120 héritiers dépossédés de leur parcelle par le wali de Blida

Blida.
Blida.

Les litiges autour des parcelles à usage d’habitation entre les autorités et les particuliers deviennent le lot quotidien dans notre pays où les cas les plus invraisemblables sont régulièrement rapportés par les médias.

C’est le cas d'un individu propriétaire d'une entreprise spécialisée dans l'import-export (Eurl pomme royale), qui tente par tous les moyens d’accaparer une parcelle de plus de 120 hectares appartenant à 120 héritiers de feu Zarbouti Masaoud dans la commune de Larbâa (Blida).

Selon les informations rapportées par le journal Ennahar, la famille Zarbouti a acquis, il y a de cela cent ans, une parcelle d’une superficie de 120 ha, située à Larbâa. La parcelle a été immatriculée au niveau de la direction des domaines sous le n° 64 qui date du 26 février 1926.

Dernièrement, les héritiers se sont trouvés confrontés à une situation qu’ils étaient loin de prévoir. Un beau matin, une clôture est mise en place sur leur terrain par le gérant de cette entreprise. Ce dernier se présenta aux héritiers comme étant le propriétaire-investisseur de cette parcelle, et avec en sa possession un document émanant des services de la wilaya de Blida qui lui donne l’autorisation de d'exploitation de ladite parcelle dans le cadre d'un investissement pour la construction d'un centre commercial, un pizzeria et une salle des fêtes, un projet qui n'a rien avoir avec l'investissement puisqu'il ne génère aucune productivité.

L'entreprise détient également, un permis de construire délivré par les services de l'APC de Larbâa sous le n°226, en date du 3 juillet 2017, dont les héritiers Zarbouti revendiquent la propriété.

Selon certaines indiscrétions, le propriétaire de cette entreprise est un proche d'un ministre du gouvernement d'Ahmed Ouyahia, un fils de médecin résidant à Larbâa et originaire de Tizi-Ouzou.

Toutes les tentatives menées par les héritiers pour connaître la version du wali de Blida, en l'occurrence M. Layadhi Mostefa et la direction des domaines sont restées vaines.

Qui fera, dans ce cas, respecter la loi ?

Vers qui doit se tourner ces citoyens ?

Qui est derrière cette arnaque ?

Autant de questions inquiétantes que suscite une situation non moins inquiétante !

Une plainte a été introduite par les propriétaires contre cet entreprise et les services de la wilaya au niveau de la justice afin de restituer leur terrain et d'empêcher la réalisation de ce projet.

Quoi qu’il en soit, ces héritiers accablés par cette décision réclament la restitution de leur parcelle, acquise légalement.

K. O.

Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
deradji nair

comptez beaucoup sur cette justice plus corrompue que toutes les administrations. j'en fait vraiment plus confiance particulièrement en ce qui concerne l'immobilier et vos papiers seront purement rejetés comme les miens qui pourtant étaient plus réguliers d'un héritage de mon grand père. la seule solution c'est de prendre des mesures envers cet envahisseur car la loi en algérien n'existe pas.

avatar
oziris dzeus

après la poule au œufs d'or

voici le pommier au œufs d'or,

chacun sa culture, ses fables,

ça sert à quoi de faire un cursus en médecine pour que son enfant devienne maçon,

et en face le maçon fait tout pour que son enfant devient médecin,

c'est le beu sur la charrue, depuis que digoulle (qui voyait plus loin que les autres) à fait dégommer ferhat abbas de la présidence de l'algérie en 1961,