Bouteflika fait de la figuration pour un 5ème mandat

Abdelaziz Bouteflika se maintient au risque de mener l'Algérie au chaos.
Abdelaziz Bouteflika se maintient au risque de mener l'Algérie au chaos.

Abdelaziz Bouteflika est un patri-autiste de l’ordre de la cavalerie des frontières de l’Ouest. Il est atteint d’autisme politique sévère qui le condamne à vivre en autarcie avec ces idées préconçues, dictées par la confrérie des Malgaches et dirigées contre la valorisation de notre indépendance et contre la démocratisation du pouvoir en Algérie.

L’autisme politique est un trouble de développement humain caractérisés par des difficultés de l'écoute, d'intelligence et de partage. La petite voix de bouteflika domine ses émotions égocentriques, elle est la source de son handicap intellectuel et elle oriente sa compréhension de son monde extérieur vers des comportements restrictifs et répétitifs.

Le cinquième mandat s’inscrit dans la perspective de son autisme politique, une répétition obsolète et sans fondement. Un autre mandat pour voler le reste de ce qui reste des murs du trésor public et finalement pour pousser le pays dans le monde de l’endettement à la hauteur de la perte de notre souveraineté.

Bouteflika est absent de la prise de décision politique, il est figurant dans le corps d’un acteur principal, un paravant à facette multiples des enjeux de la caste qui le maintient frauduleusement sur sa chaise roulante avec le titre du "Malik El-Kasr". Il est exploité odieusement par ces hommes de l’ombre pour bloquer le champ politique et pour se servir des richesses de notre pays 24 heures sur 24 heures et 7 jours sur 7jours, pendant que le Rais ronronne sur des notes symphoniques de Tahya El-Djazair.

Bouteflika est dans le piège de l’amour du pouvoir et de son incapacité physique et intellectuel de pouvoir avoir le pouvoir, un paradoxe dans lequel le Rais vit une souffrance conséquente qui demeure la résultante inéluctable du manque de respect du soi. A cet effet, il exécute tout ce que les autres lui demandent de faire en sacrifiant sa liberté personnelle et le reste...

Fakhamatouhou est la démonstration vivante de la loi divine sur terre, une image permanente qui provoque en nous le questionnement et éveille notre conscience sur l'échelle de la balance (El-Mîzân).

"Celui dont les bonnes actions feront pencher la balance, connaîtra alors un heureux destin. Celui dont les œuvres pèseront peu, sera voué à l’abîme. Et quel abîme ! Une ardente fournaise." (Sourate 101, "Le fracas", versets 6-11)

A cet effet,

  • La trahison du serment des martyrs et les assassinats crapuleux d'Abane Ramdane à Mohamed Boudiaf et tous ceux qui ont été assassinés volontairement et torturés sauvagement au nom du pouvoir ;

  • La mise en place d’une justice de recommandation au service du pouvoir pour le pouvoir ;

  • Le détournement de la richesse nationale au profit des bailleurs politiques du pouvoir;

  • La corruption et la (tchipa) par les papillons du pouvoir ;

  • Le vol des voix et le détournement des urnes ;

  • La mise en place des politiques de répression et le musellement des compétences nationales ;

  • L’humiliation et l'affaiblissement de notre identité nationale par amour du pouvoir ;

  • L’emprisonnement abusif des cadres sincères et des enfants intègres de la patrie ;

  • etc...

Cette partie infime des oeuvres du rais seront portées sur la balance avec le reste ... Et puis, chacun sera jugé selon la valeur de ses actes et aucune recommandation n’est permise.

Dans le cadre de cette projection, Bouteflika continue sa progression sur le chemin du mal. Il expose avec plus de fréquence sa personne à l’oeil des cameras pour justifier son équilibre pour un cinquième mandat. Une rencontre sporadique avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev et l’établissement d’un programme prévisionnel du Rais pour les mois à venir à la date des prochaines élections présidentielles. Ces tromperies et ces tricheries restent des ouvrages qui relèvent d’un niveau d'indécence indescriptible.

Et puis, une autre confiscation qui sera annoncée au taux de 82 %, selon l'âge du président à la date du mois d’avril 2019.

Un happy birthday to you et la misère pour nous.

Après ce "Ray-Ray" présidentiel, le "président" disparaîtra dans les ténèbres mystérieuses de la république pour laisser place à la corruption et à l’humiliation de notre citoyenneté.

Une autre oeuvre qui sera inscrite sur le livret du jugement final et par contre, les ouvrages religieux réalisés avec le capital du peuple et les actions de bienfaisance produites avec l’argent du trésor public et sans la consultation citoyenne sont des actions partagées. ([O les croyants ! Dépensez des meilleures choses que vous avez gagnées])[Al Baqarah (La Vache) : 267]

La situation de désintégration politique actuelle et la "lamentabilité" à son plus grand sommet dans lequel notre citoyen vit sa misère, le courage d’accepter l'échec avec fierté et sans vergogne par ce président et ses gouverneurs qui piétinent nos valeurs, nos richesses et nos fondements et qui continuent a s’exposer sans avoir à rougir de leur état de délabrement intellectuel est une "H’chouma" inadmissible.

La honte de ne pas avoir honte !

Brahim Gater

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
Rabah IBN ABDELAZIZ

Qu'il vat au diable lui et ses larbins.

avatar
deradji nair

On lui fait faire de la figuration car s'il était vraiment conscient il aurait déjà bel et bien fait sa démission et prendre sa retraite mais les loups dont Ouled Abass, Said et les autres que tout le peuple conné qui ont pris les 1000 milliards et s'en servent tout en nous faisant avaler des couleuvres que c'est le Président qui dirige le pays et qui prend toutes ses responsabilités alors que c'est bien eux qui dirigent illégalement l'Algérie. Le Peuple doit sortir dans la rue et demander à ce qu'il entend son Président parler et s'expliquer sur cet argent dérouté et nous l'applaudirons pour un mandat à vie. Chiche.

visualisation: 2 / 7