Les gendarmes neutralisent plusieurs bandes de trafiquants à Batna

Les gendarmes neutralisent plusieurs bandes de trafiquants à Batna

Dans la semaine, les services de la brigade d'intervention de la gendarmerie de la wilaya de Batna ont procédé à un ensemble d’opérations dans le cadre de la lutte contre le crime et le banditisme, dans plusieurs régions à travers la wilaya de Batna.

Selon nos sources, ces opérations ont permis d'interpeller plusieurs groupes de malfrats récidivistes qui activaient dans la wilaya. A commencer par l'arrestation de 3 individus âgés entre 20 et 61 ans dans la cité Ennasr, située à Barika. Connus des services, ces individus étaient en possession de 172 bouteilles de boissons alcoolisées en plus d'une somme d'argent estimée à 21140.00 DA. Les prévenus ont été placés en détention sous l'inculpation de constitution d'une association de malfaiteurs et commerce illicite des boissons alcoolisées.

Dans le même sillage, cette fois-ci à Kechida, à proximité du centre-ville de Batna, les mêmes services d'intervention de la brigade ont pu mettre la main sur un individu âgé de 38 ans en possession aussi d'une importante quantité de bouteilles de boissons alcoolisées diverses destinées pour le commerce illicite, apprend-on. Une enquête a été diligentée par les mêmes services. Déféré devant la justice, l’individu a écopé de six mois de prison ferme en plus d'une amende Ce fléau de vente clandestine d'alcool et autres a pris de l'ampleur dans la wilaya.

Faussaires et autres trafiquants

Les services de recherches et d'intervention de la gendarmerie ont mis hors d’état de nuire deux bandes de trafiquants (faussaires de billets) agissant dans deux régions de la wilaya de Batna, (Arris et Djezzar.) Selon nos sources, la première bande est composée de de trois individus âgés entre 23 et 50 ans, ils ont été arrêtés puis écroués dans la commune de Djezzar, située à 95 km de Batna. Quant au second groupe de malfrats composé de deux individus, ils ont été écroués après qu'ils furent présentés devant la cour de Barika.

Selon la même source, la première affaire lancée par les éléments de recherches remonte à quelques jours, suite à une enquête minutieusement menée par les éléments des mêmes services ; elle a permis de saisir une importante quantité de liasses de faux billets. Cette opération a permis aux éléments de recherches d'interpeler les trois individus en plein centre ville de Djezzar, ils avaaient en leur possession 50 000 dinars en faux billets en coupures de 2000 Da. Ces individus étaient en train d'écouler leurs faux billets chez les commerçants de la ville citée, apprend-on. Dans le même contexte et au bout de cette opération de surveillance et de recherche, les limiers de la brigade de recherche et d'intervention ont réussi à démanteler un autre réseau dans la commune de Arris, située à 85 km de Batna. Cette fois-ci il s'agissait d'un groupe de faussaires de faux billets en euros. Ces derniers ont été interpelés mercredi.

Les présumés faussaires ont été arrêtés en leur possession une quantité de 24 faux billets en euros destinés aussi à être écoulés dans le commerce du marché noir, apprend-on.

Des eaux usées pour arroser les jardins

Dans l'après midi de mercredi, lors d'une ronde de routine, les éléments de recherches de la brigade de la gendarmerie relevant de la commune de Fesdis ont effectué une descente inopinée à travers les champs agricoles situés entre les communes de Bouakaz et El-Madher. Celles-ci sont connues pour le grand oued dit Gourzi séparant la route nationale qui mène à Constantine et les terres agricoles avoisinantes entre Batna et les agglomérations des communes suivantes, Bouilef, Cité Bouakaz, Fesdis, Bouatchawen, allant vers Chemora en passant par la commune de El-Madher. Cet oued donc reçoit des eaux usées sans aucun traitement.

Selon nos sources d'informations, les services de la brigade de gendarmerie ont pu saisir quatre pompes à eau en plus d'une grande pompe électrique à haute puissance de marque (JMC). Ces pompes alimentent des terres agricoles et des champs de légumes destinés à la consommation. Aucun de ces maraîchers ne se soucie des risques sanitaires que cela peut engendrer pour les consommateurs. En dépit de plusieurs plaintes et avertissements, ces individus continuent à empoisonner les terres agricoles par ces eaux usées. Encore une fois, il importe de signaler que cette zone est hélas, connue pour cette pratique à haut risques pour la population. Cette situation qui dure depuis plusieurs années, n'a guère cessée, nous dit-on.

De Batna, Abdelmadjid Benyahia




Plus d'articles de : Algérie

Commentaires (0) | Réagir ?