’article 9 qui réglemente la fonction sociale de la mosquée, "qui consiste notamment : au règlement des différends entre les citoyens ; au développement du sens civique, de l'esprit citoyen et de la solidarité sociale", est en contradiction avec la constitution algérienne. Ceci dit, la mosquée selon ce décret peut subordonner la mairie (APC), la justice, les services sociaux, l’école, etc. Doit-on s’alarmer ou s’en féliciter de cette évolution ? Un homme politique algérien a vu juste quand il déclara (en 2012) dans un colloque : "quand les islamistes seront au pouvoir, ils vont chômer, car tout a été déjà fait par leur prédécesseur !". Effectivement, selon ce rythme les confusions entre le religieux (croyant) et le politique (citoyen) se confirment. L’actuel gouvernement veut-il se déresponsabiliser du social et de l’éducatif ? Où l’utilise-t-il comme une stratégie pour contrôler un éventuel soulèvement ou protestation populaire où les Imams vont jouer le rôle des pompiers et d’intermédiaires ? Elargir les pouvoirs de l’Imam s’arrêtera-t-il un jour au social et à l’éducatif où au politique ? 

La mosquée pourrait-elle jouer un rôle dans l’éducation civique sans un dogme religieux, qui est légitime de sa part ? La mosquée pourrait-elle jouer un rôle pour régler les différends entre les citoyens, si un des citoyens n’est pas croyant ou d’une autre confession (à moins que l’esprit du législateur part du principe que tous les algériens sont de la même religion)? Imaginant qu’un couple ont uniquement des filles, et par précaution ont fait donation de leur bien à leur fille, une fois décédés, les autres membres de la famille réclament leur "droit religieux d’héritage" ! Est-ce que l’Imam, dans ce cas précis, va juger selon la loi divine ou selon la loi de la république ? C’est un exemple parmi d’autres ! L’école qui est le temple de la nation, se voit vidée de ses prérogatives sociales, éducatives et civiques. Nous savons déjà que certaines mosquées remplissent le vide qui existe dans le préscolaire, où des familles désorientées confient leurs enfants (entre 4 et 5 ans) aux imams, sans aucune pédagogie d’enseignement, ni de connaissances sur la psychologie de l’enfant, ni un environnement propice pour une scolarisation adéquate. Cependant, ces jeunes enfants, dès leur première enfance, sont livrés à une dogmatisation, sans aucun contrôle institutionnel, et à une religiosité loin de nos traditions cultuelles et culturelles. On ne devrait pas s’étonner devant un tel phénomène et se demander pourquoi la société se plonge dans des circuits d’intolérance, d’incivilité et d’une violence interminable !

Ceci dit, ce décret confirme que le gouvernement veut se désengager des maux qui l’atteignent, au lieu de trouver les remèdes et de renforcer l’état de droit et surtout d’inculquer les valeurs civiques et citoyennes par les institutions de la République, il les cède à l’institution religieuse. De plus, l’Etat affiche son impuissance à faire face aux problèmes qui gangrène la société algérienne. Après avoir fragiliser les institutions de l’Etat : de la justice, à l’éducation, en passant par la fonction publique, etc., maintenant on vide la substance de la république, c’est-à-dire, les valeurs citoyennes et républicaines et nous nous éloignons de plus en plus de la sécularisation des institutions de l’Etat…

Yazid Haddar (auteur)

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (14) | Réagir ?

avatar
amazigh zouvaligh

Les conditions sine quanone pour sortir l’Algérie du gouffre dans laquelle l'ont plongé ses ennemis de toujours les arabo islamo baathistes ;le clan d'Oujda mercenaire et la promotion Lacoste.

1 ALLER à une deuxième république moderne

2 Changer radicalement de constitution ;s'inspirer de celle des états modernes occidentaux

3 Réhabiliter l'histoire de l’Afrique du Nord et de la contrée Algérie suivant la chronologie sans occulter aucune période, comme ça, on saura qui est qui et qu'ont ramené de positif les différents envahisseurs et comment était le pays de Massinissa avant ces invasions, car celui qui ne sait pas d'ou il vient ne saura jamais ou il ira.

Dissoudre le FLN de la mangeoire, la police politique, le ministère des affaires religieuses budgétivore et manipulateur

4 Décréter la laïcité de l'état, plus de religion de l 'état pour éviter aux apprentis sorciers de jouer avec la fibre sensible, la religion est une question de conviction personnelle, cela ne regarde que l'individu, plus de mosquées construites avec l'argent du pétrole ou du contribuable

5 construire des instituts ou universités ou l'on enseignera l'histoire de toutes les religions afin d'ouvrir les esprits de nos enfants aux différences et à la tolérance afin d'éviter la haine des autres et aussi se rendre compte de sa juste valeur pour ne pas se leurrer.

6 Plus d'endoctrinements de nos enfants avec l'enseignement de la religion

7 Enseignement des droits de l'homme obligatoire, pour ne pas tomber dans des dictatures à l'image de celles qu'on retrouve dans tous les pays arabo islamiques et d'Afrique

8 Diversifier l'économie du pays en premier l'agriculture pour avoir notre autosuffisance alimentaire;

laisser le secteur privé s'exprimer, car c'est lui qui sera la locomotive de l''économie et du développent, les expériences des occidentaux sont à méditer;diminuer drastiquement la production des hydrocarbures, et surtout pas d'exploration de gaz et huile de schiste qui ne finiront que par nuire sur tous les plans

9 Ouvrir notre école et université à l'universalisme;ou les sciences, technologie, recherches scientifiques doivent avoir les meilleurs budgets

9 La décentralisation ou états fédérés à l'image de tous les grands pays développés, USA, ALLEMAGNE, SUISSE, BELGIQUE, JAPON etc...

10 Les futures gouverneurs des régions doivent être élus et non désignés selon des critères, malsains, tribalisme, allégeance ;etc.

11 Opter pour une armée moderne et non pour des casernements ou l'on engraisse des militaires pour rien

avatar
ayen ilan

Le vers est dans le cœur depuis belle lurette nous sommes à la phase final (en métastase) la tumeur islamiste a dévoré tous le corps d'une Algerie affaiblie depuis sa gestation . Il suffis juste de jeter un coup d’œil sur société algérienstane. le bateau a coulé khlasse ma beqa walou

visualisation: 2 / 13