Les femmes du réseau "Wassila" solidaires des femmes tunisiennes

Les femmes du réseau "Wassila" solidaires des femmes tunisiennes

Dans ce communiqué parvenu à notre rédaction, le collectif algérien "Wassila" des militantes de la défense des droits des femmes apporte son soutien aux femmes tunisiennes menacées dans leurs droits alors qu'elles ont joué un rôle de premier plan dans la "Révolution du jasmin"

Nous avons appris avec consternation que la Tunisie s’engageait dans une modification de la Constitution, visant à substituer le terme "complémentarité" à celui d’ "égalité" entre les femmes et les hommes.

S’agissant de la Tunisie, ô combien proche, s’agissant de nos sœurs et compagnes de luttes tunisiennes, nous ne saurions rester silencieuses. Faut-il que la volonté  et les luttes du peuple tunisien pour  ses droits soient synonymes d’un tel recul s’agissant des droits d’une part importante de ce pays, les femmes ? Faudra-t-il que les femmes tunisiennes mais aussi celles de l’ensemble du monde arabe en soient réduites à associer la protection de leur droit à l’égalité, au maintien de pouvoirs dictatoriaux ? En réalité, en réduisant la citoyenneté des tunisiennes c’est celle de tous les tunisiens que l’ont vise à réduire. En effet, lorsqu’un pouvoir offre aux hommes les femmes en pâture, c’est qu’il s’apprête à réduire les droits de ces mêmes hommes à la citoyenneté. Nous assistons, en réalité, aux prémices d’un assujettissement programmé de l’ensemble des tunisiens.

Cette question est centrale pour nous toutes, mais aussi pour l’avenir des luttes dans la région, car elle renvoie à notre place dans ces "printemps arabes". En effet,  nous savons combien les tunisiennes ont été présentes dans les luttes qui ont abouti au changement de régime dans ce pays mais nous observons que, comme à l'occasion des luttes de libération, leur participation n’a pas eu pour conséquence l’accès à plus de droits. Plus grave encore, ce que nous observons aujourd’hui en Tunisie constitue un recul évident et inacceptable.

Comme le reste du monde, les militant-e-s des droits des femmes en Algérie observent de près l’évolution en Tunisie. Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les femmes algériennes engagées dans les  luttes en faveur d’une construction démocratique dont elles souhaitaient vivement voir la matérialisation dans les luttes passées et récentes  du peuple tunisien, dans "la révolution du jasmin".

Nous, Algériennes, savons combien les sorts des Maghrébins  sont liés, c’est pourquoi nous  sommes particulièrement concernées par l’impact des évolutions, dans la région, en matière de  droits des femmes et  par le grave recul  que constitue l’abandon du principe d’égalité Femme-Homme dans la Constitution tunisienne. Le moment  est grave mais nous savons que les militant-e-s des droits des femmes en Tunisie resteront mobilisés autour de leurs luttes et leurs acquis majeurs pour les droits des femmes, comme elles l’ont toujours été. Les militant-e-s des droits des femmes en Tunisie doivent savoir que ce qu’elles parviennent à accomplir dans leur quête pour la démocratie et l’égalité Femme-Homme  a un impact important pour toute  la région. C’est pourquoi elles ne peuvent douter du soutien indéfectible que nous leur apporterons : leur lutte est la nôtre.

Alger, le 10 août 2012

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Khalida targui

Merci Amchoum rien à ajouter

avatar
Aghioul Amchoum

Je pose quelques questions à l´association "Wassila":

Avant de penser à la femme tunisienne, "Wassila" a pour objectif de défendre la femme algérienne. Est-ce que la femme algérienne vit mieux que la Tunisienne ? Est-ce que votre sécours à la femme tunisienne tout en oubliant la femme algérienne que vous êtes sensés défendre n´est pas un mépris pour la femme algérienne ? Est-ce que la femme algérienne est inférieure à la femme tunisienne ? Si tel est le cas, pourquoi "Wassila" ne change pas de bureau pour les installer en Tunisie et non pas en Algérie ? Pourquoi ce mépris par nos autorités et sociétés civiles pour tout ce qui es algérien ? Pourquoi on se sent inférieurs aux autres ?

On est en ramadan: des femmes subissent du harcèlement sexuels, des attouchements sexuels devant des policiers et devant le public en plein rue Didouche Mourad à Alger dans l´impunité la plus totale (alors que boire au ramadan dans cet été infernal est passible par l´emprisonnement) et vous n´avez même pas fait un communiqué dessus, et là c´est la femme tunisienne qui vous touche par sa situation ?

Wassila: tu as fait un communiqué de soutien à la réelection pour la troisième fois de Bouteflika: donc ca ne m´étonne pas que tu méprises la femme algérienne au profit de la femme tunisienne qui a toujours vécu mieux que l´Algérienne, pourtant.