Salah Bouakouir, traître ou héros ? (Rappels)

Ancien directeur général des affaires économiques et de l'industrialisation du gouvernement général français en Algérie, durant la guerre d’indépendance, Salah Bouakouir est un personnage controversé. Un «traître» à la cause nationale pour les uns, un «héros» pour les autres. Il est officiellement mort en septembre 1961, noyé par les ultras de l'OAS.

Les anciens du MALG (Ministère de l’armement et des liaisons générales), les services secrets du FLN ( Front de libération national) durant la Révolution, ancêtre du DRS, ont décidé de réhabiliter sa mémoire. C’est au titre de président de l’Association nationale algérienne des Anciens du MALG, que le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, a joint l’acte à l’intention et déclaré la semaine dernière, en marge d’un colloque international organisé à l’hôtel Aurassi d’Alger sur le thème «Enrico Mattei et l’Algérie pendant la guerre de libération nationale » : « Salah Bouakouir a apporté son concours au MALG et a été assassiné pour cette raison…Il était une source d’informations précieuses pour la MALG en ce qui concerne notamment la politique coloniale en matière d’hydrocarbures ».

A la question de savoir si ces propos sur Salah Bouakouir équivalaient réhabilitation, M. Ould Kablia a été clair : « Effectivement ! La position du MALG est officielle : Salah Bouakouir a apporté son concours au MALG et il a été assassiné pour cette raison. »

Le ministre ira jusqu’à établir un parallèle entre la mort mystérieuse d'Enrico Mattei, en octobre 1962, dans un crash d'avion, et celle non mois mystérieuse de Salah Bouakouir, en septembre 1961, par « noyade », laissant entendre que ces deux hommes avaient été assassinés par « les services spéciaux français pour leur apport précieux dans le dossier des hydrocarbures, lors des négociations d'Evian qui ont abouti à l'indépendance de l'Algérie ».

Certains autres anciens officiers du MALG interrogé à la même occasion par l’APS avaient confirmé les propos du ministre de l’Intérieur. L’un d’eux, M. Djaâfar Skenazen, a confirmé à la même source l'apport de Salah Bouakouir à la Révolution en expliquant qu’« à partir de sa position de responsable au sein du gouvernement français en Algérie, il transmettait des copies de dossiers en sa possession au GPRA », citant à ce sujet « le dossier relatif au plan de Constantine », en plus « des informations qu'il faisait parvenir aux dirigeants de la Révolution sur la politique française dans le domaine des hydrocarbures ». «C’est ce qui lui a valu d'être assassiné par vengeance », a encore ajouté M. Skenazen. Pour sa part, M. Ali Chérif Déroua, autre officier du MALG, a déclare que Salah Bouakouir a rencontré en 1959 à New Delhi, en Inde, le premier président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), M. Ferhat Abbas. A partir de cette rencontre, « Bouakouir s’était mis à la disposition et au service du GPRA et de la Révolution», a déclaré M. Déroua en insistant : « Je confirme que Salah Bouakouir a aidé la Révolution algérienne à partir de 1959 ».

Ce n’était point l’avis du président Mohamed Boudiaf qui aurait, lui, connu personnellement Salah Bouakouir dans d’autres conditions et qui, à ses dires, s’en rappelle comme d’un «traître» à la nation. C’est ainsi que, longeant l’ex-boulevard du Télemly, sur les hauteurs d’Alger, au printemps 1992, Boudiaf eut la désagréable surprise de constater que la célèbre artère portait le nom de Salah Bouakouir. Il a illico procédé à sa débaptisation en lui donnant le nom de Krim Belkacem, une autre réhabilitation pour un dirigeant historique de la révolution, banni, lui, par le régime de Boumediene.

L.M.

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (13) | Réagir ?

avatar
karim kalafi

La débaptisation du bld. du Télémly s'est faite par le président Boudiaf, authentique militant ayant côtoyé Krim. On se pose la question qui était cet illustre inconnu (Bouakouir) alors qu'un géant de la stature de Krim était complètement occulté. Fin de l'histoire.

avatar
mohammed

Encore des déclarations du MALG qui ne servent qu'à désemparer les jeunes déjà mal dans leur peau. Tout ce tapage de mr O. Kablia ne sert personne, même pas le MALG qui devrait se taire définitivement. Pour ma part, ces bruits ne servent ni le pays, ni sa population fort désabusée et qui ne demande qu'une "survie" au lieu d'accroitre son désarroi. Regrets pour la famille Boumendjel, mais la mal-vie, l'insécurité et le risque d'émeutes devrait préoccuper nos ministres et non pas s'aligner sur ces malg.. ches qui devrait être dans le musée tout comme le FLN... car les maux du pays c'est eux qui en sont la cause.

visualisation: 2 / 13