Nobel de la paix 2017 : que vaut la dissuasion nucléaire quand plus personne n’y croit?

Le drame d'Hiroshima n'a pas arrêté de nombreux pays à avoir "leur" bombe atomique.
Le drame d'Hiroshima n'a pas arrêté de nombreux pays à avoir "leur" bombe atomique.

Le jury a fait un choix particulièrement judicieux pour le prix Nobel de la paix 2017. L'attribution du prix à l'International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN) fait plus que de récompenser les initiateurs du traité d'interdiction de l'arme atomique. C’est l’assurance d’une prise de position gagnante au niveau du nucléaire par cet organisme pour les générations futures.

Si l’humanité va vers sa première guerre mondiale nucléaire, comme le croient certaines personnes, les membres du jury s’assurent que les survivants se souviennent d’eux comme ayant été le dernier rempart de l’espèce humaine avant son grand pas en arrière. Ils pourront donc faire partie de la solution pendant la reconstruction. Si la guerre nucléaire n’éclate pas et que l’ICAN y joue un rôle, la réputation des prix Nobels en sera d’autant augmenter et ils pourront réclamer une petite partie de la victoire.

C’est une hypothèse plus réaliste sur les raisons d’avoir donné ce prix Nobel de la paix, que celle qui suppose que le jury voulait vraiment faire rejeter l'arme atomique par toutes les nations. Comme le montre éloquemment la Corée du Nord, l’ICAN n’a absolument aucune prise sur les nations autoritaires. Il en résulte donc que ses pressions antinucléaires sur les démocraties occidentales s’assimilent à un désarmement unilatéral. De plus, aucun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité ne renoncera au monopole que le Traité de non-prolifération nucléaire donne. La meilleure preuve est que l'OTAN, en réaction à ce Nobel, regrettait que les conditions pour aboutir à un désarmement nucléaire ne soient aujourd'hui pas favorables. Washington a pour sa part affirmé que le traité d'interdiction des armes nucléaires ne rendra pas le monde plus pacifique.

Plus largement, ce prix pose la question de la valeur dissuasive de l’armement nucléaire. Les cas de la Corée du Nord et de l’Iran viennent renouveler la pertinence de cette question. La fronde de la Corée du Nord face aux demandes de l’ONU pourrait d’ailleurs modifier la décision que doit prendre Donald Trump d'ici le 15 octobre au sujet du renouvellement de l'accord restreignant le programme nucléaire iranien. Tous les trois mois, la Maison Blanche doit certifier que les Iraniens en respectent les termes. Les présents événements montrent que cet accord conclu à Vienne le 14 juillet 2015 n’a finalement rien arrêté et plutôt changé l’endroit ou ces armes nucléaires sont produites. Les physiciens du programme nucléaire iranien ont été en Corée du Nord pour l’aider à développer l’engin qu’elle exhibe devant l’humanité entière. L'Iran a donc gagné sur tous les plans avec cet accord.

C’est le concept même de dissuasion nucléaire mis de l’avant par le Conseil de sécurité de l'ONU qui est mise en cause par la décision de la Corée du Nord de se doter d’un armement nucléaire malgré toutes les résolutions l’enjoignant à ne pas le faire. Il était supposé avant la construction de bombes par la Corée du Nord que les puissances nucléaires allaient mettre un frein avec leurs propres armes à l’expansion de cette technologie guerrière dans d’autres pays. Maintenant que la Corée du Nord vient de battre en brèche cette supposition, la question se pose plus largement : qu'est-ce qui empêche un pays de devenir une nouvelle puissance nucléaire ou thermonucléaire si les menaces de représailles n’ont plus d’effet? Le caractère dissuasif de l'armement nucléaire qui était un facteur de paix et de stabilité internationale, dans les décennies qui ont suivi 1945, n’existe plus en 2017.

