Ambiance islamophobe et répression policière des sans papiers à Lille

Les manifestants ont été chargés par les services de sécurité.
Les manifestants ont été chargés par les services de sécurité.

La violence policière gratuite sur les sans papiers pacifiques devant le Tribunal administratif de Lille a été manifeste ce vendredi.

Les manifestants ont été chargés à coups de gaz lacrymogènes, de matraques, de pieds. Ces tabassages ont conduit 6 personnes à l’hôpital. Face aux trois charges policières les sans papiers se sont assis à terre et quand les coups devenaient insupportables, ils, elles (dont des femmes enceinte et des enfants) reculaient.

Pour préparer cette agression violente caractérisée de la police sur les manifestants plusieurs témoins disent avoir entendu le personnel du Tribunal administratif dire qu’on leur avait dit que "les sans papiers ont cassé la porte de l’UMP et allaient envahir le TA". Ce qui est complètement faux.

En principe, la police fait trois sommations avant de charger. Or d’abord à l’intérieur de l’UMP, puis face aux chants et slogans des sans papiers devant le TA, la police n’a même pas pris le temps de respecter cette règle.

Il faut croire que les "bougnoules, les bamboulas, les fourmis" (maghrébins, noirs, asiatiques) dont les "civilisations ne valent pas" celle de M. Guéant n’en valent pas la peine, car tous les présents devant le local de l’UMP pour soutenir les occupants sans papiers à l’intérieur (syndicalistes CNT, CGT dont le secrétaire général de l’UD CGT, associatifs de la Ldh, du Mrap, du CA, politique de la JC, des Verts, du PCF, de la Coordination communiste, simples citoyens, etc) ont pu constater le respect de la sommation dans toutes ses règles.

La police à Lille se permet d’empêcher l’accès au TA et au TGI aux familles et aux personnes devant fournir des pièces aux juges. Les témoignages font état aussi de propos scandaleux et dangereux tenus par des policiers face aux sans papiers : "Et Toulouse, c’est pas vous ?!", "ça me rappelle les attentats de 1995", "ah! Ils arrivent, dommage, j’ai pas assez de cartouches", etc. Manifestement ces policiers que l’on lâche pour faire peur aux déterminés sans papiers qui refusent la clandestinité et défient la terreur du pouvoir sont conditionnés par l’ambiance raciste fait d’amalgames créée délibérément par la stratégie électoraliste du candidat-président. Les témoins ont relaté la scène de ce CRS qui lève sa matraque pour l’abattre sur la tête d’une dame et se rendant compte au dernier moment qu’il s’agit d’un dame non typée et d’un certain âge a cogné avec rage sur le vélo à côté.

Le CSP59 tout en réaffirmant que le réalisme, c’est traiter les humains sans papiers en humains en recevant sa délégation déclare : les ministres, les préfets ne doivent pas oublier qu’ils sont dans le pays du massacre du 17 octobre 1961 et que donc existent les ingrédients du racisme qui peuvent conduire au crime. Les sans papiers se rendent bien compte que le seul antidote qu’ils ont contre le poison raciste créé par le climat nauséabond islamophobe, anti-immigré, anti sans papiers et raciste est d’agir collectivement à visage découvert en exposant leur humanité par leur visibilité.

Le CSP59 appelle les témoins qui n’ont pas l’occasion de témoigner sur les propos et attitudes de la police le fassent en écrivant au courriel du CSP59 pour que l’on prenne à témoin l’opinion publique. En clair, le CSP59 demande la libération des 4 sur les 6 encore au CRA de Lesquin et attend toujours d’être reçu par le préfet du Nord.

Le NPA dénonce les brutalités policières

Dans une déclaration le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) "exprime son indignation à la suite de l’arrestation et de la mise en détention au Centre de Rétention Administrative de Lesquin, de six sans papiers du CSP 59 depuis vendredi 30 mars. Ceux-ci ont été matraqués, gazés puis arrêtés à la suite d’une occupation pacifique du siège lillois de l’UMP, où ils demandaient en vain d’être reçus par des responsables.

