Une vingtaine de militants du Hirak du Rif en grève de la faim

Une vingtaine de militants du Hirak du Rif en grève de la faim

Le Mouvement populaire du Rif (Hirak) vit ses moments les plus douloureux. 427 jeunes Rifains (âgé entre 6 et 67 ans) croupissent depuis juillet dans les geôles du royaume chérifien.

Une vingtaine d'entre eux sont en grève de la faim depuis trois semaines. Cependant nous avons appris que des détenus ont décidé de suspendre leur grève de la soif après que l’administration de la prison ait satisfait leurs revendications (les regrouper dans la même cellule, leur rendre leurs affaires personnelles et s’excuser par rapport aux traitements inhumains dont ils auraient fait l’objet), selon une information publiée par rifonline.

Pour autant ils poursuivent leur grève de la faim. Rabie El Ablak, Mohamed Jelloul et Nabil Ahamjik, trois militants du Hirak, ont entamé une grève de la soif mercredi 20 septembre, en plus de la grève de la faim commencée il y a 22 jours pour les deux premiers et 19 jours pour le troisième. Ils réclament d'être rapprochés de leur région d'origine. Certains sont détenus à Casablance dans l'une des pires prisons du royaume. Soit à plus de 500 km de Taghzout ou Imzourene (Rif). "Ce sont des fils de familles pauvres, et celles-ci n'ont pas les moyens de faire des trajets aussi coûteux et importants", révèle un militant.

Le roi a reconnu la justesse des revendications du Hirak dans un discours en juillet dernier. "Si leurs revendications sont légitimes pourquoi ne les libère-t-il pas ? Lui il se pavane à Paris pendant que des fils du peuple croupissent en prison", dénonce Nadjat, une Marocaine militante des droits de l'homme. Certains d'entre eux sont condamnés à de très lourdes peines de prison. Leur tort ? Réclamer justice pour le jeune poissonnier d'El Hoceima tué dans une benne à ordure sur ordre de la police, la construction d'une université et d'un hôpital.

Dans une déclaration, l'association des travailleurs maghrébins en France (ATMF) dénonce violemment "le silence" de l'Union européenne devant les nombreuses violations des droits de l'homme au Maroc.

Yacine K.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?