Boualem Sansal et l'affaire du "prix du roman arabe" 2012

Le romancier algérien Boualem Sansal
Le romancier algérien Boualem Sansal

Nous avons reçu le communiqué suivant concernant l'Appel à soutenir l'écrivain Boualem Sansal à la suite de ce qu'il est communément appelé l'affaire du "prix du roman arabe" 2012.

Après la honteuse décision des ambassadeurs arabes, mécènes du "Prix du roman arabe" décerné en 2012 à Boualem Sansal, de refuser la remise du chèque accompagnant ce prix en raison de la participation de l’auteur à une rencontre littéraire tenue à Jérusalem, nous avions lancé un appel à une collecte afin de remettre le chèque de 10.000 € dont le lauréat avait été privé.

Suite au don de 10 000 € fait par une personnalité suisse en juillet dernier à M. Boualem Sansal pour suppléer à la défaillance des "mécènes", notre collecte est devenue sans objet. Nous avons donc décidé, dans la transparence, de restituer à tous les donateurs les montants réunis.

Nous saisissons cette occasion pour remercier toutes celles et tous ceux qui ont répondu à notre appel soit en nous écrivant pour apporter leur soutien, soit en participant financièrement à la collecte. Nous considérons leur geste comme un encouragement fort à la lutte contre toute atteinte à la liberté de création et, plus généralement, contre toute violation des droits humains.

Enfin, nous voulons exprimer notre reconnaissance au site internet Matin.dz qui nous a soutenus  dans notre démarche en publiant notre appel.

Paris, le 23 septembre 2012 

Rabah Aït Messaoud, Mhand Bairi, Mustapha Bounab, Arezki Naït Abdellah et Hend Sadi

(anciens membres d’Agraw Imazighène)

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
Aguellidnz

Suite à mon post ci-dessous, cet article du Quotidien d'Oran est venu réconforter mon opinion à propos des "stratèges" de ces pays de la péninsule arabiques dont le but et le rêve n'est autre que s'acquérir un pays comme l'Algérie dont la situation géographique est enviable. Leurs (pseudo) investissements est à l'image de ce lâcher d’outardes dans la région d’El- Bayadh par des Emiratis.. ces derniers ont-ils lâché des outardes chez nous pour régénérer une espèce animale en voie d'extinction ou pour mieux la canarder dans le future ? et... qui est, d'abord, à l'origine de son extinction ?

Leurs investissements, notamment dans le secteur de l'éducation, fera des Algériens leurs futures outardes ! Quand on voit qu'ils le sont déjà en partie ! (sans parler de la mise des bâtons dans les roues pour d'autres pays européens).

NB: Mis à part la religion, leurs invesstissements, dans d'autres pays dont la/les langue (s) nationale (s) et officielle (s) n'est pas l'arabe, ont très peu de chances d'aboutir aux mêmes buts..

Mercredi 3 octobre 2012, Le Quotidien d'Oran

investissements étrangers :

Alger ouvre grande la porte aux Saoudiens par Moncef Wafi Cherchant certainement à booster ses échanges commerciaux avec l'Arabie saoudite, Alger n'hésite pas à engager des garanties gouvernementales pour rassurer ses partenaires et les encourager à investir en Algérie.

C'est du moins ce qui ressort des déclarations de l'ambassadeur algérien à Ryadh, Abdelwahab Derbal, qui a ajouté que l'Algérie offre également toutes les facilitations à l'exportation vers les pays de l'Europe. La rencontre avec les hommes d'affaires saoudiens à Djeddah a été l'occasion pour le diplomate algérien de rappeler que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays, estimé à 400 millions de dollars, est loin des objectifs espérés et ne représente pas fidèlement l'envergure commerciale et la croissance des deux Etats. Il dira que le gouvernement algérien a mis sur la table 286 milliards de dollars, dans le cadre de son plan quinquennal 2010-2014 pour les investissements publics en complémentarité des 220 milliards de dollars engagés dans le précédent plan quinquennal 2004-2009. Pour plus de détails, il soulignera que tous les secteurs économiques sont ouverts à l'investissement saoudien à commencer par les projets en souffrance et les nouveaux projets dans le chemin de fer, les ports, les routes, la construction des écoles, les zones industrielles ou encore les PME et la pétrochimie. M. Derbal a ensuite passé en revue les exportations les plus importantes de l'Arabie saoudite vers l'Algérie. L'Arabie saoudite est considérée comme le deuxième fournisseur de l'Algérie dans le monde arabe, après la Jordanie, en produits pharmaceutiques. Les investissements saoudiens en Algérie représentent, en 2011, 856 millions de dollars, selon la même source, partagés entre l'industrie pharmaceutique, chimique, ciment et la promotion immobilière entre autres secteurs d'activité. Et selon les chiffres officiels, la balance commerciale est en faveur des Saoudiens avec 362, 6 millions de dollars contre 8, 8 millions de dollars pour les Algériens, alors que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint 371 millions de dollars en 2010 contre 188 en 2009, 99 en 2006 et 25 millions de dollars en 2000. De son côté, le conseiller économique auprès de l'ambassade algérienne, Mohamed Khelifi, a déclaré que l'Algérie œuvre à convaincre les hommes d'affaires saoudiens à investir directement ou indirectement en Algérie sous forme de partenariat avec leurs homologues algériens. A travers cet appel au pied aux investisseurs saoudiens, l'Algérie veut combler son retard et privilégier le royaume wahhabite. En mai 2006, 29 protocoles ont été signés par l'Algérie avec différents pays arabes dont trois seulement avec l'Arabie Saoudite. En 2008, dans un entretien accordé à un quotidien algérien, l'ambassadeur du royaume d'Arabie saoudite, le Dr Sami A. Al Salih, et à propos des investissements saoudiens en Algérie, qualifiés de faibles, a affirmé qu'ils seront revus à la hausse en annonçant que des études de marché sur la possibilité d'investissement en Algérie sont menées notamment après les dernières réformes engagées par l'Etat. Il a rappelé alors le méga projet du groupe saoudien SNASCO de plus de 400 millions d'euros et qui porte sur la réalisation de la «cité de la Mer» à Oran. Par ailleurs, pour les principaux fournisseurs arabes de l'Algérie, tous produits confondus, l'Egypte occupe la première place du podium avec 31% de produits importés par l'Algérie de la zone arabe en 2010. La Tunisie, quant à elle, occupe la 2e place avec 22 %, suivie de l'Arabie Saoudite (10. 5 %), de la Jordanie et du Maroc avec 7, 5 %, chacun.

avatar
elvez Elbaz

Ce qui nous gêne c'est cette récupération par l'araberie du travail et du talent de sansal. On aimerait bien savoir le rapport qui lie l'écrivain boualem sansal francophone qui écrit des livres en français avec le roman arabe!!!

De grâce, quel roman arabe!

Sansal est un algérien francophone, avec un nom bien amazigh et issu d'une famille algerienne amazigh arabophone. Qu'est ce que l'araberie vient foutre dans l'écriture de sansal?

Etonnant !connaissant sansal qu'il n'ait pas rejeté de lui même cette récupération de l'imposture monde dit arabe!

Quand est ce que l'araberie va telle nous lâcher les baskets à nous peuples d'algérie et à notre terre amazigh francophone, amazighophone et arabophone, ni arabe ni orientale.. !Jusqu'à quand ce massacre et ce déni identitaire... ?

Le couscous amazigh est devenu arabe, le cheval barbe est devenu pur sang arabe, l'architecture mauresque est devenue arabomusulmane.... !Assez de cette imposture monde dit arabe!

visualisation: 2 / 4