Plus fort que Khalifa, plus rapace que Khelil : Mobilart

Les tours Mobilart à Oran
Les tours Mobilart à Oran

Ces dernières années, il a été érigé dans cette malheureuse ville abandonnée d’Oran un des plus importants et des plus modernes projets immobiliers depuis que l’Algérie est indépendante. Le plus beau aussi.

Quatre tours ultramodernes, de quarante étages chacune (Quarante comme les amis d’Ali Baba), élégamment vitrées, affectant en chœur les couleurs de la mer qu’elles dominent, du vert cristallin de la plage pour le premier jusqu’au bleu profond du large pour le dernier. Les plus hautes et les plus belles tours d’Afrique certainement. Réalisées clés en mains par des sociétés étrangères, avec un luxe inégalé.

 Une curiosité ! Un mystère ! Personne, aucun journal, privé ou public, n’a jamais parlé de cet important projet actuellement en finition, n’a lancé des cocoricos, les habituels superlatifs «plus grand, plus beau, d’Afrique, du monde arabe, etc». Que se passe-t-il ? Où sont les tambourineurs ? Même l’ENTV évite de montrer les quatre mastodontes dans les documentaires sur la ville, pourtant elles ont été construites sur le prolongement du célébrissime front de mer, en plein centre de la ville, elles la dominent de toutes leurs hauteurs et elles sont visibles à des kilomètres. C’est le fameux projet Mobilart.

Pourquoi personne n’en parle ? Parce qu’il fait si peur que tous ceux qui passent devant ferment les yeux. Parce que c’est une arnaque tellement monstrueuse qu’elle dépasse celle de Khalifa. Le fameux patron du projet dit Mobilart du nom de la petite fabrique de meubles qu’il possède a obtenu un crédit de près de deux milliards de dollars de la CNEP, sur les fonds destiné normalement à la réalisation du logement social, pour la réalisation de ce projet pharamineux, avec pour seul et unique garantie un coup de fil de la présidence, car tout ce qu’il possède, toute sa fortune ne dépasse pas le millième de cette somme ! Même le terrain, une vingtaine d’hectares du domaine public, longeant la mer, le patron de Mobilart, un citoyen de la wilaya 13, celle des nés coiffés, l’a acquis au dinar symbolique. Et sans commencer à rembourser le moindre centime à cette pauvre CNEP, il a vendu presque tous les commerces et les appartements (Les plus beaux, aux derniers étages, d’où par ciel dégagé, on peut admirer les côtes d’Espagne, ont été cédés à plus de vingt milliards l’unité), encaissé le pactole, transformé en dollars et euros, transféré à l’étranger et pris la poudre d’escampette pendant que Sellal était occupé par la chasse aux marchands ambulants.

On dit qu’il a fait l’objet d’un avis de recherche adressé à Interpol par les autorités. Une blague. Mobilart reste en contact avec beaucoup de ses amis à Oran et tous savent dans quel hôtel à Barcelone il se trouve ! Et malgré tout cela, les vols, la fuite du promoteur à l’étranger, les travaux continuent, les finitions ne sont pas achevées et la CNEP continue de casquer sans que personne ne bouge le petit doigt dans cet extraordinaire pays sans maître qu’est devenue l’Algérie d’aujourd’hui !

Autre chose, encore plus ahurissante, ce projet gigantesque, lancé sans faire les contrôles réglementaires en pareils cas, téléguidé de la capitale, a été édifié sur un terrain instable, non constructible, dangereux, pouvant glisser à tout moment dans la mer, un terrain destiné uniquement à la réalisation de constructions légères et d’espaces verts.

Cette information, les promoteurs pouvaient l’avoir s’ils s’étaient adressés à la wilaya et pas à la présidence au moment de lancer le projet. D’ailleurs si c’était un terrain vraiment constructible, les nombreux walis vautours qui ont toujours écumé cette wilaya sinistrée l’auraient avalé depuis longtemps !

Autre chose aussi, qui éclairera peut-être quelques lanternes, des Oranais malicieux ont baptisé chacune des quatre tours de ce projet d’une lettre de l’alphabet : la première, c’est le S, la seconde le A, la troisième le I et la quatrième le D. Au fait, le synonyme d’avaler sec est-il chakiber ou saïdiser ? Je laisse les lecteurs du matindz choisir.

Farouk Degias

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (10) | Réagir ?

avatar
mhand said

pour ce qui est de boumaarafi, je l ai vu, avec ghoul sur facebook. il parait qu il est son protocole.

avatar
sarah bachar

je suis locataire dans une des tours du mobilart et j adresse mon message a tout les potentiels acheteurs ou encore future locataire ! je déconseille vivement a qui que ce soit de mettre les pieds dans c immeubles ! d apparence très élégantes de l extérieur, je vous invite a voir l intérieur, un travail bâclé en tout sens ! aujourd hui jour de tempête, j ai eu une énorme inondation dans mon appartement, pour cause toutes les fenêtres sans exception sont très mal isolées, résultat il pleut dehors tout comme a l intérieur. le vrai problème c est qu il y a trois mois de la une tempête avait déjà provoqué une inondation et que nous avions contacte d urgence tous le personnel pour leur dire qu il fallait intervenir d urgence et reprendre tte les finitions de l appartement ! personne bien sur s en ai soucie, mes affaires personnelles ont entièrement été saccagé par cette inondation, sac de marque, vêtement chaussure tout est passe a la poubelle ! et je constate que cette inondation a provoque une inondation encore plus terrible que la première et que le résultat est encore plus dévastateur que le premier! et tout le gentil service de l immeuble nie leur responsabilité dans l affaire, je rajoute que le responsable qui n a strictement rien d un responsable me répond en tte agressivité, écoute madame que voulez vous que je fasse, attendez que ça sèche !!! c est scandaleux, aujourd hui j ai des photos et vidéo de l état dégradant de mon appartement et je cherche un journaliste qui pourrait publier un article concernant un personnel qui manque scrupuleusement de conscience professionnel qui loue ces appartement de M.... pour une fortune !

avatar

Mais, c'est très bien Madame, ont m'a raconté des conneries sur ces mêmes tours, ont m'a dit que c'était des hotels de luxe, vous me direz peut s'interpréter de plus façons, bon bref, il est évident, avec les mafieux qu'il y a au pays, rien ne m'étonne.

visualisation: 2 / 9