La décision à prendre dans ce dossier semble donc se positionne quelque part dans un continuum allant de l’action nucléaire au laisser-faire. À un bout du continuum se trouve le choix de faire respecter par la force le traité de non-prolifération et d’empêcher physiquement la Corée du Nord de posséder cette arme par une action militaire. Une décision qui, comme le soulignent la plupart des intervenants, pourrait entraîner des milliers, sinon des millions de morts. À l’autre bout du spectre, les États du monde entier continuent à ne faire aucune action qui pourra réellement empêcher la Corée du Nord d’avoir l’arme nucléaire. Une situation assez proche de ce qui se passe actuellement puisque les sanctions contre la Corée du Nord n’ont jamais empêché ce pays de continuer ses recherches. Cela pourrait signaler le début d’une période de prolifération nucléaire ou tous les pays de la planète qui en auront les moyens pourront avoir leur propre arsenal nucléaire.

Bien que l’Inde, le Pakistan et Israël ont déjà franchi ce pas, aucune de ces nations ne l’a fait en menaçant de destruction par le feu une des deux plus grandes puissances nucléaires actuelles. Si la Corée du Nord peut agir de cette manière et s’en tirer, il y a un risque réel d'une importante prolifération nucléaire. Cette situation peut aussi entrainer des morts par millions et possiblement beaucoup plus que dans l’intervention militaire rapide. Ces armes pourraient en effet être utilisées après une période plus ou moins longue de prolifération. Cela est sans compter les risques que des bombes mal gardées tombent dans des mains d’extrémistes. Qu’elle le veuille ou pas, l’humanité devra donc répondre à court terme à une question fondamentale : que vaut la dissuasion nucléaire quand plus personne n’y croit ?

Michel Gourd

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
moh arwal

TON COMMENTAIRE N'EST PAS DICTEE PAR UN ESPRIT DE SOLIDARITE AVEC LA COREE, MAIS JUSTE PARCE QU'EN REALITE C'EST ISRAEL QUE TU VISES A TRAVERS TRUMP PARCE QU'IL PROTEGE LES JUIFS

avatar
Caton L'ancien

Mr Gourd,

Soit vous vous gourez dans votre raisonnement par naïveté, soit vous êtes de mauvaise foi, et là je vous dis d'aller vendre votre vassalisation atlanto-impérialiste ailleurs que sur lematindz, nous ne sommes pas preneurs; je m'explique :

Vous dites "... Bien que l’Inde, le Pakistan et Israël ont déjà franchi ce pas, aucune de ces nations ne l’a fait en menaçant de destruction par le feu une des deux plus grandes puissances nucléaires actuelles. Si la Corée du Nord peut agir de cette manière et s’en tirer, il y a un risque réel... "

Mais comment pouvez-vous affirmer pareille ineptie au vu du comportement de cet empire du diable que sont les USA, surtout depuis le démantèlement de l'URSS, avec ces pays détruits, ces pays menacés, ces pays où ils ont créé des troubles, ces pays où ils ont destitué des dirigeants démocratiquement élus, ces pays où ils ont assassiné leurs élites... ?

Où avez-vous vu que la Corée menaçait cet empire satanique, qui déclarait le 8 Août de cette année : "La Corée du Nord se heurtera au feu et à la fureur dans des proportions que ce monde n'a encore jamais connues" ? Ce n'est pas Kim Jong Un pris d'un accès de folie soudaine, c'est bien ce cow-boy mi attardé mi sénile du nom de Trump qui a sorti ces mots de ce qui lui sert de moyen de communication.

Je ne suis pas Coréen, mais je sais ce que ce petit pays a subi entre 1950 et 1953 de la part des dirigeants de cette nation volée aux tribus autochtones qui ont été anéanties et parquées telles des bêtes sauvages, et à fortiori les Coréens aussi le savent et n'ont surtout pas oublié qu'ils ont à faire à un ennemi fourbe et malfaisant, Monsieur le Président Poutine en sait quelque chose.

Monsieur Kim Jong Un a l'âge de mon fils, mais j'admire son courage et sa foi en lui-même et en son peuple pour défendre leur patrie menacée par un pays de desperados, Cancer du Monde !