"El Djeich" affirme la fidélité de l’ANP à l’ordre constitutionnel

Le vice-ministre de la Défense.
Le vice-ministre de la Défense.

L’organe central de la grande muette vient d’apporter la réponse officielle à ceux qui réclament l’intervention de l’Armée dans la politique.

Dans son éditorial de septembre, la revue de l’Armée nationale populaire a remis, encore une fois, les points sur les i et réitéré sa position intangible qu’est celle d’une armée républicaine et soucieuse du respect de la constitution.

Fidèle à son style très emphatique, voire incendiaire si besoin, l’éditorialiste décroche ses fléchettes contre "certaines plumes mercenaires (promptes, NDLR) à s’ériger en défenseurs du peuple". Cette réponse sibylline s’adresse sans le nommer bien entendu à Noureddine Boukrouh qui a appelé à l’intervention de l’armée. Vipérine, la plume de l'armée rappelle au bon souvenir une des déclarations de Boukrouh qui qualifiait le peuple algérien de "ghachis". "Ces mêmes plumes qui, dans un passé récent, l’affublaient (le peuple, NDLR) encore de qualificatifs méprisants et dégradants."

La charge est particulièrement violente, puisque l’édito semble vouloir régler ses comptes à l’ancien ministre et homme politique et se gausse presque sur son parcours intellectuel : "Des plumes qui ont touché à tous les domaines et spécialités, depuis la chariâa à l’histoire en passant par l’économie, l’astronomie et autres sciences et domaines de connaissance. Mais en constatant leur échec et devant l’incapacité de leur pensée à capter l’intérêt du public, elles ont cru bon de s’attaquer à l’ANP, pensant qu’à coups d’accusations, de procès d’intention, de travestissement de la vérité, avec profusion de notions académiques rébarbatives, de citations, d’aphorismes et autres artifices de rhétorique, qu’on leur déroulera le tapis rouge, que le peuple applaudira et qu’elles entreront ainsi au panthéon de l’Histoire."

Puis de rappeler : "A tous ceux qui, en secret, ouvertement ou implicitement, réclament l’intervention de l’armée nous rappelons les propos du Vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, lors de sa dernière visite en 2ème et 5ème régions militaires: «Notre armée demeurera une armée républicaine, engagée à défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale et à préserver l’indépendance du pays. Une armée qui ne se départira pas de ses missions constitutionnelles quelles qu’en soient les conditions et circonstances".

L’éditorial souligne si besoin "la fidélité absolue (de l'ANP, NDLR) à la patrie et à elle seule". Comprendre qu'elle ne soutient pas un homme, ni un clan, mais les institutions de l’Etat et son ordre constitutionnel.

Yacine K.

Plus d'articles de : Actualité

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Etant donné que cette armée est dirigée par un otagenaire malade mentalement et physiquement je ne crois utile de commenter ce que dit ce viieillard sénile attein de l 'alzheimer

avatar
khelaf hellal

Le fait d' intervenir ne nous fera pas plus avancer que de rester muette à cette ANP qui n'a pas usurpé son qualificatif de grande muette. Muette quand il fallait se prononcer en tant que garante de la Constitution et bavarde lorsqu'elle veut mettre ses bottes dans le plat de la politique. Bizarrement silencieuse lorsque la Constitution a été violée dans son Article sur l'alternance au pouvoir un certain 12 Novembre 2008 et manifestement bavarde lorsqu'elle a sorti son clairon de love-bombing en direction de son poulain Amar Saidani plébiscité par un congrès illégal du FLN. Tout compte fait, on ne lui demande pas plus d'intervenir que de rester muette sur ce qui rentre dans ses prérogatives constitutionnelles dont elle aime à se décharger comme en ce 12 Novembre 2008... De quelle fidélité peut-elle se prévaloir?

visualisation: 2 / 6