Jil Jadid appelle les patriotes à réagir au "système Bouteflika"

Soufiane Djilali
Soufiane Djilali

Communiqué de Jil Jadid.

Les changements structurels opérés par le Président de la République dans l’armée, le DRS, le gouvernement, le Conseil Constitutionnel, l’administration, ne sont que le prolongement d’une opération planifiée, du moins dans sa partie visible, pour maintenir en place le "système Bouteflikien".

Pris de court par la maladie depuis quelques mois, le chef de l’Etat et son entourage sont décidés, à tout prix, à accélérer la cadence pour s’assurer le pouvoir définitif sur le pays pour un nouveau cycle de 50 ans.

Désormais, il n’est plus exclu de faire subir à la Constitution des amendements pour rallonger le mandat actuel. Cette procédure est, bien entendu, en totale contradiction tant avec l’esprit que la lettre de la loi fondamentale du pays. Mais qu’importe, la constitution sera amendée autant de fois que le maître du moment le décidera. L’Etat de droit, les lois du pays, la raison, les intérêts de la nation ne font pas partie des critères de choix. Faut-il rajouter à la situation le ridicule, sur le plan international, conséquence d’un entêtement irresponsable.

Si pour d’autres considérations cette voie anti constitutionnelle sera abandonnée, le 4ème mandat ou en dernier recours le successeur désigné aura alors à assumer la tâche.

Aujourd’hui, le système politique qui a eu à gérer le pays depuis au moins 1962 est en phase terminale. Dans un avenir proche, il muera en un nouveau régime qui sera plus autoritariste et qui agira sous vitrine démocratique factice pour museler toute opposition réelle qu’elle soit dans la société politique ou civile. L’argent, l’affairisme, les lobbies nationaux et internationaux régiront alors le pays et assujettirons sa souveraineté

Cependant ce scénario n’est pas inéluctable. Une autre voie pourrait s’offrir à l’Algérie : l’effondrement interne du régime à la suite de luttes intestines graves et dont les conséquences seraient funestes pour la nation. 

Pour éviter ces deux issues malheureuses qui guettent l’Etat national, il y a urgence et nécessité que les patriotes, de tous bords, transcendent leurs différences et fondent une coalition large et responsable, pour éclairer l’opinion publique sur les enjeux à venir, rassurer nos partenaires et peser de tout leur poids sur la suite des événements. 

Alger le 13.09.2013

Le Président du Parti

Soufiane Djilali

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
ali Foughali

Les Algériens vont se mordre les doigts de n'avoir pas vu plus loin que le bout de leur nez ce fameux 14 Juin 2001 lorsque les Kabyles sont venus en masse de Kabylie et d'ailleurs pour en découdre avec ce pouvoir mafieux. Là les Baltaguias de Bouteflika ainsi que les KDS sont venus barrer la route à cet élan populaire et 12 ans après le Nain est toujours au pouvoir dans son jardin qu'est l'Algérie.

Pauvre peuple..... pauvre misère.

avatar
Massinissa Umerri

Tu ass du juste !

Les Kabyles peuvent soufrir materiellement de ce regime, ce qui est eventuellement surmontable, mais soufrir la betise et la stupidite' (existe-t-il un mot du genre Minabilite' ?)... ca, je me demande s'ils s'en se remettront? Les benis d'entre-eux, se sont rendu compte, et sont en exile chex nous - ca serait pas mal qu'ils prennent les KDS et les guardent. 1000 pour un tiers benchicou ou Sensal, commencant par le dooctoor de mes 2 et ses proches - quand a l'ait-hmed - gratos !

avatar
Azeddine CHABANE

C'est la marche de la dictature et malheureusement le réveil est arrivé tard. Nous serons encore une fois obligé de passer par l'étape du feu et du sang pour éspérer s'en sortir un jour

visualisation: 2 / 4