Le NPA dénonce les nombreuses brutalités intolérables dont ont été victimes les sans papiers et leurs soutiens pendant les rassemblements de solidarité aux arrêtés, le véritable état de siège organisé par la police pour empêcher le publicd’assister à l’audience du TGI. Il soutient l’initiative prise par les syndicats, associations et partis politiques appelant à une manifestation samedi 7 avril à Lille qui sera l’occasion de dénoncer la politique xénophobe et raciste du gouvernement UMP, exiger la régularisation de tous les sans papiers, la fermeture des centres de rétention et la libération immédiate des six de Lesquin."

Iris Samy

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
Hocine Bouktit

Quand on dit qu'une personne est sans papiers, je comprends qu'elle aurait dû avoir des papiers, mais elle n'en a pas. On sous-entend donc qu'elle a droit à des papiers en régle, mais des méchants les lui refusent. Un sang-papiers, c'est positif, valorisant. Ça fait "victime de l'arbitraire administratif d'un état bureaucratique qui marginalise des gens ne demandant qu'à vivre dans la légalité". C'est long! un sans-papier, c'est mieux. C'est bref et c'est expressif!

Ainsi va la novlangue.

Un clandestin? c'est quoi, ça? Ça existe plus.

À propos, quel Algerien aurait l'idée de défendre les centaines de sub-sahariens clandestins chopés par la police à Alger, à Oran, à Annaba et reconduits à la frontiére?

Personne, car des clandestins, ni l'Algérie, ni les Algériens n'en veulent sur leur territoire.

Pourquoi alors la France devrait-elle plutôt régulariser les dizaines (des centaines?) de milliers de clandestins qui vivent sur son territoire?

C'est la lougik filouzoufik algérienne!

avatar
amazigh zouvaligh

Que faites vous chez eux ? ils sont chez eux, ces Français que vous dénoncez!cela vous étonne t il ?moi, je dirai qu'ils sont cool ces français qui vous ont laissé polluer la France avec vos saletés, vos barbes, vos djelbabs, tchadors, vos prières dans les rues!sans oublier les postes d'emplois que vous avez et qui doivent revenir aux français et non aux étrangers que vous êtes!Vous osez vous plaindre!vous oubliez que vous êtes chez eux, remarque c'est cela votre nature, vous avez cet esprit de colonisateur qui revient spontanément! Moi quand je me mets à la place d'un français, et connaissant votre culture, vos comportements, je tire chapeau aux français! déjà, entre nous, ici en Algérie ; il y a un grand fossé entre nous, entre ceux qui prêchent l’Algérie algérienne laïque, moderne, ouverte sur le monde et ceux qui veulent nous imposer l'islamisme, la charia et tous vos archaïsmes primitifs, sans oublier la tragédie que vous avez imposé au pays durant presque 2 décennies et qui a décimé des milliers d'innocents, handicapés et de disparus ! rentrez dans votre république bananière!

avatar
kamel hadj sahraoui

Je partage entièrement ! Je comprends vraiment pas cette contradiction, d'un côté ils disent que la France c'est mauvais, c'est des kouffars, des racistes etc... et de l'autre ils veulent absolument y vivre et y rester, même dans les pires conditions !!! la France ne vous doit rien, rentrez "chez vous" et demandez vos droits "chez vous", à vos dirigeants et vos gouvernements, portez des barbes de 50 cm, des nikabs noirs comme vos pensées, allez en Iran ou en Arabie saoudite demander vos droits, la France ou l'Europe c'est pas pour vous

avatar

Azul Amazigh

Il faut savoir que pour le cas des sans papiers algériens, ce ne sont pas des islamistes qui vivent au noir en France. Les islamistes algériens, en majorité, ne quittent pas l'Algérie, pays de leur prédilection, sinon pour les pays du pèlerinage et du djihad orientaux. Une bonne partie d'entre les sans papiers, avec visa, et les clandestins, via la Turquie et la Grèce, n'ont rien à voir avec cette idéologie et sont des Kabyles de Kabylie. Maintenant, les raisons qui les ont poussé à quitter l'Algérie, et bien, c'est tout sauf celles pour lesquels vous les accablez. Ignorez-vous, par exemple, que des dizaines de milliers de jeunes ont quitté l'Algérie juste après les évènements de 2001? Alors, ne mélangez pas l'olivier greffé de son semblable resté à l'état sauvage. Je ne vous parlerai pas des sans papiers chinois bouddhistes et autres Africains de confession non musulmane.

visualisation: 2 / 4