Yasmina Khadra à Rachid Boudjedra : "Puisse mon mépris te toucher comme une grâce"

La guerre des mots continue entre les écrivains algériens.
La guerre des mots continue entre les écrivains algériens.

Longtemps resté silencieux, l’écrivain Yasmina Khadra a voulu remettre les pendules à l’heure et Rachid Boudjedra à sa place, après les attaques qu’il a subi avec d’autres écrivains dans le pamphlet du septuagénaire " Les contrebandiers de l’Histoire " .

Sur sa page Facebook, l’auteur de l’attentat a adressé une lettre à son aîné, l’exhortant de sortir " des jalousies crétines et des anathèmes". Entre paroles moralisantes et invective, Yasmina khadra a tenté de prendre de la hauteur pour ne pas sombrer dans un pathétique crêpage de chignon. Un pari visiblement difficile à tenir puisque les carambolages verbaux ont bien eu lieu.

"Je sais que tu crèves d'envie que je réagisse à tes diatribes, persuadé que mon mépris te martyriserait moins que mon silence. Qu'à cela ne tienne. Puisse mon mépris te toucher comme une grâce et t'éveiller au ridicule dans lequel tu te complais comme le ver dans le fruit", charge au début de sa lettre, Mohammed Moulessehoul.

"Tu dis que je ne suis pas un écrivain. C'est ton droit. Pourquoi te faut-il en souffrir ? Tu as voulu semer le doute au sein de ma famille. Raté. J'ai la chance d'avoir épousé la plus merveilleuse des femmes. Tu me traites de bougnoule de service ? Sache que je suis boycotté par l'ensemble des institutions littéraires de France depuis 2008", écrit-il, visiblement affecté par tant de mépris.

L’écrivain prolifique continue ainsi sa riposte, et veut acculer son assaillant, l’accusant de s’être terré en France lorsque lui et ses compagnons menaient une guerre atroce dans les maquis terroristes. "Tu contestes mon algérianité ? Je te rappelle que lorsque tu te terrais à Paris, durant la décennie noire, je menais une guerre atroce dans les maquis terroristes. Sans mes compagnons de combat et mes milliers de morts, jamais tu n'aurais remis les pieds en Algérie", se défend-il

Yasmina Khadra se jette au passage quelques fleurs, rappelant au pourfendeur en diable qu'est Boudjedra des statistiques implacables. "Détrompe-toi, Rachid. Je ne suis qu'un romancier qui s'évertue à mériter l'intérêt de ses lecteurs. Sans fard ni fanfare. Sans polémiques ni la moindre agressivité. Je travaille dur, tu sais ? Personne ne me fait de cadeaux. Ce n'est pas un hasard si je demeure, à ce jour, l'écrivain algérien le plus lu en Algérie, l'écrivain maghrébin le plus lu au Maghreb, l'écrivain araberbère le plus traduit (50 pays) et le plus apprécié (10 millions de lecteurs) dans le monde."

Enfin, Yasmina Khadra exhorte Boudjedra de soigner ses textes avant de s’attaquer aux autres qu’il appelle "les étoiles du ciel"!

"Au lieu de passer ton temps à traîner dans la boue les étoiles du ciel, Rachid, tâche de soigner tes textes. Notre pays a trop souffert des jalousies crétines et des anathèmes. Nos enfants attendent de voir en leurs génies les aurores boréales qui manquent à leur horizon. Aucun pays ne peut s'émanciper sans mythes et aucune jeunesse ne peut forcir sans idoles. Si notre pays n'en dispose pas, créons-les de toutes pièces comme font les nations fières de leur culture, au lieu de nous empresser de décapiter toute tête qui émerge.

Puisse Dieu pardonner tes aigreurs puisque je te pardonne. Avec tout mon chagrin", écrivait l'auteur des sirènes de Baghdad.

H. K.

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (15) | Réagir ?

avatar
haroun hamel

Le vrai mépris est celui qu'affiche âmi B Sansal, pour vous M Yasmina comme dirait le grand Schopenhauer, il faudrait plutôt parler de haine. Car dit il, " le vrai mépris authentique, qui est à l'inverse de l'orgueil, reste absolument secret et ne laisse rien apparaître. Celui qui laisse apparaître son mépris donne en effet déjà par là une marque de quelques estime, en voulant faire savoir à l'autre le peu de cas qu'il fait de lui; il trahit ainsi de la haine". Le mépris authentique est la pure conviction du manque de valeur de l'autre, il est compatible, avec les égards et les ménagements, par lesquels on évite, pour son propre repos et pour sa propre sécurité, d'exaspérer celui qu'on méprise. Ainsi l'attitude méprisante de Sansal qui évite de se rabaisser à employer le même langage et à tomber dans les mêmes travers que M Boudjedra qui ne sait plus quoi faire pour sortir de son anonymat.

avatar
elvez Elbaz

Vers l’année 390, dans une lettre à sait Augustin, Maximus de Madaure mettait tout son orgueil à célébrer les dieux romains dont les statues ornaient la place de sa cité (cf. supra, p. 194-195) comme ces moulesshoul, boudjedra et autres mutants arabisés par le mahométisme, comme ils disent. En revanche, cet obscur rhéteur païen avait cru spirituel d’ironiser sur les noms « berberes » -odiosa nomina, en fait noms d’origine punique ou libyque- portés par des martyrs chrétiens numides (bérbéres) de la province.

Dans sa réponse, le futur évêque d’Hippone, qui n’était pas encore prêtre, traduisait bien, en une réplique cinglante, ce sentiment de fierté ombrageuse, toujours vif au cœur de ses compatriotes et qui l’accompagna toute sa vie :

« En serais-tu donc arrivé jusqu’à oublier que tu es un Africain, écrivant à des Africains, et que l’un et l’autre nous habitons en Afrique ; » (Lettres, 17, 4) ». Sang amazigh (bérbére) ne sait mentir !mutants bérbéresaraboislamisés par l’islam, fossoyeurs de votre identité au profit de l’imposture maghreb arabe colonial, prenez y de la graine !

Mass moulesshoul AS TU DONC HONTE DE TE DIRE que tu es descendant de la négritude, belle et naturelle race, de cette afrique des senghor, des gnaoua -babasalem (guineens), des multitudes peuples autochtones du sud saharien et de ces fiers amazighs terguis et autres chassés dans le sahara par les envahisseurs arabes?

Les "nouagras" de timimoun, des touat, et de ce vaste sahara algérien sont nos freres et soeurs dans la citoyenneté et sont chez eux sur cette terre d afrique amazigh car, contrairement aux arabes envahisseurs, ils rentrent dans le MOULE NORD AFRICAIN AMAZIGH et apporte un plus de cette africanité au lieu de s 'accaparer comme le font les arabes et leurs descendants NOS TERRES ET NOS PAYS AMAZIGHS pour leur compte imposteur du monde dit "arabe"!

Regardes toi ya mass moulesshoul et tu verras sur ton visage dessinés ces traîts oh combien authentiques de l'afrique au lieu de te contenter de l image fausse que te renvoie le miroir déformant de l'araberie coloniale qui t'a formaté, comme beaucoup d arabophones, à vous faire passer pour des "mutants arabisés par la religion des arabes" comme si un dogme religieux changeait L'ADN DES PEUPLES!!!

Sois fier d être un AMAZIGH NOUAGRI AU LIEU de vous inventer une origine fausse de AMAZIGH OUROUBI

visualisation: 2 / 11