Le Mcaf appelle à un rassemblement devant l'ambassade d'Algérie à Paris

Mohand Berrache et Omar Aït Mokhtar.
Mohand Berrache et Omar Aït Mokhtar.

Le Mouvement citoyen algérien en France revient à la charge après un premier rassemblement devant l'agence Air Algérie à Paris. Il vient d'appeler à un large sit-in devant le siège de l'ambassade algérienne en France pour la date symbolique du 17 octobre.

Omar Aït Mokhtar et Mohand Berrache remette ça. Au cours d'une conférence de presse, organisée par le Mouvement citoyen algérien en France (Mcaf) au siège du Conseil National de l’Immigration, Aït Mokhtar et Berrache sont revenus sur les questions majeures du transport aérien et maritime entre la France et l’Algérie dont ils ont fait le cheval de bataille depuis quelques mois. A ce propos, les chevilles ouvrières du Mcaf regrettent le manque de volonté de la part des deux compagnies d'écouter les doléances posées depuis des mois sur la place publique.

Les deux militants ont évoqué notamment les plaintes en justice et à l’IATA introduite contre les compagnies Air Algérie et Aigle Azur pour "entente commerciale illicite" sont évoquées. Omar Ait Mokhtar a posé clairement la question problématique de la gestion de la politique publique du transport en Algérie. Selon Aït Mokhtar, "il existe bien bon nombre d’anomalies évidentes qui remettent directement en cause les choix décisionnaires s’agissant des modalités de fonctionnement de ce service public."

De quoi s’agit-il en fait ? Des tarifs jugés "exorbitants" par ces deux animateurs particulièrement remontés contre les deux compagnies. Mais pas seulement, ils pointent d'ailleurs aussi les services à bord des avions et des agences qualifiés de "pitoyables". Des services au demeurant dont se plaignent bon nombre de voyageurs. Avec notamment les nombreux retards observés depuis l'été sur les lignes entre l'Algérie et la France. Ces "travers récurrents dans la gestion" sont dénoncés par le Mouvement citoyen algérien en France.

Aussi, face au mutisme des autorités publiques, le Mouvement a pris la décision de lancer un appel à un rassemblement devant l’Ambassade d’Algérie à Paris le 17 octobre 2012 à 17 h. Le message est double, selon Omar Aït Mokhtar. "A travers ce rassemblent qu'on souhaite de grande ampleur, on rendre un hommage à la fédération de France historique du FLN et à nos martyrs qui se sont sacrifiés pour l’Algérie non pas pour que la communauté algérienne en France et ailleurs cependant se fasse arnaquer et empêcher de visiter son propre pays une fois par année", explique Mohand Berrache.

500 000 euros pour une soirée couscous

Même s'ils se refusent à toute "récupération politicienne", le 17 octobre historique n’est pas neutre. "Il va de soi que l’enjeu de ce rassemblement autour de la question du transport ne saurait être limitatif, rappelle Omar Aït Mokhtar. Nous avons l’intention de soulever d’autres questions problématiques que rencontre la communauté algérienne établis à l’étranger comme la représentativité légitime et crédible pour instaurer un débat permanent dans l’intérêt de nos concitoyens et de notre pays".

Le Mcaf s’étonne à ce propos de la longévité du consul d’Algérie à Marseille (16 ans) et de l’âge de l’ambassadeur d’Algérie à Paris (82 ans)… "Quand on sait les relations entre Alger et Paris, on se demande comment le président de la République maintient un homme aussi âgé à un poste aussi sensible. Ce n'est certainement pas avec ce genre de méthode qu'on redynamisera les relations entre les deux pays", souligne Aït Mokhtar.

Ces deux exemples illustrent selon les animateurs du Mcaf du "manque de considération et de la marginalisation de la communauté émigrée qui devrait être une richesse et une force de proposition, ce qui justifie l’absence de dialogue…" Le Mcaf dénonce aussi "les dépenses exorbitantes engagées chaque année par l’Ambassade pour commémorer la fête du 1er Novembre. "Une soirée couscous méchoui pour les mêmes têtes à plus de 500 000 €, un vrai gaspillage !", s'insurge le Mouvement citoyen algérien en France.

Enfin, le Mcaf lance un appel à un "large rassemblement pour le 17 octobre sous réserve d’une volonté de dialogue sérieux avec les autorités compétentes", écrit-il dans une déclaration.

Hamid A.

Contact : MCAF CNI
Omar Aït Mokhtar et Mohand Barache
Courriel :artistesalgeriens@yahoo.fr
Tél : 0660475372

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
Septimus Severus

Un rectificatif : Mohand BARACHE et pas BERRACHE !

merci d'avance.

avatar
hasni dz

il y a les probleme avions mais aussi, par voie maritime il est important de le soulignée ça va etre dure mais on y arrivera quand a l'ambassade d'algerie il serait temps qu'il degage!!

visualisation: 2 / 4