La Bosnie-Herzégovine expulse Fendi Omar, un islamiste algérien

Omar Fendi
Omar Fendi

L’Algérien Frendi Omar, qualifié comme "une menace pour la sécurité nationale" par le ministère bosnien de la Sécurité, a été expulsé mercredi de Bosnie-Herzégovine.

Frendi Omar est arrivé en Bosnie-Herzégovine durant la guerre 1992-1995 et avait combattu aux côtés de l’armée des Bosniaques (musulmans), dans l’unité "El Moudjahid", contre les forces serbes et croates. Comme un certain nombre d'Algériens partis combattre dans cette région pendant la guerre civile qui avait opposé les Serbes aux musulmans de Bosnie, Omar s'est installé dans ce pays.

C’est la deuxième fois que l’homme est expulsé de Bosnie-Herzégovine car après sa première expulsion en janvier 2010, l’homme est revenu en Bosnie illégalement et a été intercepté par la police bosnienne en septembre 2011.

Ces hommes, même guidés vers ce pays par des idéaux plutôt islamistes djihadistes, en retour dès la fin du conflit, les Bosniaques avaient fait montre de beaucoup de réserve et de méfiance envers ces djhadistes internationalistes. Ainsi, la Bosnie-Herzégovine tente, depuis la fin de la guerre civile d’expulser de son territoire les anciens membres des unités de combattants islamistes qui ont réussi à rester dans le pays, en général en fondant leurs familles avec les femmes bosniennes.

Ces derniers mois, les autorités bosniennes ont ainsi expulsé l’Algérien Noureddine Gaci en janvier dernier et le Tunisien Karray Kamel Ben Ali, mieux connu sous le nom d’Abou Hamza.

En septembre 2011, la Bosnie-Herzégovine et l’Algérie ont signé un important protocole de coopération bilatérale visant à renforcer la lutte contre la criminalité et le terrorisme. La convention du domaine pénal prévoit notamment un cadre juridique permettant d’extrader et d’échanger les personnes poursuivies en justice et d’octroyer aux deux pays la possibilité de juger le criminel dans l’un des deux pays.

Y.K./Bhinfo

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (5) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Avec le temps, on se rend compte que les généraux algériens avaient raison de mener sans pitié l'éradication de cette vermine araboislamique algérienne.

Lamari, médiene, Elmokh (touati) et les autres ont fait la faute d'écouter Belkheir qui a imposé Abdelaziz Bouteflika à l'Algérie. Ce dernier a redonné un souffle mahométanofaschiste à la vermine islamique qui était presque éradiquée en Algérie.

Belkhadem le "missionné" gorge profonde des mollahs iraniens, bougara qui a changé son nom en aboudjera, pour faire plus arabe et moins algérien, sont aussi, avec leurs sbires au pouvoir, dangereux que cette nébuleuse araboislamique algérienne qui essaye de détruire les sociétés humaines qu'elle pénétre.

avatar
Akchiche Hakim

Allons les gars, soyons serieux un tel beau gosse et puis le choix des résidences c'est Cheraga, Staouali, Club des pins, Hydra apres tout son parcours ressemble bien a celui des Kadhafi. L'Algérie aime bien honorer ses valeureux combattants

visualisation: 2 / 4