Des officiers de renseignement sanctionnés après l'attentat terroriste à Tiaret

Des officiers de renseignement sanctionnés après l'attentat terroriste à Tiaret

Suite aux défaillances sécuritaires qui ont coûté la vie à deux policiers dans l'attentat-kamikaze qui a visé le siège de sûreté de wilaya, les sanctions ont commencé à tomber.

En effet, le chef d'état major et vice-ministre de la Défense a ainsi décidé de limoger un certain nombre de responsables dont le chef de la DCSA (Direction centrale de la Sécurité de de l'Armée) du secteur militaire de Tiaret, le chef du CTRI (Centre Territorial de Recherche et d'investigation) relevant de la wilaya de Tiaret et le commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la wilaya de Tiaret, a indiqué une source bien informée. Enfin, dans la même foulée des sanctions, le chef des renseignements généraux (RG) a été lui aussi limogé.

Ce sont les premiers responsables qui inaugurent la liste des sanctions qui s’annonce longue après avoir constaté de graves "lacunes" dans le traitement des renseignements sécuritaires sur le secteur. En vrai, l'attaque kamikaze contre la sûreté de wilaya avait mis en évidence des défaillances sécuritaires sérieuses.

Contre toute attente, Bouchetta était de retour à Tiaret !

Après l'accrochage qui a eu lieu, à Timixi, en 2015, dans la forêt de Mechraa S'fa, 23 km au nord-ouest du chef-lieu de wilaya de Tiaret, et qui a coûté la mort du chef du secteur militaire ainsi que de nombreux blessés parmis les forces de l'ANP, mais aussi l'arrestation d'un terroriste ainsi que l'élimination du dangereux émir "Kora", ce dernier a été remplacé par Bouchetta à la tête du groupe.

Selon certaines indiscrétion, l'auteur de l'attaque a été aperçu quelques jours avant l'attentat du 31 août août dernier, dans la cité de Lala Abdia d’où il est originaire. Il aurait passé plusieurs nuits dans son domicile.

Selon une source bien informée, les services de sécurité ont diligenté une perquisition dans le domicile du kamikaze Bouchetta Benaissa dans la cité de Lala Abdia suite une information sécuritaire qui fait état de la présence du terroriste dans le domicile familial, une semaine avant l'attentat.

Selon certaines indiscrétions, le terroriste était présent dans son domicile lors de la perquisition mais il a réussi à échapper en toute tranquillité, sans que personne ne s'en apercevoir.

D'autres informations font état de deux de ses acolytes qui ont pu passer une nuit dans l'hôtel Tagdempt à quelques dizaines de mètres du siège de la police judiciaire.

Cependant, malgré les contrôles des fiches de police, à aucun moment les deux locataires n’ont suscité de suspicion chez la police. Dans le même sillage, mis sous pression, après l'attentat, les services de sécurité ne voulaient plus sous-estimer la moindre indication. Trois éléments de soutien ont été appréhendés le jour de l'attentat ainsi qu'une dizaine de suspects, a-t-on appris de source bien informée.

Comme nous l'avons rapporté par ailleurs, le ministère de la Défense nationale MDN, a indiqué dans un communiqué publié ce samedi que deux personnes impliqués dans l'attentat-kamikaze ont été arrêtés à Tiaret grâce à la coordination entre les forces de l'ANP et la gendarmerie nationale.

La rédaction

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (0) | Réagir ?