Un maire sert-il à quelque chose en Algérie ?

Les Algériens ne croient plus à la tranparence des élections
Les Algériens ne croient plus à la tranparence des élections

A quoi un maire sert-il, de nos jours, dans notre pays ? Ce dernier peut-il faire avancer sérieusement les choses ? Ou même remédier, n'était-ce de manière graduelle, aux différents problèmes locaux ?

Tâche difficile, sans aucun doute, vu l'état de pourrissement avancé dans lequel se débattent nos collectivités locales, nos daïras, nos wilayas, etc., et par-dessus le marché, le rabot d'austérité qui leur est imposé dernièrement par le gouvernement. Puis les nôtres ont-ils vraiment assimilé le sens réel de la citoyenneté ? Savent-ils se départir, par exemple, de leurs vieux réflexes tribalistes ou même "clientélistes" au moment d'élire un édile pour leur commune ? Récemment, un jeune internaute s'est insurgé sur les réseaux sociaux, en déclarant inutile toute élection où, si par un heureux hasard il n'y avait pas eu la présence du monstre de la fraude, les uns et les autres en inventeraient un autre, plus vorace et nuisible à ses yeux.

Mais lequel ? Ils iraient aux urnes, non par une quelconque conviction civique qui les astreint à un choix sérieux et rationnel entre les programmes des candidats en lice, mais simplement pour poster, en faisant fi de toute conscience politique, leurs bulletins de vote en faveur des cousins, des proches, des amis..., des larbins. Quelle mort du civisme, hélas ! Et l'intérêt de la commune dans tout ça ? s'interroge-t-il après, complètement hors de ses gonds. Bien entendu, le cadet des soucis aussi bien de certains candidats "affairistes" - plus préoccupés par les bénéfices et le réseau de connaissances auquel donne accès un siège au sein de l'APC que par la défense des droits de leurs compatriotes - que de tas d'électeurs épuisés par les politicards véreux et le cortège de promesses jamais tenues qu'on leur balance à chaque rendez-vous électoral. Révolu est ce temps où l'honneur de la fonction du maire et ce qu'elle peut apporter de plus à la communauté des citoyens prime sur toutes les visées mercantilistes et les besoins de promotion sociale qui peuvent s'y rattacher.

En outre, bien qu'ayant obtenu la légitimité populaire au plan local, le maire n'est parfois perçu par les masses populaires que comme un pion sans poids ni influence et, pire, aux mains liées face aux pouvoirs exorbitants du chef de la daïra et du wali, pourtant non élus par elles. Un sérieux problème qui décrédibilise cet élu du peuple, auprès de tous ceux qui lui ont accordé leur confiance.

En proie à une dépolitisation constante, l'Algérien est aussi convaincu que l'odeur de l'argent s'est faufilée un peu partout dans les dédales du pouvoir, central ou local soit-il. Ce qui le met dans une position de suspicion permanente à l'égard de tout ce qui représente l'autorité. Chose n'arrangeant guère l'enclenchement d'un véritable processus de participation politique. Enfin, les affaires de corruption et de détournement de fonds publics révélées par la presse sont pour beaucoup dans les taux élevés d'abstention constatés, ces dernières années, en Algérie.

Kamal Guerroua

Plus d'articles de : Éditorial

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
Atala Atlale

Je crois qu'il y a de bons et de mauvais maires.

Le bon veille sur tout ce qui concerne sa commune, santé, propreté, état des routes, rues, ruelles, façades des immeubles, des propriétés privées et publiques, aires de stationnements, etc etc. Il fait un audit dès son installation pour pallier à tout ce qui n'a pas été fait ou achevé, il invite les notables et les citoyens pour assister à une réunion ou assemblée par exemple, prendre leurs avis sur leur commune, son écoute est attentive...

Le mauvais je ne veux pas trop m'y attarder, il déploie sa carte communale ou se déplace là où il flaire du terrain, et tout se qui y est afférent, pour l'exploiter selon ses propres ambitions, il fait aussi des affaires, crée quelque temps plus tard son entreprise, se fait surtout discret, et évite beaucoup le contact avec les citoyens de sa commune. Bref c'est son avenir qui compte pas celui de sa commune ! Une leçon à retenir surtout. Élire un maire qui a réussi déjà dans sa vie privée avant sa candidature de Maire ; une personnalité qui a une fonction libérale, médecin ou autres.