Le pitoyable quotidien des étudiants de l'université de Ouargla

Le pitoyable quotidien des étudiants de l'université de Ouargla

Le budget annuel de restauration s’élève à 290 milliards de centimes, s'ajoute le budget complémentaire de 65 milliards de centimes.

Les prestations médiocres et l’état pitoyable de la cite universitaire de cette ville du sud ont fait déjà une victime. Une étudiante au departement d’anglais, Debbagh Sabrina, est morte suite à un choc électrique causé par des installations électriques défectueuses. L'enquête n'avance pas et la communauté universitaire s'impatiente.

La gestion chaotique qui caractérise les oeuvres universitaires de cette université ne semble pas émouvoir les autorités de tutelle. Toilettes bouchées, repas médiocres, propreté douteuse.... Le cadre de vie des étudiants n'est manifestement pas à envier eu égard aux clichés que nous publions ci-après.

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia qui vante la découverte des cantines depuis l'arrivée de Bouteflika à la présidence devrait aller manger au resto universitaire de cette pourtant très riche wilaya.

Abderahmane Lahouel

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

1- Fermer toutes les universités pour en faire des hangars d’élevage, et leurs cités des hôtels, ça sera plus rentable,

2- instaurer un système de grandes écoles pour les bacheliers,

sinon, privatiser les universités,

avatar
Aghioul Aghyoul

Ce n'est pas normal de parler de cette cité universitaire comme s'il s'agit d'un cas isolé et non pas le cas de toutes les cités universitaires en Algérie